Le club des puissances nucléaires » Paix et Amour entre les peuples

 Le club des puissances nucléaires

5/10/2007

Le club des puissances nucléaires

Par AMINA-HIZIA BOUGHERARA

 Cinq puissances détiennent officiellement larme nucléaire: les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne et la France. Le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) dont 188 Etats membres sont signataires a été conçu en 1970 pour promouvoir le désarmement nucléaire et garantir lutilisation de latome à des fins pacifiques.

 Dans la réalité, le problème de la fiabilité du Traité se pose car il est profondément inégalitaire dans sa conception et ses visées: dun côté, cinq pays ont vu consacrer leur droit à la détention de larme nucléaire, mais, dun autre côté, il est interdit à tous les autres Etats de la planète de songer à détenir et encore moins à produire des armes nucléaires. Ce traité leur permet cependant – mais il ne leur permet que cela... — de poursuivre un programme nucléaire à des fins pacifiques.

 Le programme nucléaire iranien, sil est ce que disent les autorités iraniennes, ne contrevient à aucune réglementation de quelque ordre que ce soit; un pays a parfaitement le droit de procéder à lenrichissement de luranium pour produire son propre combustible à des fins dapplications scientifiques.

 Parmi les pays détenteurs de larme nucléaire, les deux superpuissances qui se firent une très longue guerre froide avaient longtemps fait peser sur la communauté internationale une menace probante. Lex-Union soviétique et les Etats-Unis, rivaux déclarés, avaient fini par diminuer leurs arsenaux et réduire le nombre de têtes nucléaires quils détenaient, mais avec une telle lenteur que les progrès dans la technologie de larmement compensaient largement les potentiels voués à la destruction.

 Or il avait été pourtant question, dans lesprit du TNP, de faire progresser le monde vers le désarmement. De ce point de vue, sa crédibilité est plus que relative. Même les traités SALT I et SALT II passés entre lURSS et les USA pour la limitation des armes stratégiques ne sont pas arrivés à minimiser le nombre de têtes nucléaires détenues.

 Huit pays, en vérité, possèdent ou posséderaient actuellement larsenal nucléaire. En plus de ceux, membres du Conseil de sécurité, et qui sont des puissances connues, il faut également évoquer ici lInde et le Pakistan. Beaucoup considèrent quIsraël aussi détient larme atomique; cette hypothèse est renforcée par le refus de ce pays de toute inspection internationale: or qui na rien à cacher laisse sa porte grand ouverte. On sait que lEtat dIsraël nest pas inquiété, bien que considéré par beaucoup comme détenteur de larme atomique (bien que sans preuves formelles) dans une région sensible qui devrait être dénucléarisée. Un Israël nucléarisé nest pas un élément permettant déviter la course aux armements dans la région.

 Cest aujourdhui lIran cependant qui est mis sur le banc des accusés dans une campagne où, peut-être, le souci dune mise en scène pour créer une atmosphère dramatique nest pas étrangère. Il lui est reproché, sans preuves, de développer des travaux en mesure de le doter dun armement atomique. La problématique de fond, dans la question iranienne, a trait à la nécessité de savoir se situer au bon niveau du droit légal. Cette question concerne la séparation sur le plan pratique de lactivité de recherche et de lactivité de production du combustible nucléaire. La communauté internationale devrait mieux assumer son devoir déviter les campagnes de propagande visant à suspendre les activités de recherche nucléaire pour certains Etats, signataires pourtant du TNP, en privilégiant dautres Etats qui paraîtraient bénéficier, quant à eux, dune trop contestable immunité. LEtat dIsraël nest pas signataire de ce traité. Nest-il pas urgent que lon fasse des efforts pour lamener à le signer ? Le pire que puisse produire ou amplifier notre siècle en matière de relations internationales, cest lapprobation des souverainetés nationales inégales. Cest là une source possible de tensions internationales à venir.

 LIran a le droit de faire de lenrichissement duranium sur son sol sans avoir à transférer ses opérations de conversion vers la Russie ou un autre pays. Cela est valable pour tous les pays et, bien sûr, pour Israël aussi. Certes, si lenrichissement de luranium peut dégager le combustible pour les centrales civiles, il peut aussi permettre de produire de la masse explosive pour des armes nucléaires.

 Mais il y a là simplement une responsabilité à partager entre le pays concerné et la communauté internationale à travers lAgence internationale de lénergie atomique pour faire respecter lengagement de développer latome à des fins pacifiques. Aussi la résolution de lAIEA imposant la suspension des activités iraniennes de conversion duranium et la menace dune saisine du Conseil de sécurité en vue de prendre des sanctions contre lIran peuvent-elles paraître injustes. Cela dautant plus que les Etats-Unis nexcluent pas des représailles militaires contre cet Etat souverain en cas de non adhésion de lIran à la volonté américaine et à celle des trois pays leaders de lUnion européenne (Allemagne, France et Grande-Bretagne)

 Autrement, la souveraineté de lEtat iranien est bafouée, cela dautant plus que le manque de crédibilité du Traité a été souligné par Kofi Annan, secrétaire général de lONU qui avait demandé sa révision afin de «réconcilier le droit à lutilisation pacifique du nucléaire et limpératif de non-prolifération».

 Les clauses du TNP permettent à toutes les nations membres de maîtriser la technologie nucléaire. Or lEtat dIsraël considéré par certains comme une puissance nucléaire probante au Proche-Orient refuse de signer le TNP et nest pas menacé de représailles quand il refuse de soumettre ses installations atomiques au régime des inspections internationales que lONU diligenterait en sa direction !

 Comment ne pas insister alors sur le manque de crédibilité du TNP quand il serait permis à certains Etats de se doter de larme atomique en interdisant à dautres la maîtrise de la technologie nucléaire à des fins pacifiques ?

 En fait, les membres permanents du Conseil de sécurité qui forment le club des puissances nucléaires devraient revoir leurs concepts et instruments juridiques afin quils soient plus en adéquation avec leurs voeux pieux dun monde basé sur la non-prolifération et le désarmement, en commençant par supprimer leurs arsenaux nucléaires, afin de donner lexemple et permettre à tous le droit à la recherche dans le domaine atomique à des fins pacifiques. En matière de péril nucléaire, de toute façon, un club fermé dissous vaut mieux quun club tenté par son propre élargissement sélectif.

 

Category : POLITIQUE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |