La gestion des conflits conjugaux » Paix et Amour entre les peuples

 La gestion des conflits conjugaux

24/7/2009

La gestion des conflits conjugaux

Ecrit par Karima Chahdi   30-04-2005

 Un des aspects les plus délicats d’une relation conjugale est la gestion des conflits. Si l’on a souvent considéré qu’un couple qui n’a pas de dispute était un signe de bonne santé, force est de constater que le couple vit et se construit de façon progressive, par différentes étapes, qui sont  elles-mêmes rythmées par des périodes de crises. Dieu a crée la vie et la mort afin de nous éprouver. Qui d’entre nous fera acte de Bienfaisance ? Cette compétition de l’homme et de la femme dans l’œuvre pie est l’une des conditions de l’épreuve. En effet, notre vie ici-bas n’est qu’un examen de passage vers la vie éternelle.

Ces contrariétés qui font parfois notre quotidien sont-elles inévitables ? Quand interviennent-elles ? Quelles sont les attitudes à adopter face à ces crises ?

Généralement elles interviennent à chaque changement de situation :

1. Le respect des personnalités et l’engagement au devoir

Quand on se marie, on a pour objectif inconscient et dommageable de ne faire qu’un, d’ailleurs un proverbe anglais dit très justement : «Ne faire qu’un. Oui, mais lequel ?». Pour ne faire qu’un, le couple plonge spontanément dans la rivalité : l’un doit prendre le pouvoir sur l’autre. Le désir d’autonomie apparaît forcément d’un côté ou de l’autre. Le besoin de se réaliser et de se différencier de l’autre. Or cette tentative de l’un peut être perçue comme un abandon par l’autre. Pour ce dernier, la différence n’est pas un enrichissement mais une séparation, donc un conflit : «Si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ».Le plus souvent l’homme commence une dispute en dévalorisant un point de vue ou un sentiment  de son épouse. La femme, quant à elle, ne va pas exprimer totalement sa pensée ou son sentiment et ira jusqu’à juger son conjoint. 

Qu’est ce qui nous pousse à considérer et aborder notre relation uniquement dans ce sens ?

N’entendons-nous  pas à longueur de temps que l’homme est « supérieur » à la femme de par les degrés que Dieu lui a octroyés ? N’est-ce pas cela que nous sous-entendons lorsque le mot « qiwama » est évoqué ? Serions-nous devenus des tyrans domestiques parce que la société nous tyrannise ?

Peut-être serait-il sage de s’arrêter sur cette notion. La « qiwama » est énoncée clairement dans le Coran (S Nissa V34), c’est en parlant de la famille et de ses problèmes que Dieu mentionne cette égalité, car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’une manière explicite, ne laissant aucun doute pour ceux qui se croient supérieures aux femmes. Elle est aussi un rappel à l’homme de l’importance de sa responsabilité à l’égard de sa femme, « elle ne s’inscrit que dans le cadre d’une responsabilité de nature différente de celle de la femme et nullement d’un privilège accordé aux mâles ». Ce verset concerné décrit tout simplement la répartition des rôles bien équitable dans le respect des spécificités de chacun. Dieu dit :

 « Les hommes ont autorité (ont la charge) pour s’occuper des femmes en vertu de ce par quoi Dieu a conféré aux uns un ascendant sur les autres, et en raison du fait qu’ils dépensent de leurs propres biens pour elles. Les femmes vertueuses sont sobres (pieuses) et maintiennent intacte (protégent) en l’absence de leurs maris ce que Dieu a prescrit de conserver… ».

Dieu a prescrit pour l’homme le statut de « qiwama» : c’est une responsabilité avec conscience du droit de l’épouse sur lui, une compréhension des recommandations prophétiques à son égard. D’après Abû Hurayrah - que Dieu l’agrée -, le Messager de Dieu - paix et bénédictions sur lui - dit :

 « Les croyants qui ont la foi la plus parfaite sont ceux qui ont le meilleur comportement, et les meilleurs parmi vous sont les meilleurs envers leurs épouses. »

C’est l’équivalent de la responsabilité confiée à la femme qui est « alhafidiya » On sous-entend par cette protection une continuité et une stabilité au sein de la vie conjugale. Elle doit protéger tout ce que Dieu a protégé. Elle assure la continuité de l’espèce humaine puisqu’elle est porteuse de l’avenir de l’Humanité. Quant à la stabilité : elle ne peut l’assurer que dans les conditions d’amour, de tendresse, de respect, de communication, de concertation et de confiance .Le concept « alhafidiya » est donc l’équivalent de « qiwama ». Ces concepts, s’ils sont vécus, créent entre l’homme et la femme une  complicité dans leur cheminement vers Dieu et les soutient dans l’accomplissement de leur mission pour l’Humanité. Conscients de cela les tracasseries, les disputes et les incompréhensions qui rythment notre vie conjugale deviennent dérisoires. 

2. Quand la famille s’agrandit

L’arrivée d’un enfant est aussi, à elle seule, un véritable bouleversement pour un couple, le passage du duo au trio, du trio au quatuor et ainsi de suite  n’est pas aisé : la répartition des tâches  et des réajustements doivent s’opérer pour que chacun trouve sa place. Sans parler du choix du style éducatif. On peut s’aimer très fort et avoir beaucoup de points communs, mais lorsque l’enfant paraît on recommence tout. Parce que même si l’on se connaît très bien en tant qu’homme et femme, on ne sait absolument pas quelle sorte de parent on va devenir. Ce n’est qu’au pied du mur que l’on se révèle tendre ou autoritaire, serein ou impatient, sévère ou laxiste. Ce qui, on le sait, ne facilite pas la tâche, pour peu que les conjoints n’arrivent pas à s’entendre sur comment éduquer une fille ou un garçon, de qui s’occupe du suivi scolaire des enfants etc.  Alors on procède par tâtonnement au grès des querelles incessantes.

L’éducation doit être un projet personnalisé, discuté et mûrement réfléchi par les deux parents. Il importe que l’enfant sente ses parents solidaires. Papa ne doit pas critiquer maman, et vice-versa en sa présence. C’est un signe de bonne entente dont l’enfant a besoin pour se construire.

3. Quand la belle-famille s’en mêle !

Il est  assez fréquent qu’à l’origine du problème dans un couple, on trouve l’irruption des beaux-parents, et surtout de la belle-mère. L’islam préconise l’équilibre entre la préservation des droits des parents et la bienfaisance à leur égard d’une part, et les droits de l’épouse d’autre part.

Il n’est pas rare d’entendre les remarques désobligeantes d’une mère, pleine d’amour pour son fils, mais hargneuse envers sa belle-fille qu’elle  juge pas « apte » à remplir ses devoirs d’épouse, lui imposant une nouvelle garde robe, car celle-ci ne correspond pas au goût de son cher fils ; de critiquer sa cuisine, car « l’estomac de son fils est fragile » ; d’intervenir dans l’éducation des enfants puisqu’elle n’a aucune autorité… Le gendre et sa belle-mère ne sont pas en reste non plus. Quand celui-ci n’est pas à la hauteur des aspirations de la belle-mère, « il n’est pas assez bien pour ma fille », qu’il n’est pas « débrouillard », qu’il a un comportement rude, dénué de toute sensibilité et de tendresse à la limite de la brutalité…En somme autant de remarques agréables à entendre. Les conjoints se doivent de trouver un juste équilibre dans leurs rapports avec tout le monde, sans favoriser les uns par rapport aux autres, et sans sacrifier un devoir pour en accomplir un autre. Pour que tout se passe au mieux au sein du couple l’un des deux partenaires devra parfois affirmer sa propre position, sans se laisser inhiber par la force de la relation de l’autre avec ses parents. Trouver sa vitesse de croisière avant de savoir quelle place accorder à sa belle-famille. L’important, c’est de ne pas s’installer dans le malaise et la frustration en subissant passivement la situation. Le secret d’une bonne communication, c’est peut-être aussi de savoir reconnaître derrière les défauts parfois exaspérants de sa belle-mère de vraies qualités humaines : celle de maintenir la cohésion des liens familiaux. En effet Dieu nous dit :

 « Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Dieu rétablira l’entente entre eux. Dieu est certes Omniscient et Parfaitement Connaisseur » (coran)

4. De la médiation à la thérapie du couple !

Parfois, la routine et une certaine exaspération des rapports familiaux donne l'occasion aux revendications égoïstes de se manifester et menacer l'équilibre et l'harmonie du couple. Plus on est rigide ou figé sur des principes, plus la relation risque d’exploser. Les conséquences peuvent être très fâcheuses voir même fatales. Dans ce cas ne serait-il pas judicieux de consulter un(e) conseiller(e) conjugal(e) avant qu’il ne soit trop  tard. Plutôt que d’en référer à des « frères et sœurs » certes bien intentionnés mais malheureusement  parfois maladroits ?

Ne devrions-nous pas engager cet effort plutôt que de s’en tenir à régler superficiellement les problèmes ?

Combien de couples se sont déchirés parce qu’ils n’ont pas trouvé d’oreille attentive, combien ont souffert d’être jugés. Combien de femmes sous prétexte que la  « patience est mère des vertus » se sont vues faire le deuil de leurs revendications et d’une relation épanouie.

 Sans cesse en évolution, le couple risque de rompre si les deux partenaires sont trop rigides. Leur apporter souplesse et compréhension pour éviter que les prises de bec ne se transforment en conflits ouverts, pousser chacun à affronter la réalité plutôt que des chimères et idéalisations. Telle est alors l’ambition de la thérapie de couple. Alors, pourquoi pas ?!

5. Quelle est finalement la meilleure attitude à adopter face à ces crises?

Il ne faut surtout pas les nier mais oser en parler afin de minimiser le sentiment d’angoisse et donc de les dépasser. Un couple qui dure est un couple qui accepte les différences et qui transforme la situation de façon à être de nouveau satisfait.

Vouloir changer l’autre, c’est difficile. Mais on peut le faire évoluer en se comportant soi-même différemment. L’humilité, constitue en effet une bonne approche. C’est sur soi qu’il faut travailler et non sur l’autre.

Le lien conjugal est un projet qui comme tous les projets de notre vie doit être un champ pour la Vie Future. Dieu nous dit :

 

 « Je ne changerai rien en un peuple, tant qu’il n’aura rien changé en lui-même. »

 

Source : http://www.psm-enligne.org

Category : MARIAGE / LE COUPLE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |