Au nom de la religion » Paix et Amour entre les peuples

 Au nom de la religion

29/5/2008

Au nom de la religion...

par Amezrar Redha

Les guerres continueront [...] tant quil [lhomme] naura pas constaté que la nature humaine est identique à nimporte quel endroit de la terre, et que tout le restant est un simple vernis superficiel. Au lieu de cela, on nous enseigne que nous sommes français, belges, anglais, papous, protestants, catholiques, musulmans, riches, pauvres, etc.; jusquau jour où les hommes tuent et mutilent à tort pour leur pays, leur religion, leurs opinions politiques, etc. Tout cela durera tant que léducation divisera lhumanité en «groupes» séparés et opposés. (Pierre Daco)

Depuis son avènement à la tête du pontificat, le pape Benoît XVI n
a cessé de reprocher avec véhémence à lEurope en particulier et au monde chrétien leur attachement sordide à la vie matérielle et par conséquent un éloignement perceptible de la foi chrétienne. Il est clair que le pape, qui constate avec beaucoup damertume le chancellement de la piété religieuse à cause de leffritement de la foi en Occident, tente en tant que chef suprême de lEglise de réhabiliter lesprit religieux au sein dune société occidentale vouée corps et âme à la chose charnelle et matérielle. Mais, ce qui est reproché au pape, au-delà de ses intentions pas toujours amicales envers les autres religions, ses méthodes subreptices et les coups bas portés contre toute tendance religieuse contredisant la chrétienté et son emblème absurde de la Trinité. Il est évident que les incartades quelquefois extravagantes du pape trahissent lourdement sa véritable hostilité vis-à-vis des autres religions et notamment envers lIslam.

Les quelques assertions, qualifiées d
islamophobes par des observateurs, tenues lors de ses déclarations, démontrent clairement que le pape actuel tente, par le biais de la diffamation et de la délation, dériger la foi chrétienne sur les ruines présumées de lIslam. Pour preuve, cet amalgame entretenu par connivence entre lui et le président américain et qui tend à ancrer lIslam dans le hideux triptyque: islamisme - extrémisme - terrorisme, ne vise en réalité quà diaboliser lIslam et donc de le désigner dun doigt accusateur comme étant le couvent du terrorisme et de lextrémisme. Mais, peut-on accorder au pape un quelconque crédit même en étant le chef de lEglise ? Peut-il encore au nom de lEglise et de la tiare papale excommunier par sa Bulle toutes les autres religions, hormis le judaïsme, en décrétant la suprématie de la chrétienté ? Ses quelques prises de positions nous renseignent sur la pensée de lhomme et de son engagement équivoque: na-t-il pas soutenu absurdement, en tant que cardinal, lEglise pour son procès inquisitoire intenté contre Galilée laccusant dhérétique ? Pourtant, le savant, bravant lautodafé, avait défendu courageusement son système héliocentrique contre la théorie géocentrique archaïque de lEglise de lépoque.

Autre exemple édifiant, la glorification par le pape des croisades menées par les conquistadors espagnols en Amérique en les qualifiant d
expédition civilisatrice ! Pourtant, les historiens sont quasi unanimes à affirmer que les massacres horribles perpétrés par ces conquistadores envers les indigènes demeurent une tache noire dans lhistoire tourmentée de lEglise moyenâgeuse. A en croire des sources crédibles, la conversion manu militari des Amérindiens au christianisme sest soldée par un bain de sang. Dailleurs, le président vénézuélien Chavez sest offusqué de lhommage rendu par le pape aux conquistadores pour leur besogne évangéliste des Amérindiens. Chavez est allé jusquà qualifier le massacre des aborigènes dholocauste !

Le pape ne recule devant rien ou presque pourvu que le christianisme culmine et triomphe sur les autres religions. Sa bénédiction apostolique aux diverses croisades évangélistes à travers le monde dénote clairement les intentions du pape à mener une campagne sans répit afin de convertir le maximum de gens surtout en Afrique. La grave crise alimentaire que traversent des pans entiers de la population africaine semble bien arranger les affaires des prédicateurs chrétiens. Ces populations affamées deviennent en effet des proies faciles puisqu
on leur faire miroiter la nourriture dune main et imposer la Bible de lautre. Toutefois, si on se réfère à la Bible elle-même, et cela en dépit des milliers de contradictions et dimparfaits quelle renferme à cause de sa perversion et de son altération au cours des siècles, on constate avec évidence que le message primordial de Jésus révélé dans le Nouveau Testament, et que le pape lui-même feint dignorer, ne souffre daucune ambigüité puisque ses prescriptions aux douze disciples sont claires:

«Je n
ai été envoyé quaux brebis perdues de la maison dIsraël» (Mathieu 15: 24). «Ces Douze, Jésus les envoya en mission avec les prescriptions suivantes: Ne prenez pas le chemin des païens et nentrez pas dans une ville de Samaritains: allez plutôt vers les brebis perdues de la maison dIsraël» (10: 5-6).

Il est donc tout à fait clair que la campagne d
évangélisation voulue et approuvée par le pape est en totale contradiction avec les textes du Nouveau Testament du moment où Jésus lui-même ne confère à lévangélisation quun caractère ciblé visant uniquement les enfants égarés dIsraël.

Le pape Benoît XVI, qui par le passé n
a pas hésité à écorcher le Prophète Mohamed (QLSSSL) et le Saint Coran, ne semble guère embarrassé de saccommoder dun texte biblique aussi discuté. En effet, ce nest quen 1869, au premier concile du Vatican, que le Nouveau Testament était imposé comme ayant «Dieu comme auteur», et au second concile, en 1965, il est jugé par une majorité decclésiastes qui trouvent «Ces livres, bien quils regorgent de limparfait et du caduc, sont pourtant les témoins dune véritable pédagogie» ! Un texte biblique, qui suscite dinterminables controverses, exige de la «modestie» de la part de ses représentants et de ses adeptes, et non de limposer coûte que coûte à toute la terre.

Une dernière interrogation de taille s
impose à propos de lévangélisation, qui est le «rôle principal de lEglise», comme le pape ne cesse de le répéter: Quadviendra-t-il des juifs auxquels le pape a accordé une terre qui ne leur appartient sûrement pas: va-t-il également les christianiser ? Car cest de lévangélisation, ne cesse-t-il de marteler, que dépendra le salut de lhumanité entière. Puisque les juifs ne sont pas concernés par lévangélisation, comment vont-ils alors accéder au salut ? Ou bien sont-ils simplement exempts du salut?!

 

 

Source : http://www.lequotidien-oran.com

 

Category : RELIGIONS | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |