Racisme et darwinisme social. » Paix et Amour entre les peuples

 Racisme et darwinisme social.

23/4/2010

 

Racisme et darwinisme social.

HARUN YAHYA

L'antisémitisme constitue un genre de racisme. De ce fait, pour découvrir les origines de l'antisémitisme et ses remèdes, nous devons nous pencher sur le concept de racisme.

  Le racisme est la composante majeure de l'idéologie fasciste, qui a été à l'origine des plus grands génocides, massacres et guerres du 20ème siècle. Lorsque l'on observe l'idéologie nazie en particulier, on peut constater que le racisme constitue le cœur du fascisme. Les Nazis caressaient le rêve de voir émerger une race germanique, qu'ils considéraient comme la race supérieure qui dominerait le monde entier, et c'est dans cet objectif qu'ils ont œuvré à l'éradication des autres races, les Juifs particulièrement. Selon Wilhelm Reich, "la théorie de la race est l'axe théorique du fascisme allemand". [1]

Les fondements de cet axe théorique reposent dans la théorie darwinienne de l'évolution.

Racisme et darwinisme

Le principal élément déclencheur dans le développement du racisme au 19ème siècle en Europe a été le remplacement de la croyance chrétienne selon laquelle "Dieu a créé tous les peuples égaux" par le darwinisme. En suggérant que l'homme est le résultat d'une évolution à partir de créatures plus primitives, et que certaines races ont atteint un stade d'évolution plus avancé que d'autres, cette théorie a présenté un masque scientifique au racisme.

En somme, Darwin est le père du racisme. Sa théorie fut reprise et commentée par des fondateurs "officiels" du racisme tels qu'Arthur Gobineau et Houston Stewart Chamberlain, et l'idéologie raciste qui ressortit de leurs travaux fut ensuite mise en pratique par les Nazis et autres fascistes. James Jolly, qui fut pendant plusieurs années professeur d'histoire dans des universités telles qu'Oxford, Stanford et Harvard, a expliqué le lien entre le darwinisme et le racisme dans son livre Europe Since 1870 (L'Europe depuis 1870), qui figure toujours au programme des universités:

Charles Darwin, naturaliste anglais dont les livres On the Origin of Species (L'origine des espèces), publié en 1859, et The Descent of Man (La filiation de l'homme) publié en 1871, ont suscité des controverses qui ont affecté de nombreux aspects de la pensée européenne […]. Les idées de Darwin et de certains de ses contemporains, tels le philosophe anglais Herbert Spencer, […] furent appliquées à des questions très éloignées des discussions scientifiques initiales [...]. L'élément du darwinisme qui semblait s'appliquer le mieux au développement de la société était l'idée que l'excès de population par rapport aux ressources nécessaires à son maintien donnait lieu à une lutte constante pour la survie, dans laquelle le gagnant était le plus fort ou le mieux "adapté". A partir de cette idée, il fut facile pour certains sociologues de donner à la notion d'adaptation une apparence morale, afin de légitimer le fait que les espèces ou races qui parvenaient à survivre étaient moralement en droit de le faire.

La doctrine de la sélection naturelle pouvait alors être très facilement associée à un autre courant de pensée instigué par un écrivain français, le comte Joseph-Arthur Gobineau, qui publia Essai sur l'inégalité des races humaines en 1853. Gobineau insistait sur le fait que le facteur le plus déterminant dans le développement était la race, et que les races supérieures étaient celles qui conservaient leur pureté. Parmi ces dernières, d'après Gobineau, figurait la race aryenne, qui avait le mieux survécu […]. C'est […] Houston Stewart Chamberlain qui contribua à l'approfondissement de ces idées […]. Hitler lui-même admirait cet auteur (Chamberlain), à tel point qu'il vint le voir sur son lit de mort en 1927. [2]

Le biologiste évolutionniste allemand Ernst Haeckel est l'un des pères spirituels les plus marquants du nazisme. Haeckel introduisit la théorie de Darwin en Allemagne, et en fit un programme tout prêt pour les Nazis. Hitler adopta un racisme politique inspiré de racistes tels qu'Arthur Gobineau et Houston Stewart Chamberlain, et un racisme biologique influencé par Haeckel. Une étude plus approfondie révélera qu'à la source de toutes ces idéologies racistes se trouve le darwinisme.

La théorie de la race du nazisme et le darwinisme social

Ernst Haeckel introduisit le darwinisme en Allemagne et élabora une politique sociale raciste pour les Nazis.

En effet, une forte influence darwiniste peut être décelée chez tous les idéologues nazis. Dans la théorie élaborée par Hitler et Alfred Rosenberg, on peut rencontrer des concepts tels que la "sélection naturelle", "l'accouplement sélectif" et la "lutte interraciale pour la survie", idées récurrentes dans L'origine des espèces de Darwin. Le titre du livre d'Hitler, Mein Kampf (Ma lutte), est inspiré du principe darwinien selon lequel la vie est une lutte constante pour la survie, et ceux qui en ressortent victorieux survivent. Dans ce livre, Hitler parle des races de la manière suivante:

L'histoire culminerait dans un nouvel empire millénaire d'une splendeur incomparable, fondé sur une nouvelle hiérarchie raciale organisée par la nature elle-même. [3]

Pratiquement tous les historiens spécialistes de cette période s'accordent à dire que le nazisme a été influencé par le darwinisme. L'historien Hickman évoque l'influence déterminante du darwinisme sur Hitler en ces termes:

(Hitler) était un partisan convaincu et un prédicateur de l'évolution. Quelles que soient la profondeur, la complexité de sa psychose, il est certain que [le concept de lutte était important parce que] […] son livre, Mein Kampf, a clairement mis en avant une série d'idées évolutionnistes, en particulier celles qui mettent l'accent sur la lutte, la survie du plus adapté et l'extermination des faibles pour améliorer la société. [4]

Dans The Mass Psychology of Fascism, Whilhelm Reich décrit la théorie nazie:

La théorie de la race procède de la supposition selon laquelle l'accouplement de chaque animal avec un individu de sa propre espèce exclusivement constitue une loi immuable de la nature. Seules des conditions exceptionnelles, comme la captivité, sont susceptibles d'entraîner une violation de cette loi et de donner lieu à un croisement inter-racial. Cependant lorsque cela survient, la nature prend sa revanche et utilise tous les moyens dont elle dispose pour contrecarrer de telles violations, soit en rendant le bâtard stérile, soit en limitant la fertilité de la progéniture de tels individus. Dans tous les croisements de deux créatures vivantes de "niveaux" différents, la progéniture représentera nécessairement quelque chose d'intermédiaire. Mais la nature vise à une reproduction supérieure de la vie; l'abâtardissement est donc contre-nature. La sélection naturelle s'observe également dans la lutte quotidienne pour la survie, dans laquelle les plus faibles, c'est-à-dire les races inférieures, périssent. Cela concorde avec la "volonté de la nature", car toute amélioration et toute reproduction "de qualité" cesserait si les faibles, qui constituent la majorité, ne laissaient plus la place aux forts, qui sont minoritaires. [5]

Comme nous pouvons le constater, ce point de vue biologique, à la base de la théorie raciale des nazis, relève du darwinisme à l'état pur. Les idées aberrantes selon lesquelles le but de la nature serait "d'amener les espèces supérieures à évoluer", qu'elle instaure un mécanisme de sélection naturelle à cette fin, et que les faibles sont inévitablement éliminés, ne sont qu'un simple condensé du darwinisme.

Ces idées évolutionnistes, qui n'ont aucun fondement scientifique et ne sont que des remaniements de la superstition "d'assigner une conscience à la nature", présente dans les cultures animistes, ont atteint leur summum dans la sauvagerie des nazis. La théorie a été mise en pratique dans des sociétés humaines, de nouveau conformément au darwinisme. Wilhelm Reich poursuit:

Les "national-socialistes" allèrent plus loin en appliquant aux hommes cette loi supposée naturelle. Leur raisonnement consistait à penser comme suit: l'histoire nous enseigne que le "mélange de sang aryen" avec des peuples "inférieurs" a invariablement pour conséquence la dégénérescence des fondateurs de la civilisation. Le niveau de la race supérieure est compromis, ce qui s'accompagne d'une régression physique et mentale; ce phénomène marque le début d'un "déclin" progressif. "Le continent nord-américain restera fort, déclarait Hitler, tant qu'il [l'habitant allemand] n'est pas victime de la dénaturation du sang", en d'autres termes, tant qu'il ne s'accouple pas avec des peuples non-germaniques. [6]

Lorsque Hitler a dit, "Si l'on enlevait les Allemands du Nord, il ne resterait rien d'autre que la danse des singes", cette pensée s'appuyait sur l'idée darwiniste que l'homme descend du singe; c'est pour cette raison que certains hommes ont toujours un "statut de singes". [7]

Ce raisonnement est le catalyseur des horribles massacres perpétrés contre plusieurs races telles que les Gypsies, les Slaves, les Russes, et surtout les Juifs, et explique l'insensibilité monstrueuse dont ils ont fait preuve en commettant ces actes atroces.

Des théories de Darwin, Hitler a tiré l'idée de la nécessité d'une lutte et d'un conflit perpétuels entre les races humaines.

Les meurtres eugéniques, encouragés par Ernst Haeckel et commis par les nazis, et les massacres nazis des années de guerre étaient étayés par une philosophie commune: l'idée que les humains sont de simples animaux, et que les races humaines sont en conflit permanent. Les nazis n'hésitèrent pas à assassiner des centaines de millions d'enfants dans la réalisation de leurs idées cruelles.

Le racisme antisémite et social-darwiniste actuel

Aujourd'hui, beaucoup de mouvements antisémites ou prônant un racisme de la sorte tirent leur inspiration du darwinisme social. Dans le manifeste de l'une des organisations racistes les plus radicales des Etats-Unis, la National Alliance (Alliance Nationale), les fondements de cette doctrine sont exposés clairement.

L'organisation fasciste National Alliance insiste sur la différence entre la doctrine qu'elle prône et les "croyances sémitiques" (Islam, Christianisme et Judaïsme), et déclare que ses membres croient uniquement en la nature, qu'ils sont évolutionnistes, tandis que les "croyances sémitiques" sont fondées sur la foi en Dieu. Dans ce manifeste, la logique évolutionniste qui se cache derrière cette idéologie raciste est décrite comme suit:

Notre monde est hiérarchiquement organisé. Chacun de nous est un membre de la race aryenne (ou européenne) qui, comme les autres races, a développé des caractéristiques propres au cours des milliers d'années durant lesquelles la sélection naturelle l'a non seulement adaptée à son environnement, mais l'a également fait progresser sur le chemin de l'évolution. Ces races qui ont évolué dans l'environnement nordique, plus hostile, survivaient à des hivers exigeant organisation et autodiscipline, et ont développé plus rapidement des facultés mentales supérieures. [8]

La National Alliance Organization est basée aux Etats-Unis, et publie des livres et des magazines en suédois, français, allemand, portugais et en russe. Elle diffuse rapidement son idéologie darwiniste et néo-païenne. Les articles publiés dans le magazine fasciste National Vanguard de cette organisation citent fréquemment les travaux de Darwin et d'autres idéologues du darwinisme social. Des assertions et commentaires darwiniens et une propagande similaires défendant la culture païenne contre les religions divines peuvent être trouvés dans les publications et les sites Internet d'autres organisations fascistes.

En clair, le racisme fasciste né de la résurgence de la culture païenne et de la théorie de l'évolution naturelle au 19ème siècle continue de gagner de l'ampleur au 21e siècle, avec toujours les mêmes idées maîtresses.

Les valeurs prônées par le Coran sont contre le racisme

Les idéologies racistes, qui ont causé à l'humanité des dommages irréparables, sont totalement contraires à l'Islam. Selon l'Islam, la supériorité humaine n'a rien à voir avec la race. Quelle que soit la race des hommes, ce sont toujours des hommes. Chacun d'eux a été créé et placé dans ce monde par Dieu. Le Coran énonce cette vérité en ces mots:

O hommes, nous vous avons créés d'un homme et d'une femme; nous vous avons répartis en familles et en tribus, afin que vous fassiez connaissance. Le plus digne devant Dieu est celui d'entre vous qui Le craint le plus. Or Dieu est le Connaisseur, l'Omniscient. (Coran, 49: 13)

Le verset susmentionné est parfaitement clair. Quels que soient les critères de jugement de la supériorité des hommes en ce monde, aux yeux de Dieu, cette "supériorité" consiste à être proche de Lui et à Le craindre.

Toute personne ou tout groupe qui considère une race comme "supérieure", ou qui essaie de la faire paraître comme telle, se perd dans des illusions. Chacun devra comparaître devant Dieu au jour du Jugement, et sera appelé à rendre des comptes, seul. Ces attributs, qu'il pensait être les apanages de sa supériorité, ne lui seront alors d'aucune utilité. Bien au contraire, ceux qui instaurent des critères autres que ceux révélés par Dieu, qui prétendent être supérieurs et oppressent les autres peuples, et qui essayent de se renforcer en écrasant les faibles, récolteront forcément le fruit de leurs actions, aussi bien dans ce monde que dans l'autre:

… Et cela à cause de leur orgueil dont ils s'enflent sur la terre, et de leurs machinations criminelles: mais les machinations criminelles n'enveloppent que ceux qui les mettent en oeuvre. Espèrent-ils autre chose que d'être jetés dans la voie des peuples d'autrefois? Tu ne trouveras point de variations dans les voies de Dieu. N'ont-ils pas voyagé dans ces pays? N'ont-ils pas vu quel a été le sort de leurs devanciers, qui étaient cependant plus robustes qu'eux? Rien aux cieux ni sur la terre ne saurait affaiblir sa puissance. Il est omniscient, omnipotent. (Coran, 35: 41-43)

La sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action [une peine]

identique . Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire incombe à Allah. Il n'aime point les injustes ! ( Coran , 42 / 40 )

 

Notes

1-Wilhelm Reich, The Mass Psychology of Fascism, Farrar, Straus and Giroux, New York, 2000, p. 75
2-James Joll, Europe Since 1870: An International History, Penguin Books, Middlesex, 1990, pp. 102-103
3-L.H. Gann, "Adolf Hitler, The Complete Totalitarian", The Intercollegiate Review, Fall 1985, p. 24; cité dans Henry M. Morris, The Long war Against God, Baker Book House, 1989, p. 78
4-Hickman, R., Biocreation, Science Press, Worthington, OH, pp. 51-52, 1983; Jerry Bergman, "Darwinism and the Nazi Race Holocaust", Creation Ex Nihilo Technical Journal 13 (2): 101-111, 1999
5-Wilhelm Reich, The Mass Psychology of Fascism, Farrar, Straus and Giroux, New York, 2000, pp. 75-76
6-Wilhelm Reich, The Mass Psychology of Fascism, Farrar, Straus and Giroux, New York, 2000, p. 76
7-Carl Cohen, Communism, Fascism and Democracy, Random House, New York, 1972, pp. 408-409
8-"GENERAL PRINCIPLES", National Alliance (http://www.natall.com/index.html)

Tags : racisme Darwin
Category : RACISME ET DARWINISME | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |