internet » Paix et Amour entre les peuples

 internet

4/8/2008

Naviguer sur Internet à l’algérienne

Par Samir Azzoug

L’une des plus grandes inventions du siècle reste sans conteste Internet. Unformidable moyen de communication, d’information et d’échange sans limites nifrontières. Depuis la création du premier ordinateur programmable par KonradZuse (le Z3) en 1938, les innovations technologiques se succèdent à un rythmeeffréné. Inventé par la Dapra (Défense Advenced Researche Projects Agency) dudépartement de la Défense des Etats-Unis, dès les années 1970 puis généraliségrâce à un réseau d’universités américaines, le réseau Internet avait pour butde créer une plate-forme ouverte à la recherche, l’université et l’industrie.Le système est devenu universel suite  à l’invention de la formule «WorldWide Web» (les fameux www) par Tim Berners-lee en 1990.
En Algérie, après une entrée tardive en la matière, l’utilisation de la toileconnaît une progression importante d’année en année. En 2001, le nombred’internautes algériens avoisinait les 100 000 contre 4 millions recensésen septembre 2007.
L’acquisition d’un ordinateur étant devenue à la portée de la grande majoritéde la population et les tarifs de la connexion diminuant ont fait que beaucoupde jeunes (et de moins jeunes) Algériens en mal de loisirs se connectentpendant des heures entières, faisant le bonheur des propriétaires de cybercafé.
Mais l’Internet n’est qu’un support pour les informations. Un moyen d’accéderaux données. A l’utilisateur de sélectionner le domaine et la source. Quelssont donc les centres d’intérêt des internautes algériens ? Par quoisont-ils attirés ? «Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es», ditl’adage populaire.
En décortiquant le classement des 100 sites les plus consultés en Algérie,disponible sur Alexa.com, on peut avoir une idée des pratiques de navigation denos concitoyens.
Au niveau des pays dits développés, à l’image des Etats-Unis, du Canada ou dela France, après les moteurs de recherche, ce sont les sites d’informationgénérale, de culture,  de forums de discussion et de vente par Internetqui figurent en pole position. En Algérie, ce sont les sites de rencontre etde  téléchargement de fichiers qui attirent la majorité des internautes.Dès les premières places, les sites dédiés à la musique, aux clips et vidéosinsolites font leur apparition. S’ensuivent les sites d’échange de fichiers,images et vidéos, disputant les places à ceux consacrés aux rencontres et au«chat». Ce n’est qu’en quinzième position qu’un site d’information généralefait son apparition. Notons que ce sont les sites des journaux arabophones quisont mieux classés que ceux de langue française. Et autre bonne nouvelle, justeaprès est classée une interface dédiée à l’échange et à l’entraide de hautetechnologie. Après une série de sites innommables se classent ceux detéléchargement (généralement pirates, puisque l’Algérie est en retard pour cequi est du paiement en ligne) de films, de musiques et, fait remarquable, demangas (dessins animés japonais) et jeux vidéo. Les sites de téléphonie mobile,les blogs, les jeux sont aussi idéalement placés. A la 75e place, l’Institutnational de formation en informatique propose des activités et des formations.Donc, si on se fie au classement Alexa, de réputation mondiale, les Algérienssont en mal de communication. S’exprimer dans l’anonymat, sans être jugé,échanger et partager ses sentiments, faire de nouvelles rencontres semblentobnubiler  nos concitoyens. Le nombre très important de sites dédiés auxrencontres et des blogs classés parmi le top 100 des plus consultés confirme cemalaise. Par ailleurs, devant la quasi-absence de manifestations culturelles,musicales ou cinématographiques, les internautes algériens recourent autéléchargement illégal des productions étrangères. Malgré le faible débit de connexion,ce qui fait que le téléchargement d’un film peut prendre des heures, sinon unejournée entière, les cinéphiles prennent leur mal en patience et mobilise le PCpour le plaisir de voir les dernières productions hollywoodiennes. 
Pourtant, Internet n’est pas seulement un outil de loisir, même si lescybercafés en Algérie sont classés parmi les établissements de divertissement,au même titre que les salles de jeux, les médiathèques, l’aquaparc, lescirques, les cabarets, les dancings ou les salles des fêtes (décret exécutif n°05-268 du 18 joumada ethania 1426 correspondant au 25 juillet 2005).  Ilpeut être un formidable moyen pour l’émancipation de la personne, que ce soitdu point de vue intellectuel ou matériel. Il suffit de faire le bon choix desite à consulter. Par exemple, pour les amateurs de bonnes affaires, des sitesd’annonces, du genre particulier à particulier, typiquement algérien, existent.Ouedkniss.com ou annonces-dz sont classés respectivement 94e et 500e. Sur cesinterfaces, le navigateur affiche le produit qu’il veut commercialiser. Del’immobilier à l’automobile en passant par le mobilier, les vêtements ainsi queles demandes et offres d’emploi, les annonces en nombre impressionnant sontdisponibles. En matière d’emploi toujours, le site emploitic.com réalise debons scores. Depuis son lancement en 2006, le nombre de visiteurs est passé de3 000 par jour à 10 000 actuellement. Ses membres se comptent en centaines demilliers. Plus de 1 500 entreprises de toutes tailles utilisent régulièrementses services pour rechercher la recrue idéale. Finalement, Internet n’est qu’unoutil. Tel un verre, tout dépend de ce qu’on y met. Alors faisons le bon choixet consommons avec modération.  

Source : http://www.latribune-online.com

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |