L'importance des relations conjugales » Paix et Amour entre les peuples

 L'importance des relations conjugales

9/4/2009

L’importance des relations conjugales

 

Question

 

Nous voulons connaître les directives islamiques concernant la relation sexuelle entre les époux. L’Islam a-t-il négligé cette relation, ne lui accordant pas d’importance ?

 

Réponse de Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî :

 

Louanges à Dieu et paix et bénédiction sur le Messager de Dieu.

 

La relation sexuelle entre les époux est cruciale et marque de manière indélébile la vie conjugale. Ne pas s’intéresser à cette question, ou la mettre de côté,peut rendre cette vie difficile. L’amoncellement des erreurs au niveau de la relation sexuelle peut détruire la vie conjugale et l’ébranler dans ses fondements.

 

Certaines personnes doivent penser que la religion a négligé cet aspect malgré son importance. D’autres pensent que la religion est trop noble et trop pure pour s’intéresser à cet aspect par des enseignements et des conseils ou par des lois et une organisation. Ils s’appuient pour cela sur la vision d’autres religions de la question du sexe considéré comme étant « une salissure et un rabaissement animal ». En réalité, l’Islam n’a pas négligé ce côté sensible de la vie de l’Homme et de la vie familiale. L’Islam a ainsi exprimé des obligations et des interdits, qu’ils soient de nature à être considérés comme des commandements moraux ou comme des lois obligatoires.

 

La première chose que l’Islam a établie au niveau de cet aspect est la reconnaissance du caractère parfaitement naturel et authentique de l’instinct sexuel. L’Islam condamne ainsi toutes les tendances extrémistes qui visent à l’empêcher, ou à le considérer comme une salissure ou une souillure. C’est pour cette raison que l’Islam a empêché ceux qui voulaient abolir définitivement l’instinct sexuel. Il a en outre répondu à ceux qui voulaient s’éloigner des femmes et abandonner le mariage : « Je connais Dieu mieux que vous, je le crains plus que vous, mais la nuit, je prie et je dors, le jour, je jeûne et je mange, et j’épouse les femmes. Celui qui se détourne alors de ma tradition  n’est pas des miens ».

 

Demême, après le mariage, l’Islam a établi le droit de chacun des époux à répondre à cet instinct. Il a incité à l’acte sexuel à un tel point qu’il est considéré comme une forme d’adoration et de rapprochement de Dieu, comme cela aété précisé dans le hadith authentique : « En une partie de vous, il y a une bonne action ». Les Compagnons dirent : "Ô Messager de Dieu, quelqu’un qui satisferait à ses pulsions serait gratifié d’une bonne action ?" Le Messager de Dieu répondit : « Oui, s’il satisfait ses pulsions illicitement,n’aura-t-il pas récolté une mauvaise action ? Prendriez-vous alors en compte le mal sans prendre en compte le bien ? » [1]

 

Mais l’Islam a pris en compte que l’époux, naturellement et ordinairement, est le requérant à l’acte sexuel et la femme la requise. Il est plus passionné par sa femme, et de moindre patience qu’elle, contrairement à ce que prétendent certains selon qui le désir de la femme est plus fort que celui de l’homme. La réalité prouve qu’il n’en est pas ainsi, et c’est ce qu’a établi la législation.

 

   1. Pour cette raison, l’épouse doit répondre à son époux s’il l’appelle à la couche conjugale. Elle ne doit pas refuser,conformément au hadith : « Si l’homme invite son épouse pour l’acte sexuel,qu’elle lui réponde même si elle est au fourneau ».

   2. L’Islam a prévenu l’épouse de refuser l’invitation sans motif valable. L’époux passerait alors la nuit en colère contre elle, et il se peut que son désir soit si fort que cela l’amène à adopter un comportement de débauche ou à y songer, tout du moins à ressentir de l’inquiétude et du stress : « Si l’homme invite sa femme à la couche conjugale,si elle refuse de venir et si son époux passe sa nuit en colère contre elle,alors elle est maudite par les Anges jusqu’à ce qu’elle se réveille ». Tout ceci, tant que la femme n’a pas d’excuse valable comme la maladie, la fatigue,un empêchement légal, etc... L’époux doit prendre cela en compte. Dieu - Exalté soit-Il - le Créateur de Ses Serviteurs, leur Pourvoyeur en biens ainsi que leur Guide, a abandonné Ses droits sur eux, avec ou sans compensation, lorsqu’il existe un motif valable. Ses Serviteurs doivent donc L’imiter dans ce comportement.

   3. Enfin, l’Islam a interdit à la femme de faire des jeûnes surérogatoires si son mari est en sa compagnie, sauf avec son accord. Car le droit de l’époux est plus digne d’être pris en compte que la récompense du jeûne surérogatoire. Dans le hadith consensuel : « La femme ne doit pas jeûner en présence de son mari sauf avec son accord ». Et le jeûne en question dans ce hadith est consensuellement reconnu comme étant le jeûne surérogatoire, comme cela est précisé dans un autre hadith.

 

L’Islam,en tenant compte de la force du désir masculin, n’a pas oublié la part de la femme, et son droit naturel à satisfaire ses pulsions de femme. Pour cette raison, le Prophète dit à celui de ses Compagnons qui jeûnait la journée et qui priait la nuit, comme `Abd Allâh Ibn `Amr : « Ton corps a un droit sur toi et ton épouse a un droit sur toi ».

 

L’ImamAl-Ghazâlî dit : « L’homme devrait honorer son épouse au moins une fois tous les quatre jours. C’est plus équitable. Car le nombre d’épouses pouvant aller jusqu’à quatre, il est permis de retarder l’acte sexuel au plus jusqu’à quatre jours. Oui, il faut que l’époux accomplisse l’acte plus ou moins souvent, en fonction des besoins de son épouse pour qu’elle puisse assouvir son plaisir et préserver sa chasteté. Préserver la chasteté de son épouse est un devoir pour l’homme ».

 

L’Islam a entre autres attiré l’attention sur le fait que l’homme ne doit pas avoir pour unique but de satisfaire à ses propres besoins sans s’intéresser aux sentiments de son épouse et à ses désirs. Pour cette raison, on rapporte un hadith qui incite aux préliminaires avant l’acte sexuel, préliminaires tels que les caresses, les baisers, etc... L’acte sexuel n’est ainsi pas réduit à un simple accouplement animal. Les Imâms de l’Islam et ses grands juristes n’ont ainsi vu aucun inconvénient ni aucun mal à rappeler cet aspect (les préliminaires) que certains couples tendent à négliger.

 

Ainsi,l’Argument de l’Islam, l’Imam de la jurisprudence et du soufisme, Abû HâmidAl-Ghazâlî, mentionne-t-il dans son Ihyâ’ `Ulûm Ad-Dîn - qu’il a rédigée pour tracer une ligne de conduite aux gens de piété et aux itinérants vers le Paradis - quelques bonnes attitudes à avoir lors de l’acte sexuel. Il dit : «Il est recommandé que l’époux commence par invoquer le Nom de Dieu leTrès-Haut. Le Prophète a dit : « Si l’un d’entre vous, approchant son conjoint,dit : « Dieu éloigne-moi du Diable, et éloigne le Diable du bienfait dont Tu nous pourvois », alors si un enfant est conçu, le Diable ne l’affectera point.»

 

L’homme devrait ensuite se couvrir ainsi que son épouse par un drap... Qu’il aborde son conjoint par des paroles douces et par des baisers. Le Prophète a dit : « Que l’un d’entre vous ne tombe pas sur sa femme comme le font les bestiaux. Qu’il yait entre eux un messager. On demanda : "Qu’est-ce que le messager, ô Messager de Dieu ?" Le Prophète répondit : « Le baiser et la parole. » Le Prophète dit également : « Trois choses relèvent de l’impuissance chez l’homme», et il mentionna le fait que l’homme approche son épouse, qu’il l’honore avant qu’il ne lui ait parlé et qu’il se soit rendu agréable. Il couche alors avec elle, satisfait son propre besoin, avant qu’elle-même n’ait satisfait le sien. »

 

Al-Ghazâlî dit encore : « Une fois qu’il a satisfait son plaisir, l’homme doit patienter jusqu’à ce son épouse satisfasse son appétit également. En effet, l’orgasme de l’épouse peut prendre du temps. Si l’homme se retire, cela peut décupler le désir inassouvi de la femme, ce qui constitue un tort à son encontre. La non-coïncidence temporelle des orgasmes impose à l’homme de se retenir, auss iprécoce soit-il. Car la coïncidence des orgasmes augmente le plaisir de la femme. Que l’homme ne s’occupe de lui-même sans porter d’intérêt à son épouse,car cette dernière peut être pudique, et ne rien lui dire. »

 

Après Al-Ghazâlî, l’Imâm salafi, le pieux, Abû `Abd Allâh Ibn Al-Qayyim mentionne dans son livre Zâd Al-Ma`âd fî Hady Khayr Al-`Ibâd la voie à suivre, qui est celle du Prophète - paix et bénédiction sur lui - au niveau de l’acte sexuel.Ibn Al-Qayyim ne voit aucune incommodation religieuse qui l’empêcherait de parler de cela, ni aucune contrainte morale, ni aucun manquement à la société,comme le penseraient certaines personnes, à notre époque actuelle.

 

Selon ses termes : « La guidance du Prophète en matière d’acte sexuel et de mariage est la meilleure des guidances. L’acte sexuel préserve la santé, accomplit le plaisir et la joie de l’âme, et rassemble les trois fonctions pour lesquelles il a été établi. L’acte sexuel a en effet été établi pour trois raisons, qui sont ses fonctions originelles :

 

   1. conserver l’espèce et perpétuer le genre humain jusqu’à ce que les temps prévus par Dieu s’accomplissent en ce monde.

   2. évacuer le liquide dont l’emprisonnement nuit à la santé du corps.

   3. assouvir le désir, parvenir à l’orgasme et profiter de ce bienfait. Cette dernière fonction est, à elle-seule, ce qui est promis au Paradis.

 

Parmi les avantages de l’acte sexuel : rabattre son regard, préserver son âme, être capable de s’élever au dessus de l’illicite, et réaliser ces objectifs pour son épouse. L’homme profite ainsi à lui-même, ici-bas comme dans l’au-delà, et profite également à sa femme. Pour cette raison, le Prophète pratiquait et aimait l’acte sexuel, disant : « De votre monde, j’ai aimé les femmes et les parfums ».

 

Dans le livre de l’ascétisme de l’Imâm Ahmad, on trouve à ce hadith une addition avenante : « Je peux me passer de la nourriture et de la boisson, mais je ne peux me passer d’elles ».

 

Le Prophète a incité sa Communauté au mariage, disant : « Mariez-vous, je serai fier de votre nombre devant les autres nations ». Il dit également : « Jeunes gens, quiconque parmi vous en a les moyens, qu’il se marie. Cela lui permet de rabattre le regard, et de préserver sa chasteté ». Lorsque Jâbir se maria avec une femme ayant déjà été mariée, le Prophète lui demanda : « Si seulement c’était une vierge que tu taquinerais et qui te taquinerait à son tour ! »

 

Puis l’Imâm Ibn Al-Qayyim dit : « Avant l’acte sexuel, il est nécessaire de s’amuser avec la femme, de l’embrasser, de lui sucer la langue. Le Messager de Dieu, paix et bénédiction sur lui, s’amusait avec son épouse et l’embrassait. Abû Dâwûd rapporte que « le Prophète embrassait `Â’ishah et lui suçait la langue ». JâbirIbn `Abd Allâh dit : « Le Messager de Dieu a interdit la pénétration avant les caresses » ».

 

Tout cela nous montre donc que les juristes de l’Islam n’étaient pas « arriéristes »ni « obscurantistes » pour le traitement de ces questions. Ils étaient au contraire, dans la terminologie de notre époque, des « modernistes » réalistes.

 

En conclusion, l’Islam s’est intéressé à organiser la dimension sexuelle de la vie conjugale sans point la négliger. Le Coran lui-même a cité cette facette à deux endroits de la sourate 2, la Vache, qui traite des affaires familiales :

 

    * Le premier endroit : dans les versets du jeûne et ce qui s’y rapporte, le Très-Haut dit :

      « Vous est permis, la nuit du jeûne,d’avoir des rapports avec vos femmes ; elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. Dieu sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a grâciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce que Dieu a prescrit en votre faveur ; mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées.Voilà les lois de Dieu : ne vous en approchez donc pas.  » [2]

 

      Il n’y a rien de plus beau, ni de plus touchant, ni de plus véridique que l’expression du lien entre les époux utilisée par Dieu  : « elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles », avec tout ce que le mot «vêtement » peut porter de significations : la préservation, la protection, la chaleur,le contact direct, la parure et la beauté.

 

    * Le second endroit : lorsque le Très-Haut dit :

      « Et ils t’interrogent sur la menstruation des femmes. - Dis : ‹C’est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions de Dieu car Dieu aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient›.Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Dieu et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux Croyants !  » [3]

 

      Les hadiths prophétiques fournissent la signification du « Eloignez-vous donc des femmes », évoqué dans le premier verset. Il s’agit de s’éloigner uniquement de la pénétration. Le baiser,l’embrassade ou les caresses, ne sont pas concernés ici. Ces hadiths donnent également la signification du « comme vous le voulez » : l’acte sexuel accompli dans n’importe quelle position et de n’importe quelle façon que vous choisissez, tant qu’il s’agit de l’endroit du labour, qui est le côté antérieur, comme précisé dans le verset.

 

Il n’y a pas de témoignage d’intérêt pour cette question plus grand que d’en faire mention expresse dans la Constitution de l’Islam qu’est le Noble Coran.

 

Et Dieu est le plus Savant.

P.-S.

Traduit de l’arabe du site Islam-Online.net.

Notes

 

[1]Hadith rapporté par Muslim.

 

[2]Sourate 2, la Vache, Al-Baqarah, verset 187.

 

[3]Sourate 2, la Vache, Al-Baqarah, versets 222 et 223.


2Messages de forum

 

       L’importance des relations conjugales

      18 novembre 2002 15:28

      salam alikoum ! en ce mois de ramadan, je découvre votre site plein de sagesse et qui a pour vocation d’éclairer nos esprits souvent mal renseignés. Je découvre non sans surprise, agréable d’ailleurs, combien l’Islam est moderne et ouverte sur les choses de la vie courante. Je suis d’origine algérienne et j’habite Marseille et en tant que jeune fille célibataire, je me pose une multitude de questions parfois intimes que je ne peut poser à mes parents par respect. et gràce à vous, j’ai eu beaucoup de réponses. Longue vie à votre site ! Et dieu vous bénisse ! Et bon mois de Ramadan !

 

      L’importance des relations conjugales 29 décembre 2002 23:04, par norine

 

            salam a tous

 

            je tiens tout d’abord a vous feliciter pour ce site que je visite régulierement et qui enrichit enormement mes connaissances vis vis de l’Islam, cette religion que j’aime tant. Si les gens qui ne connaissent pas l’Islam vennaient sur votre site, l’image qu’il sont de notre religion n’en serait que plus belle et veridique !!!

 

            Moi aussi je suis une jeune fille célibataire, et je pense beaucoup a ma future vie en tant qu’epouse et je me pose beaucoup de question en rapport avec le comportement que je devrai avoir en tant que conjointe musulmane. Je me rend compte de jour en jour avec les livres que j’achete et les sites internet que je visite et le Saint Coran queje lis, que je me prépare a une réelle vie de bonheur si je respecte l’Islam dans son intégralité avec mon futur epoux. Plus je me renseigne sur ma religion et plus je me rend compte a quel point j’ai de la chance d’etre musulmane.

 

            L’article que je viens de lire sur l’importance des relations conjugales m’a vraiment étonné ; je ne savais pas que la sexualité pouvait etre abordée de cette facon là en restant dans un contexte religieux : ca fait vraiment plaisir de voir a quel point l’Islam fait preuve d’une telle ouverture d’esprit que d’autres religions n’ont pas.

 

            Qu’Allah nous guide vers la bonne voie de l’Islam, qu’Il nous aide a etre de bons musulmans, Amine.

 

            Allah Haffiz,

 

            Norine

 

 

Source :www.islamophile.org

 

Category : FAMILLE / VIE SOCIALE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |