La patience » Paix et Amour entre les peuples

 La patience

30/12/2007

La patience

Je demande refuge à Allah l’Audient et l’Omniscient contre le damné Satan. Au Nom d'Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux, et que le salut et la paix d'Allah soient sur le plus noble des messagers, notre prophète Mohamed. Louange à Allah, nous recourons à Lui et nous Lui demandons de nous guider, nous pardonner, et nous préserver de nos mauvaises actions : « Celui qu’Allah guide, c’est lui le bien guidé. Et quiconque Il égare, tu ne trouveras alors pour lui aucun allié pour le mettre sur la bonne voie Â» (TSC (1), Al-kahf â€˜La Caverne’ : 17).

La vertu qui sera l’objet de notre cours aujourd’hui est celle de la patience parce qu’effectivement, elle devient de plus en plus mal saisie par les gens. Quand, à titre d’exemple, les jeunes se plaignent d’un péché quelconque et qu’on leur conseille de patienter, cette réponse ne leur plait pas. Il en va de même pour les gens qui essayent de faire la prière nocturne ou la prière du Fajr à temps sans toujours réussir à réaliser ce qu’ils veulent. Pour eux, le conseil de patienter est trop théorique alors que ce dont ils ont besoin c’est une solution pratique. Malheureusement, le mot ‘patientez’ est devenu pour beaucoup d’entre nous un mot utilisé pour mettre terme à une conversation sans arriver à une solution quelconque.

La patience est vraiment un comportement pratique. Elle en est ainsi dans la mesure où elle porte un certain sens de progressivité. En ce sens, la patience serait un comportement qui concerne non seulement les hommes mais les surpasse pour concerner également les habitants des cieux et de la terre. L’univers, l’embryon humain et les germes des plantes suivent tous cette idée de progressivité et de patience. Il est également intéressant de constater qu’Allah, bien qu’étant capable de créer les cieux et la terre dans un instant très court, les a créés en 6 jours. La raison derrière ce choix est qu’Allah veut nous apprendre que la vie dans notre monde nécessite de la patience et que chaque objectif, pour être réalisé, a besoin de persévérance, d’endurance et de progressivité.

C’est la raison pour laquelle les oulémas trouvent que : la perfection dans le monde d’ici-bas et dans la pratique du culte de n’importe quelle personne dépend de son degré de patience. Prenons à titre d’exemple le fait qu’une personne excelle dans son travail. Ceci n’a-t-il pas nécessité de cette personne un certain nombre d’année d’études et d’entraînements ? Regardons aussi une personne dont la foi est très forte et dont la relation avec Dieu est très solide. Ceci n’a-t-il pas nécessité d’elle une grande patience pour accomplir ses devoirs et éviter des péchés ? La reconstruction de tout un pays et de ses infrastructures, n’a-t-il pas besoin de persévérance ? Quelqu’un qui voudrait cesser de fumer, pourrait-il le faire soudainement sans passer graduellement par les étapes nécessaires. Une personne, pourrait-t-elle obéir à ses parents en étant impatiente ?

Ceci est également vrai dans le sens inverse : un déséquilibre dans le degré de patience aboutit à un déséquilibre dans la vie d’ici-bas et dans la vie religieuse. L’adultère par exemple provient du fait que certaines personnes ne patientent pas jusqu’à ce qu’elles se marient. L’alcoolisme est aussi le résultat d’une impatience en cas de crises ou de difficultés qu’une personne peut rencontrer durant sa vie.    

 L’âme est dans ce sens une monture qui conduit soit vers le paradis soit vers l’enfer. Sa bride ou son frein n’est rien que le sabr (la patience) qui veut dire dans la langue arabe ‘le frein’ et ‘l’interdiction’: le sabr devant les péchés veut dire que tu te défends de les commettre, le sabr en cas des crises veut dire se défendre de se plaindre ou de contester la volonté divine, le sabr en ce qui concerne l’accomplissement des bonnes actions veut dire s’empêcher de dévier de cette bonne voie.

La patience est donc une vertu qui jouit d’une importance majeure dans notre religion. Elle a été évoquée environ 90 fois dans le Coran, plus que d’autres vertus comme l’honnêteté ou la sincérité.

Allah (Exalté soit-Il) dit â€“ce qui peut être traduit comme : « Ã” les croyants ! Cherchez secours dans l’endurance et la Salât. Car Allah est avec ceux qui sont endurants Â» (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ :153). La patience est, en ce sens, un remède prescrit pour ceux qui ont peur de commettre des péchés : c’est une manière de rester auprès d’Allah.

Un autre verset signale que « Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants Â» (TSC, Al-Baqara â€˜La Vache’ : 155). Dans ce verset, Allah annonce une bonne nouvelle aux endurants : les récompenses leur seront versées au jour de la résurrection. Mais savez-vous pourquoi seront-ils comblés de ces bienfaits ? C’est parce que pendant leur vie ils ne contestaient pas le destin qu’Allah décidait pour eux. Ils ne se demandaient pas par exemple en cas de crise, pourquoi Allah m’a-t-Il choisi ce destin. Par conséquent, au jour de la résurrection, Allah ne leur demandera rien : Il les récompensera tout simplement. Et en retour à leur endurance dans le monde d’ici-bas, ils seront satisfaits au jour dernier. Ce qui est également intéressant c’est que selon les versets du Coran, on sait que « Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant …. Â» (TSC, Al-‘An‘âm ‘Les Bestiaux’ : 160). Or, dans le cas des endurants, la récompense sera différente : elle sera sans compter : « â€¦et les endurants auront leur pleine récompense sans compter. Â» (TSC, Az-Zoumar ‘Les Groupes’ :10)

Un autre verset montre que « â€¦ Allah aime les endurants. Â» (TSC- ‘Âl-‘Imrân ‘La Famille D’Imran’ : 146 ). Cela signifie que non seulement, Il sera avec eux mais qu’Il les aime également. Il m’est extrêmement difficile de croire qu’une récompense comme celle-ci pourrait être rejetée. Devant un telle récompense, serait-il toujours difficile pour vous de cesser de fumer ? De baisser votre regard(2)? De consolider vos relations familiales ? D’obéir à vos parents ?!

Un quatrième verset signale que : «Et Nous avons désigné parmi eux des dirigeants qui guidaient (les gens) par Notre ordre aussi longtemps qu’ils enduraient et croyaient fermement en Nos versets Â» (TSC, As-Sajda ‘La Prosternation’ : 24). C’est un verset qui évoque une situation de puissance dans laquelle se trouvaient les juifs. Selon le verset, cette puissance était la conséquence de leur foi puissante et de leur confiance en Dieu. Ce qui veut dire que si jamais la Oumma musulmane désire être au premier rang, il lui faudra de l’endurance. Il s’agit non seulement de travail ou d’adoration mais aussi d’endurance et de persévérance.

Le Coran sait bien que le fait de patienter est un devoir lourd et qu’il n’est pas facile de l’accomplir et c’est pour cette raison que dans ses versets il signale que « Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires Â» et s’adressant au prophète, il dit â€“ce qui peut être traduit comme : « Endure (Mohammad) donc, comme ont enduré les messagers doués de fermet酠» (TSC, Ach-Choûrâ ‘La Consultation’ : 43 et Al-‘Ahqâf : 35). C’est le même conseil que le Prophète adressait souvent à ses compagnons : il leur rappelait le verset coranique ordonnant â€“ce qui peut être traduit comme : « Ã” les croyants ! Soyez endurants. Incitez-vous à l’endurance. Luttez constamment (contre l’ennemi) et craignez Allah, afin que vous réussissiez Â» (TSC, ‘Âl-‘Imrân ‘La Famille D’Imran : 200).   

Il faut donc souligner que l’une des attitudes que l’islam réfute et qu’Allah n’aime pas est l’impatience. Cependant, c’est une attitude qui malheureusement se trouve chez beaucoup de gens : « En effet, Nous avons auparavant fait une recommandation à Adam ; mais il oublia ; et Nous n’avons pas trouvé chez lui de résolution ferme Â» (TSC, Tâ-Hâ : 115) Une personne impatiente doit combattre en elle-même cette mauvaise habitude parce que l’islam souhaite voir ses adhérents persévérants et fermes. C’est pour cela que dans l’un des verset du Coran Allah dit à son prophète –ce qui peut être traduit comme : « Endure avec patience la sentence de ton Seigneur, et ne sois pas comme l’homme au Poisson (Jonas) qui appela (Allah) dans sa grande angoisse. Si un bienfait de son Seigneur ne l’avait pas atteint, il aurait été rejeté honni sur une terre déserte Â» (TSC, Al-Qalam ‘La Plume’ : 48-49).  

On peut également constater qu’en ce qui concerne les récits des prophètes, le Coran n’évoque la leçon à retenir qu’à la fin de chaque récit. C’est comme si le Coran voulait nous apprendre à patienter jusqu’à la fin de chaque histoire pour en retenir l’essentiel. Ce qui est d’autant plus intéressant c’est de remarquer dans la sourate Hoûd, qui est pleine de récits de prophètes, la fin de l’histoire du prophète Noé qui se termine par le verset â€“ce qui peut être traduit comme : « â€¦Sois patient. La fin heureuse sera aux pieux Â» (TSC, Hoûd : 49). C’est comme si Allah racontait toute cette histoire rien que pour arriver à cette phrase finale qui dit au Prophète : ne te t’attriste point.

Par les versets coraniques, Allah nous apprend également que les musulmans ou les serviteurs d’Allah ne pourraient acquérir aucune victoire s’ils ne persévéraient pas à Lui obéir : «… Ceux qui étaient convaincus qu’ils auront à rencontrer Allah dirent : « Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d’Allah, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants Â» Â» (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ : 249). C’est le même sens qu’Allah a aussi voulu que les musulmans saisissent dans la sourate Al-‘Anfâl : « â€¦ S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents ; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants… Â» (TSC, Al-‘Anfâl ‘Le Butin’ : 65). La seule condition qu’Allah met pour qu’une vingtaine de personnes puisse vaincre deux cents est qu’elle soit persévérante et patiente. Le Coran dit aussi dans un autre verset â€“ce qui peut être traduit comme : « Combien de prophètes ont combattu, en compagnie de beaucoup de disciples, ceux-ci ne fléchirent pas à cause de ce qui les atteignit dans le sentier d’Allah. Ils ne faiblirent pas et ils ne cédèrent point. Et Allah aime les endurants Â» (TSC, ‘Âl-‘Imrân ‘La Famille D’Imran’ : 146). Pas de victoire donc sans endurance.

Il s’ensuit que la patience demeure pratiquement une obligation. Nous devons tous être patients même si nous sommes habitués à être le contraire. Chacun d’entre nous doit s’entraîner à patienter et à persévérer.

La patience n’est non seulement évoquée par le Coran mais aussi par les Hadiths du Prophète (BP sur lui) dont nous citerons ici quelques-uns à titre d’exemple :

‘‘La patience est une lumière’’ 

Remarquez qu’il faut vraiment s’arrêter sur les mots qu’utilise le Prophète dans ce hadith…  Vous êtes vous demandé pourquoi il n’a pas dit ‘‘la patience est une preuve ou une puissance ou un genre de fermeté’’ ? En effet, ce hadith nous montre que le Prophète ne disait pas n’importe quoi et qu’il « ne prononce rien sous l’effet de la passion Â» (TSC, An-Najm ‘L’Etoile’ : 3) parce que les problèmes et les catastrophes de la vie rendent ce monde sombre dans les yeux des sinistrés. Et, effectivement, dans cette obscurité, il n’y a que la lumière qui peut éclairer. C’est pour cette raison qu’en cas de crise, la personne n’a qu’à patienter.

‘‘Aucun don ne peut surpasser dans sa valeur celui de la patience’’

Ce n’est donc pas une question de richesse, de prestige ou de propriétés accumulées dont il s’agit dans l’ici-bas, mais c’est plutôt une question de patience.

‘‘Le croyant est privilégié par un avantage dont personne ne jouit que lui ; en cas de malheur, il patiente et c’est pour lui le meilleur et en cas de bonheur, il loue (Allah) et c’est pour lui le meilleur’’.

Remarquez-vous cet avantage ? En cas de difficultés et de problèmes, le croyant, parce qu’il reste patient, demeure lié à son Créateur. Il en va de même en cas de joie et de bonheur parce qu’il loue Allah pour Ses bienfaits. Il jouit donc de la grâce de rester, malgré toutes les circonstances, en compagnie d’Allah.

Même s’il n’existait aucun hadith au sujet de la patience, il nous suffit de savoir que l’un des beaux noms d’Allah est « Al-saboure Â» (Extrêmement et Continuellement Patient) dont la puissance, dans la langue arabe, surpasse celle d’autres mots comme « Al-sabr Â» (la patience) ou « Al-sabbâre Â» (Le Très Patient). La patience divine diffère totalement de la patience humaine : elle la surpasse de plusieurs niveaux et ne convient qu’à La Majesté d’Allah.

‘‘Face aux propos désagréables, personne n’est plus patient qu’Allah. Il entend Ses créatures lui attribuer un fils et continue à leur donner de Ses bienfaits’’.

C’est tout à fait différent de ce que les êtres humains ont l’habitude de faire. S’ils apprennent que quelqu’un parlent inconvenablement d’eux (comme dans le cas des femmes et de leurs belles mères), ils se mettent immédiatement en colère et se comportent différemment avec cette personne. C’est absolument le contraire qui se passe lorsqu’on parle d’Allah. Bien qu’Il soit L’Audient et Le Tout Puissant, Il ne cesse pas de leur donner de Ses bienfaits et ne hâte pas leur punition. Ce n’est pas tout : parmi les six milliards habitants de la terre, on peut estimer que peu sont les vrais serviteurs d’Allah (disons 300 mille par exemple). Et Allah est toujours Patient et Indulgent. S’Il ne l’était pas, Il aurait immédiatement détruit la planète.

On sait aussi qu’il y a des jours dans l’année (les fêtes par exemple) durant lesquels la majorité des hommes commettent beaucoup de turpitudes. Ce qui se passe câ

Category : LES VERTUS | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |