Sourate Al-Fâtiha » Paix et Amour entre les peuples

 Sourate Al-Fâtiha

3/10/2007

Sourate Al-Fâtiha (L’ouverture)

Sourate Al-Fâtiha est une sourate mecquoise composée de sept versets. Elle est la cinquième dans l’ordre de la révélation des sourates. Quel est son secret ? Pourquoi figure-t-elle au début du Coran ? Quel est le secret de son appellation Umm al-Kitâb (la mère du Livre) et Umm al-Qor’ân (la mère du Coran) ? Pourquoi la récitons-nous dix-sept fois tout au long de la nuit et du jour ? Pourquoi la Salât (prière) n’est-elle pas valide sans sa récitation ?

 

Son importance.

Le Prophète (BP sur lui) a dit à l’un des Compagnons : “Je vais t’apprendre la plus majestueuse des sourates du Coran.” L’homme demanda : “Quelle est-elle, ô Messager d’Allah ?” Le Prophète (BP sur lui) récita : “Louange à Allah, Seigneur de l’universLe Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux” jusqu’à la fin de la sourate Al-Fâtiha.

Lorsqu’Allah voulut démontrer la majesté du Coran, il dit dans la sourate Al-Hijr : “Nous t’avons certes donné les sept versets que l’on répète, ainsi que le Coran sublime. verset 84.  Les sept versets que l’on répète sont ceux de Al-Fâtiha (L’Ouverture) qui a été ainsi désignée pour sa nombreuse répétition dans les prières.

Le Prophète (BP sur lui) dit : “Par celui qui détient mon âme entre Ses mains, Allah n’a révélé de pareille dans la Torah, l’Evangile, les Psaumes ou le Coran.” (rapporté par l’Imam Ahmed).

 

Ses noms.

A cause de son importance et de sa grâce, cette sourate a reçu plusieurs noms. Elle est “La mère du Coran”, “Les sept versets que l’on répète”. Elle est “La complète”, “La suffisante” car elle se suffit à elle-même, car toute autre sourate a besoin d’elle et parce qu’elle satisfait pleinement ce besoin. Elle illumine la vie du croyant et le submerge des grâces divines qui éloignent les épreuves et apportent les miséricordes.

Quels sont le secret et l’ampleur de la majesté de cette sourate que de nombreux Musulmans récitent sans en comprendre le sens et le message ?

 

Elle contient les objectifs du Coran.

Le secret de Al-Fâtiha réside en ce qu’elle comporte tous les sens du Coran. Toutes les significations et tous les objectifs de ce Livre sont réunis en ses sept versets.

Comment cela ? Allons vivre quelques merveilleux moments avec la première sourate du Coran.

 

Les axes du Coran.

Les propos du Livre d’Allah tournent autour de trois thèmes, correspondant aux devoirs de ceux qui croient en ce Livre et le lisent :

 

Les croyances (En qui croyons-nous?)

Le culte (Comment adorer Celui en qui nous croyons?)

Système de vie (Le système qu’Allah a voulu pour nous)

 

Le Coran invite premièrement à la foi authentique, une foi sincère en Allah (que Son nom soit glorifié) reposant sur des bases solides. Puis il invite au culte authentique et à la pratique de ses rites, tout en sachant que le culte ne suffit pas à lui seul parce que l’Islam est un système de vie complet.

 

La sourate Al-Fâtiha comprend ces trois objectifs. Dans le premier axe, celui de la croyance, nous lisons ces paroles : “Louange à Allah, Seigneur de l’universLe Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieuxversets 1,2.

Dans le second axe nous lisons : “C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.verset 5. Parce que l’unicité et la foi en le Jour du Jugement sont le fondement de la croyance du Musulman.

Dans le troisième axe, au sujet du système de vie du Musulman, nous avons : “Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.versets 6,7. 

A la suite de Al-Fâtiha, le Coran ne fait que traiter le thème des croyances en expliquant le sens de “Louange à Allah, Seigneur de l’univers…” de “Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux et de Maître du Jour de la rétribution.” Ou bien il démontre comment adorer Allah (que Son nom soit glorifié) à la façon de “C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. Ou bien encore il nous fait connaître, à travers de nombreux versets qui expliquent “Guide-nous dans le droit chemin”, les systèmes existant sur Terre, l’égarement dans lequel sont les injustes, et la voie de la réussite.

 

Les fondements de l’Islam.

La sourate Al-Fâtiha nous rappelle les fondements de l’Islam et ses valeurs sublimes :

 

1.      Les grâces d’Allah (que Son nom soit honoré et glorifié) “Louange à Allah, Seigneur de l’univers”.

 

2.    La pureté du monothéisme dans le verset “C’est Toi [Seul] que nous adorons.” C’est à dire c’est Toi Allah Seul que nous adorons et rien d’autre. Nous ne demandons le secours de personne d’autre que Toi. c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.

 

3.    La recherche de la bonne compagnie “Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs”.

 

4.    L’avertissement contre la mauvaise compagnie “non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés”.

 

5.    Les plus beaux attributs d’Allah avec une insistance sur “Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux”. Ainsi ces deux attributs ont été mentionnés deux fois parce que la relation de notre Seigneur avec les humains a pour base la miséricorde.

 

6.    La droiture “Guide-nous dans le droit chemin”.

 

7.    L’Eternité et le fait qu’il faille s’y préparer. “Maître du Jour de la rétribution Guide-nous dans le droit chemin.

 

8.    L’invocation, son importance et ses bienséances. La sourate se termine avec une invocation.

 

9.    L’unité de la Umma (nation). On remarque l’emploi du pronom personnel de la première personne au pluriel et non au singulier dans la sourate Al-Fâtiha. Ainsi, même si le Musulman prie seul, dans sa chambre, sa Salât n’est valide que s’il dit : “C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. ” ou “Guide-nous dans le droit chemin”.  Le “nous”  rappelle au Musulman qu’il fait partie d’une communauté, la Umma, et qu’il n’est pas seul dans cet univers.

 

La bienséance avec Allah.

En plus de ce qui précède, Al-Fâtiha est une sourate qui enseigne la bienséance envers Allah. Elle se divise en deux parties. La première est une louange et la seconde une invocation. Les louanges apparaissent dans les versets suivants : “Louange à Allah, Seigneur de l’universLe Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Maître du Jour de la rétribution. C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.” Ensuite vient l’invocation “Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés ”.

Ce qui est remarquable est que le nombre de lettres arabes de la louange de la première partie est égal exactement au nombre de lettres arabes composant l’invocation de la seconde partie.

Cette sourate nous apprend comment nous adresser à Allah. Si nous désirons l’invoquer, il nous est recommandé tout d’abord de Le louer, de Le remercier, de Le glorifier, de demander la bénédiction et le salut pour Son Messager (BP sur lui) avant de demander ce que nous désirons. S’il plait à Allah, notre invocation sera exaucée.

 

Le dialogue avec Allah.

La récitation de la sourate Al-Fâtiha ouvre les portes à l’honneur sublime de dialoguer avec Allah (que Son nom soit honoré et glorifié). C’est ainsi que nous trouvons dans le hadith qudussy : “J’ai divisé la Salât en deux entre Moi et mon serviteur. Lorsqu’il dit : “Louange à Allah, Seigneur de l’univers.” Allah répond : “Mon serviteur m’a loué.”Lorsqu’il dit : “Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.” Allah répond : “Mon serviteur Me rend hommage.”Lorsqu’il dit : “Maître du Jour de la rétribution.”Allah répond : “Mon serviteur M’a glorifié.” Lorsqu’il dit : “C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.”Allah dit : “Cela est entre Mon serviteur et Moi.” Lorsqu’il dit  :“Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés ”Allah dit  :“Cela est entre Moi et Mon serviteur et Il aura ce qu’il a demandé.” 

En récitant Al-Fâtiha, nous ressentons qu’Allah (que Son nom soit glorifié) nous répond. Quel honneur, dans un dialogue où le Seigneur, le Très-Noble, nous rappelle à plusieurs reprises notre statut de serviteur et nous gratifie de Sa réponse sans que nous n’ayons rien apporté de neuf ni rien fait de notre part. Il est (que Son nom soit loué) digne de nos louanges et mérite bien plus encore.

 

La sensibilité de ‘Omar.

C’est à cause de cela que ‘Omar ibn ‘Abdil ‘Azîz récitait Al-Fâtiha en faisant une pause après chaque verset. Lorsqu’on lui demanda pourquoi il faisait une pause, il répondit : “Pour goûter au plaisir de la réponse de mon Seigneur.”

Ressentir la réponse de son Seigneur après chaque verset est le comble de la félicité.

 

Le recueil de tous les biens de l’Eternité.

Ressentez-vous comme moi l’importance de cette sourate ? A cause de tout ce qui a été mentionné, Ibn Al-Qayyim dit : “Allah a révélé cent quatre Livres dont Il a rassemblé les sens en trois seulement, la Thora, l’Evangile et le Coran. Il a ensuite réuni les sens de ces trois Livres dans le Coran et ceux du Coran dans Al-Fâtiha, puis, ceux de Al-Fâtiha dans le verset : C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. 

Ce dernier verset se divise en deux parties dont chacune est importante pour l’Islam. L’adoration d’Allah qui signifie la pratique du culte, suivi de l’imploration de Son secours par l’intermédiaire de tout ce qu’Allah a créé sur Terre pour l’exploiter, l’administrer suivant le système divin (comme nous le verrons dans la sourate Al-Baqara) et réussir dans la vie. Les Compagnons ont dominé la Terre et ont réussi dans ce monde et dans celui de l’au-delà, parce qu’ils avaient compris les axes de ce verset et l’avait mis en pratique dans leur vie.

Aujourd’hui nous voyons des Musulmans mettre en pratique “C’est Toi [Seul] que nous adorons” en pensant que l’Islam est uniquement un culte. De l’autre côté, nous voyons l’Occident pratiquer c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours” pour exploiter ce qui se trouve sur Terre, l’administrer et la mettre en valeur. Mais l’Islam nous incite à l’équilibre entre ces deux attitudes et la sourate Al-Fâtiha le démontre clairement.

 

La clé du Coran.

Pourquoi ce nom de Al-Fâtiha (L’Ouverture) ? C’est un nom à deux sens. Un sens évident parce que c’est la sourate avec laquelle le Livre commence, et un autre plus profond qui suggère qu’elle est la clé de la compréhension du Coran. Elle ouvre toutes les sourates du Coran et tous les trésors qui s’y trouvent. Comprendre Al-Fâtiha, c’est comprendre toutes les sourates qui la suivent.

Toutes les sourates du Coran s’enchaînent dans leurs sens, leurs objectifs et leurs messages. Chacune est liée à la précédente dans l’ordre du Coran et ne peut l’être avec aucune autre à part Al-Fâtiha. Le prodige de Al-Fâtiha vient de ce que, placée avant toute autre sourate, elle la complète et se lie harmonieusement à son sens. C’est ainsi que nous commençons notre prière avec sa récitation puis continuons en récitant n’importe quelle autre sourate dans un enchaînement naturel.

 

Elle annonce les deux sourates qui la suivent.

Nous devons remarquer le lien entre Al-Fâtiha et les sourates qui la suivent dans l’ordre du Livre, Al-Baqara (La Vache) et ’Ãl-‘Imrân (La Famille Imran).

Nous avons dans Al-FâtihaGuide-nous dans le droit chemin”. Ensuite, au début de Al-Baqara, nous voyons “C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, c’est un guide pour les pieux”. C’est un signe que “Guide-nous dans le droit chemin” sera expliqué dans Al-Baqara.

Comment cela ?  Ce verset “non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés” désigne ceux qui ont encouru la colère d’Allah et qui se sont égarés hors de Son chemin. Sourate Al-Baqara les fait connaître et ’Ãl-‘Imrân fait connaître “les égarés”. Une sourate de deux cent soixante-huit versets qui expliquent ces quelques mots de Al-Fâtihanon pas de ceux qui ont encouru Ta colère” et une autre entière explique ni des égarés ”. Une merveilleuse coordination des objectifs que nous ressentirons mieux avec l’explication détaillée des deux sourates.

 

Une miséricorde pour l’univers.

Remarquons que les mots “Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux” sont répétés deux fois dans la sourate, aux versets 1 et 3, pour nous faire sentir cette miséricorde divine qui recouvre ce monde et l’au-delà.

Ces termes viennent après Louange à Allah, Seigneur de l’univers” parce que tout l’univers, le monde compris, fonctionne avec la miséricorde de notre Seigneur. Ensuite vient “Maître du Jour de la rétribution.” pour faire comprendre que le Jour Dernier également se déroule par la miséricorde d’Allah.

Cette sourate rassure ainsi l’être humain en lui faisant comprendre que la miséricorde est à l’origine de l’univers et de la relation entre Allah et Ses serviteurs.

 

De l’univers à l’homme.

L’emplacement du terme “univers” est intéressant, parce que Al-Fâtiha, qui est la première sourate du Coran, commence par “Louange à Allah, Seigneur de l’univers”, et la sourate “Les Hommes”, qui en est la dernière, se termine par “un djinn, ou un être humain

Le Coran  commence ainsi avec le terme “univers” et se termine avec celui de “être humain” pour signifier qu’il ne s’adresse pas uniquement aux Musulmans mais qu’il est un guide pour l’humanité entière.

 

A la portée de tous.

Sourate Al-Fâtiha se distingue par cette particularité de ne présenter aucune règle difficile de psalmodie comme pour le reste du Coran. Elle est facile à réciter même par ceux qui ne connaissent pas l’arabe.

Elle est une porte d’accès à la compréhension du Coran et la carte d’identité à présenter pour commencer une conversation intime avec Allah et goûter au plaisir de Sa compagnie. Comment alors arriver au recueillement dans la Salât et sentir toutes les significations précédentes ? 

 

Mesure du recueillement.

Le Prophète (BP sur lui) dit : “Le serviteur n’aura de sa Salât que ce qu’il en a conçu”. Accepterez-vous, après avoir terminé votre Salât, de ne voir que la moitié, le quart ou le huitième accepté ? Lisons ensemble la sourate Al-Fâtiha pour méditer sur ses versets et leurs sens.

Si un jour vous avez prié sans sentir de recueillement, vous saurez que vous avez oublié une des grâces (d’Allah). Et si vous savez comment bien dire “Louange à Allah”, le souvenir de chacune des grâces d’Allah, emplira votre Salât de recueillement. Faites en sorte de pensez à une grâce à chaque génuflexion et d’en remercier Allah. Vous commencerez par le bienfait de l’Islam et de la foi jusqu’à celui du Coran, de l’envoi du Prophète (BP sur lui), des biens, de la santé, de la vue et de l’ouïe… “Et si vous comptez les bienfaits d’Allah, vous ne saurez pas les dénombrerAn-Nahl (L’abeille) verset 18.

En lisant “Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux” vous penserez à la miséricorde d’Allah envers Ses serviteurs, qui englobe le monde ici-bas et celui de l’au-delà, et vous implorerez Son pardon avec recueillement.

En lisant “Maître du Jour de la rétribution” vous vous rappellerez du Jour de la Résurrection, de ses affres et, tout recueillis, vous demanderez à Allah de vous soulager des peines de ce Jour.

A chaque fois que vous récitez “C’est Toi [Seul] que nous adorons c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours” vous ressentirez en prononçant les mots “C’est Toi [Seul] ” la loyauté qui se renouvelle dans votre cœur chaque jour. Vous penserez que personne d’autre qu’Allah n’est digne d’être adoré et qu’il n’y a pas d’autre secoureur que Lui et le recueillement emplira votre coeur.

Ce verset englobe toutes les significations des Livres révélés par Allah comme nous l’avons dit précédemment. Ne le récitez donc pas à la légère, faites-en l’objectif de votre vie et renouvelez ses sens dans votre cœur à chaque fois que vous le lisez.

Quand vous récitez “Guide-nous dans le droit chemin” vous ressentirez que personne d’autre à part Allah ne peut vous soutenir sur le chemin du monde ici-bas, vous guider vers celui de l’au-delà et raffermir vos pas pour le traverser. Vous vous sentirez plus proche et votre désir pour Sa miséricorde, votre crainte de Son châtiment et votre recueillement dans la Salat augmenteront.

 

Joignez-vous à eux.

A chaque fois que vous réciterez le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs vous penserez à ceux qu’Allah a comblés de grâces avant vous. A la première génuflexion, vous penserez par exemple à Abraham (que le salut d’Allah lui soit accordé), à Adam, à Noé, et au dernier des prophètes Mohammed (BP sur lui). Priez Allah de vous guider sur leurs pas. Vous vous souviendrez à la seconde génuflexion des hommes illustres comme Aboû Bakr, ‘Omar et le reste des Compagnons. A la troisième de Salâh Ed-Din et d’autres héros de l’Islam. Ensuite à la quatrième vous penserez aux Musulmans qui vivent avec vous et partagent votre dévotion et priez Allah de vous fortifier. Ainsi le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs vous sera évident. Mais, en récitant “non pas de ceux qui ont encouru Ta colère”, vous vous souviendrez des ennemis de l’Islam, des incroyants qui s’en sont éloignés tout au fil des temps, se sont égarés et ont encouru la colère d’Allah.

Ces nombreuses pensées renouvelées à la fin de la sourate impriment dans l’esprit de celui qui récite le Coran des milliers d’images de bons exemples passés et futurs et des milliers de mauvais exemples qui tous ensemble incitent au recueillement, à l’obéissance aux ordres d’Allah et rapprochent de Lui une Salat après l’autre. Les prières en deviendront plus vivantes.

 

La clé pour la compréhension du Coran.

La sourate Al-Fâtiha est votre carte d’identité à vous Musulmans et votre passeport pour la compréhension du Coran.

Ainsi après avoir médité sur quelques aspects de la majesté de cette sourate et après avoir connu la clé des significations du Coran, allons vivre avec le Livre d’Allah, ses versets et ses lois pour connaître les liens qui existent entre les versets et les sourates. 

 

 

 Extrait du site : http://www.amrkhaled.net    


 

Category : CORAN (EXEGESE) | Write a comment | Print

Comments


| Contact author |