L'Islam face à la mondialisation » Paix et Amour entre les peuples

 L'Islam face à la mondialisation

21/9/2007

L'Islam face à la mondialisation

Conférence islamique mondiale du Caire
30 Mars 2007

Par Mustapha Chérif

Illustres savants islamiques du monde entier, si on jette un regard dévaluation sur notre situation, nous constatons que le phénomène de la mondialisation est un phénomène amer. En effet, il sagit dune mondialisation de linsécurité, de labsence de valeurs, de linjustice, du non-sens et de limmoralité.
A l
instar des autres nations, notre nation musulmane, partie indivisible de lhumanité, souffre de ce phénomène négatif. Mais force est de constater que nous subissons doublement, cest-à-dire comme tous les peuples dabord et comme musulmans ensuite et ce à cause à la fois de la politique des deux poids deux mesures dirigée contre nous et de nos retards dans nombre de domaines, malgré nos immenses richesses. Le système mondial nous vise et nous considère comme son ennemi.

Cette situation nous impose aux moins deux questions. La première, pourquoi, la mondialisation qui prétend être le parangon moderne et unique du progrès, se traduit, comme nous lavons dit, par linsécurité , le non-sens, limmoralité et l’absence de valeur? Cette question doit nécessairement recevoir une réponse objective.
L
Occident fonde, aujourdhui, son système sur trois références ou piliers ambivalents:

a- Les sciences exactes et la technologie, latechno-science.
b- Le capitalisme, le libéralisme sauvage.
c- La laïcité outrancière.

Ces trois bases ou références, selon lOccident, sont imposables et inéluctables à toute société qui aspire à la renaissance et au progrès, ainsi, il refuse tout dialogue constructif, toute critique, ou tout avis sur ces références quil considère comme axiome.
Cependant quels que soient son refus et son obstination, il ne pourra pas nous empêcher d
émettre notre point de vue de bon sens sur ces questions.

Alors, nous disons que, pour nous, se baser sur les sciences exactes et la technologie, nest pas seulement un principe acceptable, mais surtout un principe revendiqué. Cependant, et là est lessentiel, ce principe doit être basé, dune part, sur des valeurs morales, et il doit être un moyen datteindre des buts nobles dautre part. Ne dit-on pas « Science sans conscience  nest que ruine de lâme » ? Il va sans dire, que pour tout détenteur de pensée objective, la technologie nest jamais neutre. Pour le deuxième point, le capitalisme, chacun sait quil est le terreau de lépanouissement du marché libre, du respect de la propriété privée et comme source de production et de réalisation de richesse. Tout cela est raisonnable, souhaitable et acceptable, mais le libéralisme sauvage en même temps déstabilise les fondements de la société et suscite des déséquilibres et injustices, puisque sa pratique réelle cest lappétit insatiable, la jouissance à tout prix et ladoration du veau dor avec la prétention et la volonté de tout posséder.

Si la logique de léconomie de marché, nest pas observée dans un cadre de justice sociale et de respect des valeurs morales et spirituelles, elle devient alors un danger menaçant la nature humaine, la cohérence sociale et le devenir de lhumanité.

Quant à la laïcité qui sépare le spirituel du temporel, le religieux du politique et le privé du public, si nous comprenons et partageons la partie logique de cette vision, cest à dire ne pas mélanger, ne pas confondre et plus encore ne pas instrumentaliser la religion, et la non-acceptation de régimes totalitaires, tout ceci est acceptable. Si lIslam est séculier depuis le début de son histoire, il est aussi religion et vie. La logique de lIslam refuse toute contradiction et opposition entre ces dualités et refuse la marginalisation de la religion car elle est le pilier de la vie ; le sens même de la vie.

 La deuxième question sur les causes qui font de nous une cible de lOccident, la réponse avec clarté et simplicité, est la suivante : nous sommes les derniers résistants aux dérives de la modernité occidentale, cela parait aux yeux de certains, qui veulent asseoir de manière totale leur hégémonie, comme insupportable ; même si à lintérieur même de lOccident des résistances sont aussi visibles.

Le problème se complique davantage lorsque nous constatons, en termes dautocritique, que certains agissements dinauthentiques musulmans ne sont pas raisonnables, ils sont irrationnels, rétrogrades et injustes et soffrent en occasions aux détracteurs. Souvent manipulés, ces extrémistes participent à donner une image tronquée de lIslam.

Quelle est la solution? la solution selon nous, réside dans lautocritique sans complaisance et ce afin de corriger nos fautes et de dépasser nos contradictions internes avec courage et sincérité

Pour faire fasse à ce phénomène néfaste quest la mondialisation, il faut:

a- La démocratie : changer notre situation politique archaïque et fermée, car nous ne pourrons jamais faire face à la mondialisation et à ses pressions sans la participation de nos citoyens en conformité avec le verset (Oua amrohoum choura baynafoum) et un Etat de droit, mais, malheureusement, notre situation est amère parce que la majorité des systèmes arabes et musulmans est loin de ces principes coraniques et universels. Nos peuples sont privés de ce droit. Pourtant, la démocratie est un simple moyen et non une nouvelle idole dont il faut avoir peur.

b- Le savoir : Il n'y a pas davenir, ni de possibilité de relever le défi sans une société du savoir et de la connaissance. A constater que malgré les efforts, les acquis, les potentialités, lélite intellectuelle et scientifique est marginalisée, ce qui a permis à lignorance de se propager et daggraver plusieurs réalités et agissements (qoul hal yastaoui alladhinaya lamoun oua alladhina la ya alamoun) Il est connu, que la consolidation du champ de la connaissance reste lié au principe de la première condition, principe primordial: la démocratie.

c- La créativité : le troisième volet qui peut contribuer à faire face aux pressions de la mondialisation, réside dans la production et la création dune manière générale et ce dans un cadre de liberté, de respect de lautre, de droit à la différence et deffort constructif au service de tout le monde.

En conclusion, il est à remarquer que la culture musulmane est comme le dernier rempart sur le chemin de la mondialisation dévastatrice, mais grâce à Dieu, et ensuite grâce aux sérieux de ses enfants, dévoués, idoines et bienfaiteurs, mais aussi de tous les non-musulmans, sans exclusive, épris de sens et de justice, on peut participer de façon efficace à la réalisation dune civilisation universelle, nouvelle et salvatrice. Nous sommes aujourdhui dans une crise civilisationnelle profonde, il nexiste ni civilisation occidentale, ni orientale. La réalisation dune nouvelle civilisation universelle, dépend de notre détermination, de notre volonté, de notre courage à dire la vérité amère soit-elle, et cela doit être la moindre des choses (oua dhalika adh afou elimane).
Revoir notre compréhension de l
islam, réinterpréter pour délivrer nos sociétés de linculture, du sous développement et du suivisme, là est le noeud de la problématique. Aujourdhui, nous souffrons de deux orientations minoritaires, contradictoires et négatives:

-Lorientation du fanatisme, de la stagnation, de lintégrisme, de la fermeture et le passéisme, dans le cadre dun retour superficielle et réactionnaire du religieux.
- L
orientation de loccidentalisation aveugle et effrénée, dans le cadre de la marchandisation du monde.

Nous sommes pourtant la communauté du juste milieu, médiane, ni repli, ni dissolution. Souvrir au monde est vital , sans perdre nos repères. Le problème est dabord en notre sein.

Il nous reste à nous reformer et à retrouver pleinement la dimension fondamentale de la ligne médiane.

Traduit de larabe par Hadj Dahmane

Extrait du site : http://www.mustapha-cherif.com      

 

Category : MONDIALISATION | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |