Le darwinisme n'est pas une théorie scientifique. » Paix et Amour entre les peuples

 Le darwinisme n'est pas une théorie scientifique.

28/4/2010

 

Le darwinisme n'est pas une théorie scientifique.

par Jean-François Moreel

Pour le biochimiste Jean-François Moreel, auteur de deux ouvrages sur la question, démystifier le darwinisme présente un enjeu de taille : libérer les scientifiques de cette idéologie pour reconquérir leur liberté de penser. Docteur en biologie moléculaire et cellulaire du développement, J.F. Moreel est aujourd'hui directeur scientifique d'un laboratoire de recherche privé en biologie moléculaire et génomique appliquée. Il a publié en 2007 Darwinisme le grand mensonge et Le Darwinisme envers d'une théorie (éd. François-Xavier de Guibert) dans lesquels il montre une réalité des connaissances ; très éloignée du mythe officiel.

NEXUS :Pourquoi avoir écrit le livre Le Darwinisme, envers d'une théorie1 ?

Jean-François Moreel : J'ai débuté ma carrière par l'étude de la génétique du développement précoce des vertébrés. Je me suis spécialisé dans un domaine situé à l'intersection de deux branches non darwiniennes de la biologie, la génétique moléculaire et l'embryologie. Très vite, j'ai été confronté à la pesanteur du dogme darwinien et c'est devenu une évidence, comme un devoir: il fallait que je témoigne. N'oublions pas que le darwinisme porte dans ses gènes, si je puis dire, les relents des heures les plus sombres du XXe siècle.

Dans votre livre, vous commencez par un peu d'histoire qui en étonnera plus d'un : L'Origine des espèces, le livre fondateur de Charles Darwin, a rencontré peu de succès à sa publication...

Effectivement. Même si Darwin apporte un modèle rendant compte de la possibilité de l'évolution, l'extraordinaire réaction que provoque la publication de L'Origine des espèces en 1859 n'est que légendaire. L'ouvrage est peu lu et il ne s'en vend que 9500 exemplaires en dix ans. Les scientifiques - et la presse - durant les premières années n'y voient que Lamarck. Même le Muséum d'histoire naturelle de Paris n'a pas jugé bon de le faire acheter par sa bibliothèque centrale.

Si nous considérons aujourd'hui Darwin comme un grand novateur, ce n'est pas le cas de ses contemporains. En effet, L'Origine des espèces ne présente pas de grandes nouveautés dans les domaines qui préoccupent le milieu des sciences biologiques de l'époque. Ce livre ne donne aucune preuve expérimentale de la sélection naturelle et la théorie de l'évolution n'apparaît pas comme réellement nouvelle.

D'où viendra son succès?

De la puissante science allemande, après la parution en 1860 de la traduction de L'Origine des espèces. Elle est lue par Ersnt Haeckel, un médecin, biologiste et philosophe, immédiatement convaincu. Il commence à exposer ses convictions darwiniennes en 1863 et publie en 1866 sa Generelle Morphologie.

Même si Haeckel donne une version parfois personnelle du darwinisme, il en devient un véritable héraut. Très vite, il transpose cette hypothèse dans le domaine philosophique et politique, ce qui est probablement essentiel ensuite dans le développement et la réussite de la théorie de l'évolution.

Aujourd'hui, Haeckel est un peu tombé dans l'oubli...

Oui, pourtant son succès à l'époque est aussi considérable que durable et ses ouvrages sont traduits dans toutes les langues.

Sur le plan scientifique, alors qu'il falsifie ses résultats et commet une fraude qu'il reconnaîtra plus tard, le succès est aussi complet que sur le plan populaire. Tous les biologistes de l'époque lisent Haeckel, mais ignorent souvent Darwin.

Pourquoi ?

Imitant Darwin dans son argumentation, Haeckel s'appuie pour la faire accepter, sur le fait que cette théorie est la seule à être cohérente. Pour expliquer l'apparition des premiers êtres vivants, il reprend l'idée de Buffon

- devenue classique de nos jours - de la génération spontanée de micro-organismes permise par les conditions physicochimiques particulières qui ont régné selon lui dans les « âges primitifs». Si, dans L'Origine des espèces, Darwin ne s'attarde pas sur une histoire de la vie, s'il ne prend aucun appui sur la physico-chimie, Haeckel se situe quant à lui dans la tradition lamarckienne et démontre l'évolution en lui donnant des arguments historiques, embryologiques et physico-chimiques.

Les ouvrages de Haeckel répandent la théorie darwinienne de l'évolution par sélection naturelle dans toute l'Europe.

Par exemple?

Sa théorie, dont sa thèse de la récapitulation, qui explique, entre autres, la présence de « branchies » chez les embryons des mammifères, est encore très cotée de nos jours chez les darwiniens, bien que dénoncée par les embryologistes et les spécialistes de la biologie du développement. Ainsi, il reconstitue sur plus de trois cents pages l'histoire de la création en fournissant de nombreux tableaux et arbres phylogénétiques de plus en plus détaillés.

Certes, par les compléments qu'il lui donne, Haeckel modifie la théorie darwinienne. En ramenant l'évolution dans le champ de la physiologie, il en souligne l'aspect déterministe et lui retire un peu de la nature probabiliste que lui offre la sélection naturelle darwinienne. Toutefois, il apporte des arguments qui manquent à L'Origine des espèces et permet aux naturalistes du continent de succomber dès 1866 à la théorie de la sélection naturelle.

Si Haeckel dépasse parfois un peu la pensée darwinienne, ce sont néanmoins ses ouvrages qui répandent la théorie darwinienne de l'évolution par sélection naturelle dans toute l'Europe.

La fable de la loi biogénétique ou la thèse de la récapitulation de Haeckel

Dans sa thèse de la récapitulation, qu'il a baptisée « loi biogénétique », Ernst Haeckel apporte un argument en faveur de la théorie de l'évolution en expliquant que les embryons, lors de leur développement, passent par les différentes phases transitoires de la soi-disant évolution de leurs ancêtres. Par exemple, l'embryon humain présente, au début, des particularités ressemblant à celles des poissons, puis à celles des reptiles, avant, finalement, d'acquérir les particularités propres à l'homme (heureusement qu'il n'acquière pas celles du singe, sinon la mère le sentirait passer !). C'est la raison pour laquelle l'embryon humain porte des « branchies » et une « queue », entre autres. En résumé, pour Haeckel et ses (nombreux) amis, « l'ontogenèse récapitule la phylogenèse ». Pour appuyer cette magnifique « loi », Haeckel réalise de faux dessins dans le but de faire ressembler l'embryon humain au poisson.

Confondu sur sa fraude, voici ce qu'il déclare ensuite : « Après l'aveu de cette falsification, je devrais me sentir honteux. Ma consolation est cependant la suivante : il existe des centaines d'amis se retrouvant avec moi sur le banc des accusés, il existe de nombreux observateurs dignes de confiance et des biologistes de grande réputation qui, dans leurs meilleurs livres de biologie, leurs thèses ou encore leurs revues publient des falsifications semblables aux miennes, des informations douteuses, ainsi que des schémas plus ou moins falsifiés, souvent remis à jour. » Les « centaines d'amis » et les autres ont dû apprécier...

Quant aux « branchies » et « queue » de l'embryon humain, désolé pour les évolutionnistes de tout poil et de toute écaille, cela fait longtemps que la biologie a démontré que c'était pure affabulation.

Cela n'empêche pas le Petit Larousse, dans son édition grand format 2004, de donner les seuls éléments biographiques suivants pour Haeckel « Postdam 1834- Iéna 1919, zoologiste et embryologiste allemand. Il donna des travaux majeurs en embryologie comparée. Défenseur de Darwin, il proposa une loi biogénétique fondamentale (1866) : "L'ontogenèse récapitule la phylogenèse" ».

Oui, c'est bien de l'édition 2004 dont il s'agit, et pas celle de...1904 Aucune théorie de l'évolution ne supporte l'idée d'une distribution discontinue des êtres vivants... Or, il n'existe pas d'être mi-plante mi-animal, pas même d'individu mi-reptile mi-mammifère...

Aucune critique n'est formulée à l'époque contre la théorie de l'évolution?

Si, et c'est d'une approche statistique que vient la plus redoutable des critiques précoces de la théorie darwinienne. En 1867, l'ingénieur Fleeming Jenkin publie dans la North British Review une critique pamphlétaire de L'Origine des espèces qui ne passe pas inaperçue. Darwin lui-même y fait référence dès l'édition de 1869 de son ouvrage en la présentant comme un « article compétent et remarquable ». Jenkin y admet la possibilité et même la réalité de la sélection, mais en suivant les hypothèses darwiniennes sur la variation et en raisonnant quantitativement, il réfute qu'elle puisse modifier les espèces et que la taxinomie puisse s'interpréter de façon généalogique.

C'est-à-dire?

Jenkin étudie les chances pour qu'une variation apparue chez un individu puisse se fixer dans la population et ceci quel que soit le degré d'avantages qu'elle apporte. Il montre qu'une variation a toutes les chances de se perdre dans la masse des individus qui à chaque génération ne se reproduisent pas. Ce phénomène est aujourd'hui bien documenté et connu sous le nom de dérive génétique.

Est-ce la seule limitation à la mutation des espèces ?

On constate que la plupart des modifications de l'ADN rencontrées au sein des organismes d'une même espèce n'ont aucun effet biologique. Soit que la mutation ne provoque aucun changement de sens du codon qu'elle touche, soit qu'elle provoque le remplacement d'un acide aminé par un autre qui lui est similaire et ceci sans modification de synthèse et d'activité significative de la protéine, soit qu'elle affecte une partie non codante du génome sans en altérer les propriétés biologiques. Il est évident que si les mutations entraînant de grands changements sont très rarement observées, c'est aussi parce qu'elles sont souvent létales ou tellement désavantageuses que les individus qui en sont porteurs n'ont que peu ou pas de descendance.

L'un des chapitres de votre livre porte le titre : « La macro-évolution n'est plus une théorie scientifique »...

À l'origine, l'idée d'évolution est censée correspondre à un modèle explicatif permettant de poser le problème de la biodiversité en termes accessibles à la démarche empirique des sciences. Très rapidement, les darwiniens en ont fait un truisme, ce qui ne constitue pas une explication. Pour pouvoir élaborer une théorie réellement scientifique capable de représenter un modèle scientifique quel qu'il soit, encore faut-il posséder un problème dont les données soient clairement établies. Or, dans le cas présent, nous en sommes loin. En effet, selon les critères retenus, la biodiversité se chiffre en quelques dizaines de milliers à plusieurs millions d'espèces.

Vous voulez dire que l'on parle de l'évolution des espèces, mais qu'on ne peut définir avec précision cette notion d'« espèce » ?

Oui, tout à fait : il est actuellement impossible de quantifier précisément la biodiversité.

Quel est ou quels sont les critères retenus pour distinguer une espèce ?

Il existe un critère biologique simple de définition de l'espèce, c'est l'interfécondité de ses membres. C'est sur ce principe que l'on peut affirmer que tous les êtres humains appartiennent à la même espèce. De l'équateur aux pôles, nous sommes tous susceptibles d'avoir une descendance féconde avec n'importe lequel de nos semblables du sexe opposé.

Ainsi, l'espèce humaine est définie par l'ensemble des individus interféconds, quelle que soit la nature de leurs différences : morphologiques, ethniques, culturelles, géographiques, d'habitat, etc. Hélas, cette définition n'est pas retenue par les darwiniens.

Quels sont les autres critères ?

Pour certains naturalistes, le critère d'interfécondité devient secondaire, car ils privilégient la notion d'« isolement géographique ». Par exemple, le lynx pardelle de la péninsule ibérique et le lynx boréal de Scandinavie sont parfaitement interféconds. Ils se croisent très bien en captivité et nul ne conteste la fécondité de leurs « hybrides ». Mais ils sont toujours présentés comme des espèces distinctes sous prétexte qu'ils ne peuvent se rencontrer, car les lynx qui occupaient la zone géographique intermédiaire ont disparu. Or, les différences entre ces deux espèces sont de l'ordre de la variabilité intra-spécifique et non de l'évolution d'une espèce vers une autre. De plus, ce critère d'« isolement géographique » nous réserve souvent des surprises, comme des cas d'interfécondité biologique entre des taxa d'ordre supérieur à l'espèce ou au genre.

Un exemple ?

Si la fécondité des tigrons, l'hybride entre le lion et le tigre, observée récemment en captivité se trouvait confirmée par un second zoo, il nous faudrait alors considérer certaines des figures de fauves représentées sur les fresques mésopotamiennes et assyriennes comme autre chose que des visions d'artiste. Ces lions tigrés à faible crinière ont peut-être bien existé. Quoi qu'il en soit, il faut admettre que l'interfécondité du lion et du tigre nous amène à une vision de la variabilité naturelle aussi étendue que celle de la variabilité artificielle pour les espèces domestiques. Et, plus généralement, au-delà de la notion d'espèce, il est surtout impossible d'identifier ce qui relève de la micro-évolution par rapport à ce qui relève de la macro-évolution.

Quelle est la différence entre ces deux notions ?

La micro-évolution comprend l'ensemble des mécanismes aboutissant à l'apparition de nouvelles variétés ou races au sein d'une espèce donnée ou de l'ensemble des individus physiologiquement interféconds.

La macro-évolution comprend l'ensemble des mécanismes hypothétiques aboutissant à l'apparition de nouvelles espèces vraies, c'est-à-dire biologiques, au-delà de la barrière reproductive et des différents plans d'organisation. Elle conduit aux divers familles, ordres, etc.

Il n'existe aucun intermédiaire connu entre les différentes structures dermiques des diverses classes, pas plus entre écailles et plumes qu'entre écailles et poils, ou entre poils et plumes.

C'est donc au niveau de la macro-évolution que se situent les fameux « chaînons manquants » ?

Oui, et c'est l'un des problèmes majeurs du darwinisme, qui prédit de nombreux intermédiaires le long des chaînes évolutives et donc des chevauchements possibles et même très probables entre les différents taxa. À l'exception de la théorie des équilibres ponctués de Niles Eldredge et Stephen Jay Gould2, aucune théorie de l'évolution ne supporte l'idée d'une distribution discontinue des êtres vivants surtout si l'on considère l'ensemble des espèces ayant vécu sur terre. Or, tous les taxa supérieurs au genre sont parfaitement discontinus : il n'existe pas d'être mi-plante mi-animal, pas même d'individu mi-reptile mi-mammifère ou ne serait-ce que migrenouille mi-salamandre ou mi-chien mi-chat.

Les darwiniens nous présentent pourtant des « arbres de l'évolution »...

Certes, mais leurs troncs et leurs branches sont désespérément fictifs ! En effet, il n'existe pas d'être vivant, ni de toxon quel qu'il soit, qui occupe une position intermédiaire entre les taxa. De ce fait, le tronc et les branches n'existent pas. Les beaux arbres de tous les manuels se donnent du mal pour épaissir leur tronc en intégrant - plus ou moins proportionnellement - le nombre d'espèces estimé à chaque époque géologique.

Malheureusement, cela ne suffit pas à combler le vide bien réel qui correspond à cet arbre. De plus, lorsque les premiers représentants d'une classe apparaissent, quelle que soit cette classe, ils ne sont en aucune façon intermédiaires : les premiers poissons sont des poissons à part entière, idem pour les premiers amphibiens, les premiers reptiles, etc.

La théorie de l'évolution explique toutefois que les oiseaux sont d'anciens reptiles...

Contrairement à une assertion souvent professée, les scientifiques ne croient absolument pas que les plumes d'oiseaux et les écailles de reptiles puissent provenir l'une de l'autre de façon simple. Bien au contraire, la transition entre les deux est aujourd'hui impensable dans un modèle graduel et l'on ne voit d'ailleurs pas non plus comment la plume est apparue, même dans un modèle d'évolution par saltation. De nouveau, il n'existe aucun intermédiaire connu entre les différentes structures dermiques des diverses classes, pas plus entre écailles et plumes qu'entre écailles et poils, ou entre poils et plumes.

Il n'y a donc pas de cas où l'on retrouve d'exemples d'« évolution » ?

Si, mais les partisans de l'évolution nous présentent systématiquement les seuls cas existants d'espèces qui semblent se suivre morphologiquement et temporellement. C'est le cas, par exemple, des ammonites.

Pour les fossiles, il semble donc y avoir une certaine forme d'« évolution »...

Dans le cas de la découverte d'un fossile inconnu, le problème depuis de nombreuses années est que l'on s'est placé sous la seule hypothèse évolutionniste pour rechercher à quels spécimens connus, dans les âges géologiques proches, le petit nouveau ressemblait le plus. On a ainsi classé ce dernier-né systématiquement à la « bonne place » du seul point de vue évolutif. Dans certains cas, les restes fossiles étant trop parcellaires, on a directement recherché à quels chaînons évolutifs, préétablis a priori, le nouvel individu pouvait correspondre.

Là encore, le fossile a trouvé sa « bonne place » puisque c'est ce que l'on recherchait avant tout. Dans les deux cas, on assiste à une dérive très pernicieuse de la méthode hypothético-déductive, même si, par ailleurs, l'anatomie comparée est un plus indiscutable dans la recherche d'une filiation entre les objets biologiques.

La méthode est donc biaisée ?

Absolument. Les résultats de la paléontologie se sont ainsi toujours miraculeusement trouvés en accord avec la taxinomie générale des êtres vivants présents et passés, parce qu'ils sont étudiés sous la stricte hypothèse évolutionniste.

Cela revient à leur faire dire ce qu'on veut qu'ils disent?

Exactement. D'une façon générale, tout comme la paléontologie ne fournit que des espèces qui apparaissent brusquement, restent inchangées pendant quelques dizaines de milliers ou millions d'années puis disparaissent sans transition avec les espèces qui leur succèdent, la dialectique darwinienne ne peut fournir des exemples d'homologies dues à une ascendance commune que chez des individus appartenant à des variétés issues de la même espèce par micro-évolution. Il n'y a pas d'exemple de « saut » d'une espèce à une autre par macroévolution.

Donc, la démarche hypothético-déductive, souvent présentée comme la plus hautement scientifique par les évolutionnistes eux-mêmes, n'est en aucun cas un gage de qualité absolue des résultats et des conclusions.

L'absence d'hypothèses alternatives à l'évolution a constitué les oeillères de générations de scientifiques qui, dans la plupart des cas, n'ont jamais eu conscience de ce fait et ont exercé leur métier de la façon la plus honnête, voire objectivement rigoureuse, qui soit. Sans parler de la fraude, bien souvent stupide, qui n'est pas plus courante - ni plus rare - dans le domaine scientifique que dans n'importe laquelle des autres activités humaines (voir article « Cachez ces scientifiques... » p. 26).

On peut ainsi démontrer n'importe quoi ou presque?

Oui. Quelques auteurs darwiniens vont jusqu'à soutenir une filiation depuis la drosophile jusqu'à l'homme en passant par les différentes classes d'invertébrés ! Alors qu'aucun généticien ne se risquerait à faire un arbre phylogénétique des variétés à l'intérieur d'une même espèce en ne s'appuyant que sur l'étude des polymorphismes d'un seul gène, des partisans du darwinisme mettent en avant des taux bruts de différences entre divers taxa en utilisant une seule protéine (ou gène), une seule espèce par taxa et une seule forme allégique quelconque par espèce, ceci pour argumenter l'évolution, je dirais « à tout prix ». Leur obstination aveugle les amène à utiliser des taux de différence globale qu'ils manipulent à dessein pour illustrer leur vision, plutôt que de s'appuyer sur une théorie pour expliquer un fait constaté.

L'évolution par sélection du plus apte ne rend aucun compte du passage d'une variété vers une autre et encore moins de la mise en place d'une barrière reproductive physiologique.

Il y a quand même une valeur sûre dans le darwinisme, c'est le rôle de la sélection naturelle...

Faux ! Malgré la rhétorique de ses partisans, le rôle de la sélection naturelle darwinienne ne peut pas même être démontré, ne serait-ce que dans l'évolution des différentes variétés d'une même espèce. Dans les rares cas où la sélection d'une meilleure aptitude peut être invoquée dans les modifications de fréquence des phena au sein d'une espèce, il s'avère que les modèles scientifiques darwiniens sont obligés de s'écarter des réalités observées.

De plus, aucun cas d'évolution darwinienne n'est candidat pour illustrer le passage d'une espèce à une seconde qui ne soit pas une simple variété de la première tout à fait interféconde avec elle. Ce sont souvent, une fois de plus, des problèmes de discours idéologique sous-jacents qui soutiennent l'idée d'émergence, à partir d'une seule et unique souche, d'une variété de « sur-êtres » appelée à engendrer une espèce supérieure dont la qualité principale est d'être dominante, si ce n'est parricide.

Sélection naturelle et évolution ne font donc pas bon ménage dans la nature ?

Il faut cesser de confondre l'évolution dialectique de la définition arbitraire de l'espèce avec l'évolution biologique des êtres vivants. Il est évident que les résultats de telles recherches se passeront de la sélection darwinienne dans leurs explications. Cette dernière est déjà abandonnée de fait. Actuellement, les rares cas rapportés d'évolution d'une population dans laquelle la concurrence entre individus est invoquée ne dépassent pas les modifications très superficielles et ne permettent pas d'extrapolation vers des modèles explicatifs de la micro-évolution en général. Seuls les partisans du darwinisme se permettent de citer des exemples comme ceux de la lignée des équidés ou de la phalène du bouleau pour tenter de démontrer que la sélection des plus aptes est impliquée dans le phénomène d'évolution au sein d'un même phylum. Même dans ces deux modèles, si prisés des darwiniens, l'évolution par sélection du plus apte ne rend aucun compte du passage d'une variété vers une autre et encore moins de la mise en place d'une barrière reproductive physiologique.

Quelles sont les autres faiblesses du modèle darwinien ?

Prenons l'exemple de la régulation des naissances dans la nature. Bien que très documenté et connu depuis de nombreuses années, ce phénomène n'est absolument pas pris en compte par les sciences darwiniennes, qui sont incapables d'intégrer les données démographiques. En conséquence, elles en occultent totalement la fréquence, ainsi que la banalité des équilibres constatés entre variétés de la même espèce. Disparaissent alors de nombreux modèles explicatifs qui se passent du concept de « sélection du plus apte » et sont, pourtant, scientifiquement de valeur explicative souvent supérieure aux thèses darwiniennes.

Pourquoi ces modèles ne sont-ils pas développés ?

Il y a exclusion a priori de faits empiriques avérés et parfaitement reproductibles qui sont considérés comme non scientifiques en raison de l'inconvenance des hypothèses permettant d'en rendre compte vis-à-vis des théories ayant cours, parce que les darwiniens ne supportent pas les faits contraires à leur « dogme ». En contrôlant tout à la fois le financement des recherches et la communication scientifique, les institutions darwiniennes exercent une double censure inquisitrice. En amont, elles empêchent l'exploitation des données mettant en évidence les mécanismes réellement responsables des équilibres entre populations et ressources et ne supportent financièrement que les travaux visant la mise en avant d'une hypothétique concurrence. En aval, contrôlant la communication depuis les publications scientifiques généralistes jusqu'à la production de documentaires aux qualités visuelles indéniables, elle ne diffuse que leur vision de la prédation et les dernières « avancées » d'une science entièrement vouée à l'illustration de la sélection des plus aptes et servant la propagande de cette culture de mort que nous proposent ses partisans.

La science est donc orientée ?

Par la simple restriction des crédits et la possession des comités de référence des grandes revues généralistes, la science darwinienne détient le quasi-monopole des recherches et engendre la totalité des résultats accessibles au grand public en sciences naturelles. Ceci se passe tous les jours sans aucun complot et sans même nécessiter la moindre mauvaise foi.

Si les inquisiteurs existent, ils restent rares dans le monde scientifique. C'est surtout la force de l'habitude qui devient insurmontable et, au-delà, cette faculté très humaine qu'est l'aveuglement face à nos propres méprises. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le darwinisme soit si bien portant. Ce qui est réellement surprenant ne tient pas dans la publication de ces romans qui nous parlent de l'égoïsme des gènes ou de leurs avatars, mais bien plutôt dans ce nombre toujours croissant de scientifiques qui expriment leurs doutes et leur répugnance à se soumettre au dogmatisme aveugle de certains darwiniens.

Aucune nouvelle théorie « non conforme » ne peut donc émerger ?

Effectivement. Si de nombreux faits, explicables en dehors des théories officielles, mais inassimilables par elles, s'accumulent, ils ne pourront intégrer le cadre scientifique déductif que si une nouvelle théorie permettant d'en rendre compte entre en vigueur. Cependant, pour qu'elle soit acceptée, il faut qu'elle possède une valeur générale évidente, c'est-à-dire qu'elle doit rendre compte d'un grand nombre de faits, mais sans remettre en question l'édifice théorique des sciences darwiniennes. De plus, si elle est en concurrence partielle avec une théorie antérieure, la nouvelle doit bien souvent avoir une valeur heuristique supérieure. De plus, elle doit impérativement s'attirer un nombre important de supporters dans les plus brefs délais pour se faire entendre et trouver droit de cité dans les publications, sous peine de disparaître prématurément. Peu importe les qualités des théories en présence, c'est l'antériorité qui assure la plus grande pérennité et, bien souvent, on assiste à l'abandon de la nouveauté avant même d'en avoir étudié toutes les richesses.

En dehors du darwinisme, point de salut ?

Imposant leur vision du monde, les partisans du darwinisme réduisent le champ des sciences à la portion congrue des phénomènes naturels qu'ils peuvent exploiter. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, alors que le darwinisme n'a jamais été scientifique, qu'il a provoqué l'élimination arbitraire de certains paradigmes, emprisonné la pensée scientifique dans une épistémologie justifiant le finalisme, borné la recherche à l'étude des seuls faits compatibles avec lui, bien qu'ils constituent une censure inquisitrice limitant les champs d'investigation autant que les possibilités d'expression et de communication des chercheurs, la science n'a jamais été aussi darwinienne.

Cette adhésion au dogme, volontaire ou imposée, consciente ou non, risque d'entraîner une dérive des scientifiques dans leur ensemble vers une mystique incompatible avec la nature nécessairement empirique de la science et l'idéal d'universalité qui est encore souvent le sien. Alors qu'elle constitue l'un de ses piliers porteurs, la biologie est aujourd'hui étouffée par le libéralisme darwinien. Si les scientifiques souhaitent retrouver le droit d'exercer honnêtement leur art et si notre société ne veut pas plonger dans un nouvel obscurantisme, il est impératif de poser ouvertement la question du maintien des thèses darwiniennes dans le cadre des sciences, et de la révision des règles épistémologiques en usage.

Il semble qu'après cent cinquante ans d'affirmations gratuites du « fait » de l'évolution, l'endoctrinement éducatif et médiatique ne suffise plus à réprimer les doutes des jeunes chercheurs.

Un « nouvel obscurantisme » ?

Tous les grands darwiniens de ces cent dernières années répètent à la suite de Hugo de Vries que l'évolution est un processus en deux étapes dans lequel le rythme de la sélection dépend, en dernier recours, du rythme des mutations. Ainsi, parachevant l'ouvrage idéologico-scientifique, la génétique des populations nous amène au constat d'une amélioration des espèces par élimination et remplacement des héréditairement inadaptés. Dans cette optique, si le bourgeois s'enrichit, c'est parce que ses gènes le lui permettent et il est bon pour l'espèce qu'il les transmette. Comment s'en étonner puisque les évolutionnistes de tous poils ont presque tous eu, au moins jusqu'au milieu du XXe siècle, des idées proches de l'eugénisme et des : solutions finales » ?

Sans parler d'« imposture », Darwin était initialement un théologien et non un scientifique...

C'est probablement la clé. Il use de finalisme dans toute son oeuvre et ceci sans y voir le moindre mal. Dès les années 1860, reprenant son discours, ses partisans éludent l'absence d'arguments empiriques en faveur de l'évolution des espèces et la présentent comme un truisme. Le débat se tourne alors, définitivement semble-t-il, vers l'hypothèse de « la sélection du plus apte » qu'ils érigent en un véritable dogme. Depuis cette époque, l'évolution est un fait prouvé par la biodiversité alors même qu'elle est censée devoir l'expliquer ! De nos jours encore, seuls les rôles respectifs de la mutation et de la sélection sont discutés.

Pour défendre Darwin, ses partisans expliquent qu'il n'y avait pas de possibilités d'expérimentation comme aujourd'hui...

C'est encore un truisme! Bien sûr que les moyens de la science entre le XIXe et le XXe siècle sont incomparables, mais c'est passer sous silence que, alors qu'elle est encore présentée comme conforme à l'empirisme et issue d'une recherche d'explication du « comment » de l'évolution, l'hypothèse de la sélection naturelle s'est très rapidement avérée infirmée par les résultats expérimentaux. Devant la multiplicité des formes, des comportements et des observations empiriques contradictoires, la biologie darwinienne va s'orienter vers l'élaboration a priori d'hypothèses issues de la théorie et reposant sur la finalité des choses pour rendre compte des faits constatés, en fixant des buts hypothétiques, parfois totalement imaginaires, qu'ils accordent à telle ou telle adaptation.

Un autre argument des darwiniens est que la théorie créationniste de la genèse est fausse...

Effectivement, pour Darwin, le fait de démontrer que la théorie biblique est erronée justifie la plausibilité de celle de l'évolution. Cette argumentation fait encore partie de nos jours des bases de la démonstration évolutionniste ! Mais c'est tout sauf de la science...

Une conclusion ?

Nous sommes obligés de constater qu'aujourd'hui l'évolution repose avant tout sur des illusions entretenues par la rhétorique et une certaine dialectique, toutes deux soutenues par des représentations graphiques trompeuses des plus sophistiquées, voire absconses pour certaines. Il semble toutefois qu'après cent cinquante ans d'affirmations gratuites du « fait » de l'évolution, l'endoctrinement éducatif et médiatique ne suffise plus à réprimer les doutes des jeunes chercheurs, ce qui donne de l'espoir.

Pour conclure, peut-être par pure insolence vis-à-vis des autorités scientifiques et de l'inquisition darwinienne, j'emprunterai cette citation à un homme d'église qui, à ma connaissance, n'a jamais prétendu avoir la moindre compétence en sciences : « La complexité indique précisément que, pour rendre compte de la richesse du réel il est nécessaire de recourir à une pluralité de modèles3. »

Notes

1. Jean-François Moreel, Le Darwinisme, envers d'une théorie, éd. François-Xavier de Guibert, 2007 (en vente dans la librairie NEXUS).

2. La théorie des équilibres ponctués de Stephen Jay Gould et Niles Eldredge postule que l'évolution comprend de longues périodes d'équilibre ponctuées de brèves périodes de changements importants, avec la disparition et l'apparition de nouvelles espèces.

3. Jean-Paul II, Discours devant l'assemblée plénière de l'Académie pontificale des sciences, 31 octobre 1992.

Source : Nexus N°64 - septembre, octobre 2009

 

Tags : darwinisme
Category : RACISME ET DARWINISME | Write a comment | Print

Comments

clovis simard, le 21-12-2010 à 01:09:02 :

beagle


Bonjour, Je suis croyant et je suis convaiçu que la théorie de Darwin est incomplète.
      

Deion : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page:BEAGLE DE DARWIN !

LE THÉORÈME DU BEAGLE.

Cordialement

Clovis Simard

| Contact author |