Ne pas se tromper d'ennemi » Paix et Amour entre les peuples

 Ne pas se tromper d'ennemi

29/1/2008

Ne pas se tromper dennemi

 par Tariq Ramadan

 

 Il ne sagit pas davoir les mêmes idées, les mêmes idéaux, les mêmes espoirs. Dieu a voulu la diversité : pluralisme et respect mutuel il doit donc y avoir. Il est urgent dexprimer ce que lon refuse, de circonscrire ce quest pour nous linacceptable en nous engageant à tout faire pour quil ne soit, effectivement, jamais accepté, normalisé, banalisé.

 Dans un monde où léconomique a pris le pas sur le politique, où lintérêt financier et commercial fait la raison dEtat, où les valeurs ne sont convoquées que si elles ne portent pas préjudice aux plus obscures tractations ou manipulations... Il ne faut pas se tromper dennemi et il devient impératif de faire alliance avec toutes celles et tous ceux pour qui la vie dun être humain a un sens et une valeur. Ceux qui refusent et refuseront la folie meurtrière pour défendre et protéger la foi, le respect, la dignité, la fraternité et lamour. Ceux enfin qui, portés par leurs convictions, sont décidés à y engager leur vie entière en acceptant de faire face à tous les écueils, à toutes les souffrances, à toutes les trahisons.

 Tant au Nord quau Sud, jamais lurgence dun engagement total, organisé et unifié, na été aussi patente. Chaque collectivité ou "communauté" humaine de religion, de spiritualité ou de conscience, doit trouver les moyens de vivifier lénergie de ses références pour donner force et vigueur à limpératif de laction de bien et de justice. Dans la diversité des croyances, le témoignage de sincérité est dans lacte :

 ...Si Dieu lavait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don quil vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns les autres dans les bonnes actions. Votre retour, à tous, se fera vers Dieu ; il vous éclairera, alors, au sujet de vos différends.

 Avant que ne vienne le jour où nous serons tous éclairés sur nos différends, il nest quune seule action possible : faire le bien et lutter contre ce qui sy oppose

 A un compagnon qui lui demandait ce quétait le bien, le Prophète(BSL) répondit :

 Tu es venu tinformer sur le bien ? - Oui, répondit Wâsiba. - Consulte ton coeur, dit le Prophète, car le bien est ce qui apaise ton âme et calme ton coeur. Le péché est ce qui te trouble intérieurement et suscite dans ton coeur de lembarras, de la gêne et ce, même si les gens te livrent toutes les justifications juridiques possibles.

 La tension morale participe de la nature humaine. La paix du coeur ou son agitation témoigne des chemins empruntés, mais le choix reste toujours le propre des hommes. De la liberté naît la responsabilité : il faudra rendre compte de notre attachement à léthique. Pour nous-mêmes, en notre coeur, dans le silence et la solitude de notre intimité, comme dans nos relations avec nos parents, nos frères, nos amis, nos ennemis, létranger, le collègue, lemployé, le vieux, lhandicapé, le pauvre ou lexilé ; comme encore avec la nature, les arbres, les forêts, lair, la mer et tous les éléments ; comme enfin avec la totalité du règne animal. La tradition rapporte que le paradis fut promis à une prostituée qui avait donné à boire à un chien assoiffé : un geste simple porteur de lessentiel de la morale quon enseigne aujourdhui, en référence au message de lislam, du Maroc à lIndonésie... réformer son caractère et faire le bien.

 Etre musulman, cest dabord vivre lexpérience de piété :

  Le meilleur dentre vous (entre les gens) auprès de Dieu est le plus pieux...

 Le témoignage de cette piété est essentiellement, sur les plans social, politique et économique, de nature morale :

  Ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre appartient à Dieu. Toute chose revient à Lui ! Vous formez la meilleure communauté suscitée pour les hommes [dans la mesure où] vous ordonnez ce qui est convenable, et vous interdisez ce qui est blâmable et vous croyez en Dieu.

  Dans le miroir de la nature et de son ordre - et dont tous les éléments appartiennent à Dieu et retourneront à Lui - la meilleure des communautés est celle qui respecte lharmonie du Tout par son engagement pour le bien et sa lutte contre loppression, linjustice, les déséquilibres et plus généralement le mal. Le passage susmentionné commence et finit par la référence divine : lacte moral est témoignage de la foi, il est à lhomme ce que voler est à loiseau. Aussi, une société ou une communauté, quelque musulmane quelle puisse être, qui entretient ou alimente linjustice, la violence ou la terreur, la laisse se propager et détruire ainsi le tissu social, nest en rien "élue" : au contraire, elle prouve chaque jour son manquement à lexigence du message auquel elle dit se référer. Le Prophète(BSL) avait pourtant recommandé la vigilance :

 Soutiens ton frère quil soit juste ou injuste ! Des compagnons sétonnèrent : Lorsquil est juste cela est compréhensible, mais comment cela peut-il être quand il est injuste ? - Le Prophète (BSL) répondit : En mettant un terme à son injustice !

 Le défi est complexe mais inévitable : savoir dire, en conscience, les contradictions et les insuffisances de soi et des siens est limpératif éthique de lautocritique. Attendre dautrui la même exigence et, ensemble, sengager dans cette épreuve permanente de la cohérence et de la réforme... pour ne jamais se tromper dennemi, effectivement.

 Apprendre, au centre de soi, à sobserver dans le miroir de la critique et apprendre, plus profondément encore, à se décentrer suffisamment pour sengager avec lautre dans le miroir de ses valeurs et de nos espérances communes.

 

 Source : http://www.tariqramadan.com

 

Category : SPIRITUALITE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |