La femme dans l'islam...Quelques réflexions » Paix et Amour entre les peuples

 La femme dans l'islam...Quelques réflexions

10/2/2008

La femme dans l'Islam... Quelques réflexions...

"Et comportez-vous convenablement envers elles" Coran 4/19

 

"Les femmes sont soeurs des hommes" Parole du Prophète (BSDL)

Alors que d'autres considéraient la femme comme un démon ou comme responsable du malheur de l'humanité, le Coran innocente Eve :

- "C'est à Adam que Nous avons adressé une recommandation, mais Nous l'avons trouvé défaillant."

Alors que d'autres tergiversaient sur le degré de "l'humanité" de la femme, l'Islam annonce clairement sa nature humaine et qu'elle ne diffère nullement de l'homme du point de vue spirituel :

- "O Gens! Craignez Votre Seigneur qui vous a créés d'un même souffle vital." Coran 4/1

- "Certes, Nous assurerons une Vie agréable à tout croyant, homme ou femme, qui fait le bien." Coran 16/97

Egalité aussi entre ses droits et ses devoirs

- "Les femmes ont des droits équivalents à leurs obligations et conformément à l'usage" Coran 2/228

L'Islam a incité les gens à être bon envers la femme, qu'elle soit fille, épouse, mère ou comme femme tout simplement :

- "Celui qui a une fille et qui ne l'enterre pas vive (des Arabes le faisaient avant l'Islam), qui ne l'insulte pas, et qui ne favorise pas son fils sur elle, Dieu le fera entrer au Paradis" Hadith1

- "Et comportez-vous convenablement envers elles." Coran 4/19

- "...Le meilleur d'entre vous est celui qui est le meilleur pour son épouse." Hadith

- "Le paradis se trouve sous les pieds de la mère" Hadith.

- La femme, dans l'Islam, a le droit d'utiliser son argent comme elle l'entend. La femme en France ne l'a obtenu que 13 siècles après, précisément en 1938.

" La quête du savoir est une obligation pour le musulman et la musulmane " Hadith

Ce qu'a apporté le message divin à la femme en particulier et à l'humanité en général, est considérable. Nous ne pouvons pas citer tout. Ce n'est pas notre but. Nous vous conseillons de lire au moins les introductions du Docteur Qaradaoui et de l'auteur et la table des matières du livre "Encyclopédie de la femme". C'est une étude très récente (1990) et très sérieuse (6 volumes) qui ne fait référence qu'au Coran et aux Hadiths les plus sûrs de Bokhari et de Moslim. Vous serez étonnés.

Certes, la situation actuelle de la femme musulmane n'est pas toujours enviable (celle de l'homme non plus) surtout à cause de l'ignorance et/ou du conservatisme de la société liés aux traditions cumulées à travers les siècles et dont l'Islam est innocent (les musulmans pas toujours).

La présence de Hadiths non fiables, (Tout hadith très connu n'implique pas automatiquement qu'il soit authentique; un exemple, le Prophète approuvait la réponse de sa fille Fatima qui dit en substance que la meilleure chose pour la femme est qu'elle ne voit pas d'homme et qu'aucun homme ne la voit.) et/ou l'application de certains versets concernant exclusivement les femmes du Prophète sur toutes les femmes musulmanes

("O femmes du Prophète! Vous n'êtes pas comme le commun des femmes si vous êtes pieuses...Restez dans vos maisons ..." 33/32-33 "...Quand vous leur demandez un objet, demandez-le leur derrière un écran." 33/53)

ont fait trop de mal à la femme musulmane et, à travers elle, à la société musulmane (puisqu'elle représente plus que la moitié de la société vu son influence sur son mari, ses enfants et sur son environnement) et à l'image de l'Islam (Ceci n'est pas malgré tout une excuse pour ceux qui se contentent des préjugés) . On l'a empêché, pour plus de précaution, d'aller à la mosquée alors que le Prophète dit :

" N'empêchez pas les serviteurs (femmes) de Dieu d'aller aux mosquées de Dieu".

Après, pour encore plus de précaution, on l'a empêché de s'instruire à l'extérieur sachant que c'est à son père, son frère ou à son mari de l'instruire. Ces derniers, une fois touchés par l'ignorance, n'ont plus rien à lui enseigner. Alors que le Coran considère le fait d'enfermer la femme comme une punition:

"Celles d'entre vos femmes qui commettent l'acte immoral ...enfermez-les dans les maisons jusqu'à ce que la mort mette fin à leur vie ou que Dieu leur aménage une issue" Coran 4/15.

L'obstination à suivre une école n'arrange pas les choses. Des savants donnaient leurs avis lorsqu'il ne possédaient pas un texte clair du Coran ou de la sounna. Par exemple, contraindre sa fille au mariage est possible si on suit l'avis de l'école Malikite ou celui de l'école Chafiîte. S'ils avaient une excuse, nous par contre nous l'avons pas parce que nous possédons le Hadith clair rapporté par Bokhari.:

 un homme a marié sa fille (Khansaa bent Khidam) sans son consentement. Celle-ci a exposé son problème au Prophète qui a annulé le mariage.

Il est temps de revenir au Coran et à la Sounna authentifiée pour y puiser les enseignements de juste milieu (non extrêmiste) que prône l'Islam dans tous les domaines et tout particulièrement dans celui de la femme. Appliquons aussi la règle islamique qui stipule :"Tout ce qui n'est pas interdit est licite"

Une nouvelle "révolution culturelle" concernant la femme, comme celle produite par l'avènement de l'Islam, est encore possible à condition de respecter tout simplement l'esprit du message divin .

Le refus des coutumes ancestrales ne veut nullement dire tomber aveuglément dans les bras des coutumes et des moeurs occidentales qui sont actuellement dictées par les publicitaires, les créateurs de mode...

A l'aube de l'Islam, la femme musulmane jouissait d'une grande liberté et d'un esprit ouvert et critique (elle n'avalait pas n'importe quoi !). Exemple : un musulman défend à une divorcée de sortir récolter ses dattes. La femme est allée directement voir le Prophète qui lui a dit:

"Si, récolte tes dattes cela te permettra, peut être, de donner l'aumône ou de faire un bien.".

Parmi elles, certaines tenaient à assister aux prières de l'aube et de la nuit (îchaa). Elles répondaient à l'appel du moadhin quand il dit "SALAT JAMIÂA" c'est à dire qu'il y a une réunion concernant la communauté après la prière. Elles faisaient tous les travaux qui correspondaient à leur nature. Elles participaient à la vie sociale, culturelle (le Prophète permet à sa femme de regarder des hommes éthiopiens torse nu, jouer avec les javelots dans la cour de la mosquée!) et politique (sa prise de position lui a valu la torture de la part des mécréants, l'exil, seule ou avec sa famille,à Médine et en Ethiopie ..) de la communauté. Après le pacte de Houdaïbia (beaucoup de musulmans n'étaient pas contents de ce pacte), le Prophète discute avec sa femme Om Salama et suit son avis, qui s'est avéré être un bon conseil (voici un exemple sûr qui confirme le contraire d'un Hadith non fiable qui circule : "Consultez-les (les femmes) et faîtes le contraire de ce qu'elles disent"). Elles ordonnaient le convenable et réprouvaient le blâmable (envers les hommes aussi). Elles participaient à la guerre surtout comme soignantes. Nouceiba nous a donné un exemple héroïque en défendant le Prophète lors de la guerre d'Ouhoud en utilisant le sabre et l'arc. Les femmes discutaient avec les hommes sur tous les sujets qui peuvent concerner la communauté. Lorsqu'elles avaient des questions, elles les posaient elles-même au Prophète. Certains hommes envoyaient leurs femmes poser des questions au Prophète. La mariée servait ses hôtes hommes parmi lesquels le Prophète. Ce dernier ne voyait dans tout cela aucun mal. L'Islam tolère la mixité chaque fois que c'est utile à condition que les règles islamiques soient respectées par l'homme et/ou par la femme (dans les habits, regard sans désir, pas d'isolement d'une femme avec un "étranger", discussion sur un ton franc et net, retenue dans le mouvement...). Cela permet d'échanger les expériences, de répondre aux nécessités de la vie qui change, de favoriser les occasions de mariage.... En résumé pour nous faciliter la vie :

 "Il (Dieu) ne vous a imposé dans la religion aucune cause de gêne ou d'embarras." 22/78.

 L'Islam est large, c'est pour cela qu'Il peut s'adapter à toutes les époques. Mais que faut-il faire quand ces règles ne sont pas respectées, partiellement ou totalement? Au musulman (homme ou femme) de peser le pour et le contre et de décider soit l'isolement soit la participation.

Si l'Islam autorise la femme à occuper diverses fonctions sociales, il considère toutefois que sa première fonction est de s'occuper de son mari et surtout de ses enfants. Car on ne peut pas prétendre à une société solide et heureuse si la famille est disloquée. A l'homme plus de responsabilité à l'extérieur, à la femme plus à l'intérieur.

 Ce n'est pas la concurrence qu'il faut entre les 2 sexes, c'est la complémentarité; ce n'est pas l'égalité extérieure et quantitative qu'il faut chercher à instaurer dans la société, c'est l'équité et la justice.

Alexis Carrel, Prix Nobel en médecine, dit dans ses `Réflexions sur la conduite de la vie' : "l'homme et la femme sont différents l'un de l'autre, mais complémentaires. Ce n'est pas seulement par leurs organes génitaux et leur morphologie qu'ils se particularisent. Leurs cellules, leurs humeurs, leur sang même portent l'empreinte anatomique ou chimique de leur sexe. ...Ses fonctions (de la femme) organiques et psychiques sont centrées sur les modifications cycliques de l'ovaire. L'élaboration des ovules, la préparation à des maternités éventuelles, la grosesse, l'allaitement sont la destinée naturelle de la femme. Destinée à laquelle elle ne soustrait pas sans danger: le déséquilibre nerveux et mental est le prix que la femme doit payer quand les conditions de la vie ou de sa propre volonté s'opposent à l'accomplissement de sa fonction naturelle."

A la femme donc de concilier sa tâche principale et les autres activités sociales pour son bien, le bien de la famille et de la société...Aussi à chaque couple de choisir son mode de vie en tenant compte de son environnement, de ses besoins...

L'Islam est un tout! Pour bien comprendre (juger...) ces quelques réflexions, il ne faut pas les isoler du cadre de notre mission: adorer DIEU!!

Bibiographie :

1- Encyclopédie de la femme Abou chaqa (Dar elqalam)

2- la femme en Islam : Hani Ramadan (Tawhid)

3- L'Islam, la femme et l'intégrisme, journal d'une jeune femme européenne : Kouhmane Sultana (Al-iman)

 

Source : http://islam.free.fr

Category : LES FEMMES - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |