Les descriptions du Paradis » Paix et Amour entre les peuples

 Les descriptions du Paradis

31/8/2007

Les descriptions du paradis : sens propre ou allégorique ?


Question :

Le paradis que décrit le Coran semble regorger de plaisirs physiques et matériels. Ne faudrait-il pas plutôt prendre tout cela comme des symboles et dire qu'il n'y a au paradis que béatitude spirituelle ?

Réponse :

Voici des éléments de réponse à votre question, en quatre points...

Premier point :
Les textes du Coran et des Hadîths mentionnent effectivement la présence, dans le Paradis, de délices d'ordres matériel et physique : jardins, demeures, nourritures, etc. Cela fait partie des enseignements de l'islam, et, voulant rester fidèles à l'enseignement authentique du Coran et de la Sunna, les musulmans ne sauraient chercher à le nier ou à en faire une interprétation "forcée" ("ta'wîl fâssid"). Le Coran évoque ainsi

"des jardins sous quoi coulent des ruisseaux" (Coran9/72), "des demeures excellentes dans les jardins d'Eden"(9/72), "des fruits, des palmiers, des grenadiers" (55/68), "des fruits abondants, qui ne connaîtront pas de rupture ni ne seront interdits" (56/32-33), "des ruisseaux d'eau jamais malodorante, des ruisseaux de lait au goût non altéré, des ruisseaux d'un vin délicieux pour les buveurs, et des ruisseaux de miel clarifié"(47/15), "une liqueur de source qui ne leur causera ni maux de tête ni étourdissement" (56/18-19), "des plats et des coupes en or" (43/71), "des viandes d'oiseaux" (56/21), "des vêtements de soie" (22/23), "le mariage avec des houris aux grands yeux""semblables à la perle cachée" (56/23), "comme si elles étaient le rubis et le corail" (55/58)…

Second point :
Ce qu'il faut cependant souligner, c'est que si le Coran et la Sunna emploient, pour décrire les délices paradisiaques,des termes tels que ceux que nous venons de voir, ils tiennent parallèlement à préciser que la réalité de ce qui existe au paradis dépasse de loin tout ce que l'esprit humain peut concevoir.
D'un côté, le Coran et la Sunna affirment ainsi que chacun aura au paradis ce qui, dans le cadre de ce qui est conforme à l'éthique humaine (al-fit'ra),lui était agréable et délicieux lorsqu'il vivait sur terre. Le Prophète (sur lui la paix) déclara qu'après le jugement dernier et l'admission d'hommes au paradis, un habitant du paradis demandera à Dieu la possibilité de faire pousser des champs, avec semailles et récolte. Dieu lui dira :

"N'as-tu pas déjà tout ce que tu veux ?  Si, répondra l'homme, mais je voudrais le faire." Dieu lui accordera alors la possibilité de le faire ; semer, voir les plants pousser et procéder à la récolte se feront en un bref instant. Dieu lui dira alors : "Voilà, fils d'Adam. Tu en voudras donc toujours plus!""

Messager de Dieu, y a-t-il des chameaux dans le paradis ?" Le Prophète (sur lui la paix) lui fit cette réponse : "Bédouin, si Dieu te fais entrer dans le paradis, tu y trouveras ce que désire ton âme et ce qui ravit ton oeil" (cité dans Hâdil-arwâh, p. 367, hadîth dha'îfd'après Badîwî).

C'est bien ce que Dieu a dit Lui-même :

dans le paradis, il y aura "ce que désire l'âme et ce qui ravit l'oeil" (Coran43/71).

D'un autre côté, cependant, le Coran et la Sunna précisent également que la réalité de ces délices dont chacun bénéficiera au paradis dépasse de loin tout ce que l'esprit humain peut concevoir. Ainsi, à la fin d'un discours durant lequel il avait évoqué devant ses Compagnons les délices du paradis, le Prophète (sur lui la paix) précisa :

"Il y a dans le paradis ce que nul oeil n'a vu, nulle oreille entendu, et nul esprit humain pu imaginer"(rapporté par Muslim, n° 2825).

Voyez : la réalité de ce qui se trouve dans le paradis est quelque chose "que nul esprit humain n'a pu imaginer"; il ne s'agit donc pas de ce que nous voyons ici-bas et qui porte le même nom… C'est bien ce que le Compagnon Ibn Abbâs (que Dieu l'agrée) a expliqué ainsi : "La réalité de ce qui existe dans le paradis n'a de commun avec ce qui existe en ce monde que les noms" (parole citée par Ibn Kathîr dans son Tafsîr en commentaire du verset 2/25, et authentifiée dans Silsilat ul-ahâdîthas-sahîha, n° 2188).
En fait, pour décrire à des humains ce qui est au-delà de tout ce que peut imaginer leur esprit, il fallait bien d'une part utiliser les termes familiers à ces humains, d'autre part souligner que la réalité que cherchent à évoquer ces termes est au-delà de ce que peut imaginer l'esprit de ces humains. (Voir également Ahkâm-é islâm 'aql ki nazar mein, Cheikh Ashraf Alî Thânwî,pp. 372-373.)

Troisième point : Ajoutez à tout cela qu'il ne faut pas oublier que le Coran et la Sunna mentionnent l'aspect hautement spirituel du paradis. Ainsi, une des grandes faveurs présentes dans le paradis sera la totale harmonie et la paix absolue dans lesquelles ses habitants vivront et se rencontreront. Le Coran mentionne ainsi la paix de paroles et de coeurs qui y règnera.

"Là, ils n'entendront ni parole futile ni accusation, mais seulement une parole : "Paix, paix"" (Coran 56/25-26).

Dieu dit de même des habitants du paradis :

"Nous aurons enlevé de leur coeur toute animosité. Sous eux couleront les ruisseaux." (Coran7/43). Ils y seront "s'y accoudant et se faisant face" (56/16)."Les uns se tourneront vers les autres s'interrogeant. L'un d'eux dira…" (37/50-51). "Ceux qui auront eu la foi et que leurs descendants auront suivi dans la foi, Nous ferons en sorte que leurs descendants les rejoignent" (52/21).

Quatrième et dernier point : Ce qu'il faut enfin rappeler c'est que la plus grande grâce qu'exprimera l'admission au Paradis est l'Agrément de Dieu.

"Paix" : parole de la part d'un Seigneur Miséricordieux" (Coran 36/58).

Le Prophète (sur lui la paix) a dit : "Dieu dira aux habitants du paradis : "Habitants du paradis !" Nous sommes présents à Ton appel, Seigneur ! répondront-ils.  Etes-vous heureux ? Comment ne le serions-nous pas, ô Seigneur, alors que Tu nous as donné ce que Tu n'as donné à personne d'entre tes créatures, répondront-ils.  Ne vous donnerais-Je point ce qui est mieux que tout cela ?  Qu'est-ce qui peut donc être mieux que tout cela ? demanderont-ils.  Je déverse sur vous mon Agrément.Je ne serai désormais jamais en Courroux contre vous" (rapporté paral-Bukhârî, par Muslim, n° 2829).

C'est bien là ce que Dieu Lui-même a dit dans le Coran :

"Dieu a promis aux croyants et aux croyantes des jardins sous quoi coulent des ruisseaux, où ils demeureront éternellement, ainsi que des demeures excellentes dans les jardins d'Eden. Et l'Agrément de Dieu est chose plus grande. C'est là l'énorme succès" (Coran 9/72).

Voyez ce que Dieu dit : "l'Agrément de Dieu est chose plus grande"

Comme corollaire de cet Agrément de Dieu, les habitants du paradis auront la sublime faveur de pouvoir contempler Dieu. Or c'est là ce qui leur sera le plus cher au paradis. Le Prophète (sur lui la paix) a dit :

"... Il ne leur aura rien été donné qui leur soit plus cher que de contempler leur Seigneur" (rapporté par Muslim, n° 181).


Synthèse de la réponse :

Si la fidélité à l'orthodoxie musulmane demande que l'on croit bien en l'existence de délices au paradis, ce qu'il faut rappeler c'est que la réalité de ces délices est tout simplement au-delà de tout ce qu'on peut imaginer. Sans qu'ils soient à appréhender dans un sens purement allégorique (au point qu'il ne s'agisse que d'une béatitude spirituelle), les termes employés ne désignent donc pas non plus les mêmes réalités que sur terre.
Et puis il est hors de question d'oublier que les délices paradisiaques ne seront que peu en comparaison avec l'Agrément de Dieu ; et le plus grand bonheur de l'habitant du paradis résidera non pas dans les délices dont il bénéficiera mais dans le sublime sentiment qu'il aura de jouir à tout jamais du Contentement de Dieu ainsi que dans l'insigne faveur qu'il aura de pouvoir contempler Sa Face.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).
(52/20), des houris (le Hadîth est rapporté par al-Bukhârî, n° 2221). Le dialogue suivant relève de la même veine : un bédouin questionna un jour le Prophète : …


Extrait du site : http://www.maison-islam.com   

Category : PARADIS | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |