L'art de rencontrer Dieu » Paix et Amour entre les peuples

 L'art de rencontrer Dieu

3/9/2008



L'art de rencontrer Dieu
Jorge Angel Livraga Rizzi

L'humanité n'aurait jamais pu dominer son environnement sans un fait apparemment naturel : l'intuition qu'elle avait de Dieu. C'est cette possibilité et pas une autre qui différencie l'homme de l'animal.

Selon les anciennes traditions, Homo Sapiens n'est pas à l'origine de l'humanité mais le survivant d'une culture et d'une civilisation qui furent détruites et qui donnèrent naissance à une nouvelle forme de civilisation : celle d'aujourd'hui (Cette thèse n'est pas contredite par les dernières recherches scientifiques).

Ce qui caractérise Homo Sapiens, c'est que, dès l'origine, toute sa vie - telle qu'elle se reflète dans ce qui subsiste de ses oeuvres - est imprégnée de magie, autrement dit, d'outils métaphysiques au service d'un contact plus ou moins mystérieux entre sa propre identité spirituelle et le Divin. C'est ce qui le différencie de l'humanoïde dégénéré que l'on appelle "Homo Habilis".

 Les cultes à la Grande Mère ou au Père Ours ne sont que l'expression d'une perception vivante et permanente de "quelque chose" qui existe au-delà du visible et qui s'exprime à travers de nombreux intermédiaires, depuis les Esprits de la Nature jusqu'aux Dieux qui gouvernent le destin des astres, y compris celui de la Terre.

 A
travers d'innombrables millénaires, cycles et vicissitudes, l'homme tenta d'acquérir une compréhension intellectuelle de ce qui relevait chez ses ancêtres de l'intuition. Certains se spécialisèrent dans le maniement du bois ou de la pierre, les autres, dans le cadre de la métaphysique et d'une synthèse de connaissances plus élevées, parvinrent à une science connue plus tard sous le nom de Magie.

 Les hommes capables d'intégrer ces connaissances spirituelles constituèrent la caste sacerdotale. Ils comprirent très vite que leurs expériences spirituelles ne pouvaient se transmettre qu'à l'aide de paraboles, de contes anecdotiques, de règles morales et d'un cérémonial permettant aux moins favorisés de percevoir le Divin, même de façon sporadique. Ainsi naquirent toutes les religions. Celui qui avait reçu l'étincelle divine et la possibilité de l'exprimer de manière simple et codifiée devint le fondateur d'une religion.

 Malgré les terribles pertes causées par l'ignorance et la volonté de destruction qui anime l'être humain, il subsiste encore d'importantes traces des dernières religions. Ces religions s'adaptèrent au moment historique et au lieu géographique où elles prirent naissance. C'est pourquoi Siddartha Gautama Bouddha, au VIe siècle avant notre ère, n'a pu donner le même message que Jésus Christ, cinq ou six siècles plus tard.

 Aujourd'hui, il y a dans le monde des milliers d'athées, ou apparemment tels, et des millions de croyants qui appartiennent à l'une ou l'autre des grandes religions, comme le Brahmanisme, le Bouddhisme, le Christianisme, le Judaïsme ou l'Islam. Il existe aussi des milliers de sectes issues de ces croyances et d'autres dont l'origine est confuse.

 Pourquoi employons-nous les termes "apparemment athée" ? Certains ne croient pas en Dieu et ne le perçoivent pas. Ils vont même jusqu'à affirmer que c'est un concept artificiel engendré par la peur de la mort. Cependant, la majorité ne rejette pas tant l'idée d'une Intelligence Cosmique mue par une nécessité ou une Volonté supérieure, que les formes infantiles sous lesquelles les religions présentent les grands mystères qui ont, depuis toujours, préoccupé l'homme.

 L'extraordinaire avance technologique et les connaissances scientifiques qui se sont développées durant les deux ou trois derniers siècles ont élargi le champ de l'expérience humaine. Elles ont enlevé toute crédibilité à la thèse d'un univers créé il y a moins de 7000 ou 8000 ans, à l'existence d'enfers et de paradis physiques, à la résurrection de la chair ou à la possibilité qu'ont les mers de s'ouvrir pour laisser le passage aux peuples élus et de se refermer pour noyer leurs ennemis. Aujourd'hui, de nombreuses personnes vivent avec un coeur ou un foie greffés, volent dans des appareils qui atteignent des altitudes supérieures aux sommets des montagnes les plus élevées et font le tour de la terre. Il existe des machines fabriquées par l'homme dont les réalisations dépassent toutes les merveilles décrites durant des millénaires dans les Livres Sacrés. L'homme découvre peu à peu que la planète où il vit est un être vivant et que ses habitants, végétaux, animaux et êtres humains, possèdent des corps admirablement conçus, qu'aucune machine ne peut imiter.

 Néanmoins, le matérialisme régnant a réduit ces merveilleuses découvertes à de simples curiosités. On continue à chercher dans les anciens textes religieux, si souvent déformés, les réponses à toutes les questions, entre autres à celle, fondamentale, qui concerne l'art de rencontrer Dieu. Lorsqu'on ne les trouve pas, on ne remet pas en cause les textes, mais on nie l'existence d'un être divin, générant ainsi l'angoisse, la dépravation et la méchanceté.

 Cela est une grave erreur qui ramène l'homme à l'état animal et l'enferme dans un athéisme stupide ou dans un fanatisme aveugle. Nous proposons une autre voie qui est celle de la philosophie entendue à la manière classique. Cette voie peut nous permettre de trouver Dieu en nous-mêmes et dans notre environnement, avec une certaine facilité.

 Si nous dépassons notre inertie, due au matérialisme, nos angoisses, notre ignorance, et notre cécité, nous nous rendrons compte que toutes choses, de l'atome aux galaxies, des ailes d'un insecte au squelette humain, sont agencées selon des normes précises. Nous constaterons l'existence d'une écologie qui relie tous les éléments de l'univers, régis par des lois cycliques obéissant à une certaine sagesse.

 Prenez le temps d'observer. Admirez l'harmonie merveilleuse qui se dégage des pétales des fleurs. Elles-mêmes n'ont pas pu "se penser" de façon à atteindre un tel degré de perfection. Il doit exister "quelque chose" qui les a pensées et dessinées, et à son tour, cette "pensée" nécessite une Volonté qui l'engendre et le justifie.

 Les hommes intelligents et libérés de tout préjugé peuvent percevoir, à l'aide d'un panthéisme philosophique", l'existence de "Quelque Chose de Supérieur", que l'on peut nommer Dieu et qui, à travers d'innombrables intermédiaires, a concrétisé ces merveilles. Ce Quelque Chose" n'a rien oublié, tout est intelligemment vivant et efficace.

 Arrêtez-vous un instant : contempler les prodiges fantastiques qui se trouvent, par exemple dans les multiples facettes des yeux d'une mouche ou la structure aérodynamique d'une hirondelle n'est pas une perte de temps.

 Les matérialistes affirment que tout est le fruit de l'évolution et du hasard. Mais l'évolution est intelligente car elle sait tirer parti des expériences et le hasard est en réalité un enchaînement de causes et d'effets. Ils prouvent que notre univers et nous-mêmes vivons à l'intérieur d'un "Macrobios", d'un Grand Etre qui a donné naissance à une Grande Vie prodigieusement fonctionnelle.

TOUT EST DIEU

 Si un seul grain de poussière existait en dehors de Dieu, ce grain limiterait Dieu, ce qui est une aberration. En effet, l'attribut essentiel de Dieu est d'être omniprésent dans toutes les choses et tous les êtres, qui, si Dieu n'existait pas, ne pourraient pas exister. Ce grain de poussière, regardé à travers un puissant microscope, nous apparaîtrait comme un microcosme aussi vivant, organisé et harmonieux que le système solaire.

 Si nous récupérons l'art, actuellement presque perdu, de rencontrer Dieu, nous nous libérerons de bien des limitations, des racismes, des fanatismes. Nous nous libérerons de l'angoisse et serons, alors, naturellement, capables de volonté, bons et justes.

 Dieu n'est ni un juge sévère, ni un père, ni une mère, ni un bourreau - Dieu est simplement Dieu - Qui l'a rencontré le sait.

Source : http://www.nouvelleacropole.org/moteur.asp

 


Category : CONNAITRE ALLAH | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |