La Médecine Prophétique » Paix et Amour entre les peuples

 La Médecine Prophétique

12/9/2009

Prophete Mouhammad

La Médecine Prophétique

L'être humain est un triptyque « corps-âme-esprit », l'esprit unifiant les deux autres. Le rapport conflictuel « âme-corps » cesse lorsque ces deux modalités psycho-physiques s'ouvrent sur la dimension au-delà de toute dualité : le principe unique et immuable qui nous constitue et qui est notre être réel.

Unifier l'être multiple, c'est cela toute guérison :
« Et quand tu es malade, c'est Lui qui te guérit »
(Coran XXVI, 80)

L'Islam prend en charge l'homme dans sa globalité : tout est lié. C’est pourquoi la médecine dans son sens le plus complet du terme (science des coeurs et science des corps) est fondamentale : par élimination de toute altérité, elle est libératrice et a pour objet la connaissance de Dieu. « Qui se connaît, connaît Son Seigneur » a dit le Prophète (saws).

Dieu créé les maux et les remèdes : « Dieu n’a pas fait descendre une maladie, sans avoir en même temps fait descendre son remède ; » (Al-Bukhârî 76-1) En ce sens, la maladie par laquelle on implore Dieu est une rédemption. « Dans la prière, il y a une guérison » disait l’Envoyé de Dieu (saws), et «Tout croyant, touché par quelque maladie, verra Dieu s’en servir pour lui pardonner ses péchés » (Tabarani et El Hakim)

Médecine des cœurs

« Ô gens! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines…. » (Coran X, 57)

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu'accroître la perdition des injustes. » (Coran XVII, 82)

Plus encore que le corps, l’âme est malade.
«… Certes la nafs est instigatrice du mal (al-‘ammâra bi al-sût), à moins que mon Seigneur ne la préserve par Sa Miséricorde : mon Seigneur est tout pardon, Miséricordieux »
(Coran XII, 53)
Et l’on sait que lorsque l’âme est malade, le corps l’exprime. La guérison consistera à éliminer les tendances négatives –ou maladives- pour que seules subsistent les tendances positives et agréées.
« O nafs apaisée, retourne vers ton Seigneur satisfaite (râdiya) et agréée (mardiiyya), entre parmi Mes serviteurs, entre dans Mon Paradis »
(Coran ).

Comment soigner, améliorer le caractère, élever son aspiration auprès de Dieu de façon la mieux adaptée ? Qui le mieux a prescrit la meilleure médication en ce domaine ? L’Envoyé de Dieu, dont la nature était le Coran, bien sûr ! Comme le font à sa suite ses véritables héritiers spirituels, hommes :

-
Généreux, proches des gens et de leurs préoccupations quotidiennes, à l’instar du Prophète (saws) qui était d’abord facile : « je ne suis qu’un homme comme vous » disait-il ; Ce que les dénégateurs n’ont pas manqué de lui reprocher : « Qu’est donc que ce Messager qui mange de la nourriture et circule dans les marchés ? »
(Coran XXV, 7), qui s’asseyait avec tous, s’entretenait de tous sujets, aussi bien sur l’au-delà que la vie d’ici-bas, de nourriture et de boissons….

- Détenteurs de la science des cœurs par Miséricorde et Lumière divine, ceux dont les œuvres sont celles de Dieu, lesquels ont alors une action de présence comme l’illustre la façon dont le Prophète (saws) bénissait avec imposition de la main et ainsi que l’exprime ce hadith qutsi : «Mon serviteur […] lorsque Je l'aime, Je suis son ouïe par laquelle il entend, sa vue par laquelle il perçoit, sa main par laquelle il saisit, et son pied avec lequel il marche… »

C’est en effet au médecin spirituel de diagnostiquer l’imperfection pour appliquer le remède adéquat.
Pour certaines personnes, par exemple, le jeûne sera le meilleur remède. Abu Imâma se présenta au Prophète de Dieu (saws), le priant de lui enseigner une oeuvre dont il pourrait profiter :
“Pratique le jeune car il n’a pas d’équivalent”
(Imam Ahmad). lui dit-il

D’autres devront concentrer tous leurs efforts sur leur caractère comme il en est de l'ordre donné par le Prophète (saws) à un homme colérique : « “ne te mets pas en colère”. Donnes moi un autre conseil, Ô envoyé de Dieu, dit l’homme : “ne te mets pas en colère” lui répéta-t-il. Donnes moi encore un autre insista l’homme. “Ne te mets pas en colère ” lui dit-il pour la troisième et dernière fois. » (Al-Bukhârî)

Pour un autre qui se plaignait d’avoir le coeur dur, L’Envoyé (saws) lui conseilla : « Si tu veux que ton cœur s’attendrisse, nourris (dépense pour) les pauvres et prends soin de l’orphelin »
(livre de l’Imam Ahmad).

Pour un autre encore, rongé par la passion et qui pria le Prophète : « Autorise-moi à commettre l’adultère ». Le Prophète lui demanda d’avancer, jusqu’à ce qu’il fut tout proche : “Le voudrais-tu pour ta mère ? ” Non répondit l’homme. Le Prophète dit : “De la même manière que les gens ne le souhaiteraient pas pour leur mère”. “Le voudrais-tu pour ta fille ?” Non répondit une autre fois l’homme. “De la même manière que les gens ne le souhaiteraient pas pour leur fille” répondit le Prophète. Puis, il posa sa main bénie sur la poitrine de l’homme, à l’endroit du cœur et dit : “Ô Seigneur purifie son cœur, pardonne lui ses pêchés et préserve sa chasteté car il n’y a pas pire pour lui que l’adultère(livre de l’Imam Ahmad)..

A chacun ses maux et ses remèdes. Des conseils multiples peuvent d’ailleurs s’appliquer à un problème unique. Parmi les diverses directives données par le Prophète (saws) compte tenu des besoins respectifs de chacun, on peut citer ces quelques hadiths :

. Alors qu’ Abdallah Ibn Massoud venait l’interroger sur l’œuvre la plus aimée de Dieu,le Prophète répondit : « “la prière en son temps”. Et ensuite? demanda-t-il, Il dit : “Honorer et prendre soin de ses parents” et ensuite ? ajouta-t-il. Il dit : “Le combat pour Dieu” » (Al-Bukhâri, le livre de la foi).

. A un autre, qui lui demandait quelle était la meilleure œuvre? il déclara : « “La foi en Dieu et en son messager”. Et ensuite ? Il dit : “Le combat pour Dieu” Et ensuite ? Il dit : “un pèlerinage accepté” » (Al-Bukhâri, le livre de la foi).

. A Abû Dharr Al-Ghiffârî, le Prophète dit : «Crains Dieu où que tu sois, fais suivre la mauvaise action par la bonne et use d’un bon comportement envers les gens » (Tirmidhi, livre de la prière et des œuvres pieuses).

Sur la question du “meilleur islam”, il répondit à un homme venu l’interroger : « C’est celui dont les actions et les paroles ne portent pas tort aux musulmans » (Al-Bukhâri, le livre de la foi). A un autre qui lui posa la même question, il dit : « Que tu donnes à manger et que tu salues de la meilleure manière (salâm) celui que tu connais comme celui que tu ne connais pas » (Al-Bukhâri, le livre de la foi), à un autre : « l’homme pratique un bel islam lorsqu’il délaisse ce qui ne le concerne pas », remède adapté à l’âme dont la maladie est le goût pour les affaires de ce monde et le bavardage.


Références sur Les maladies de l’âme_______

Livres :

- Livre XXII de l'«Ihyâ' 'Ulûm al-dîn» intitulé «Livre de la discipline de l'âme, de l'éducation des comportements moraux et du traitement des maladies du cœur» par Ghazâli. Voir : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=7419 ou
http://www.amazon.fr/Maladies-l%C3%A2me-ma%C3%AEtrise-coeur-Livre/dp/2204080918

- Al-Sulamî, Sheikh (Xe siècle) Les Maladies de l’âme et leurs remèdes. Traduit de l’arabe par Abdul Karim Zein.chez Archè Edidit, 1990
Ce traité aborde très simplement la mission essentielle de l’existence humaine qui est de retourner vers Son Seigneur, celle qui devrait normalement préoccuper tous les hommes, « créés d’une seule âme » comme dit le Coran.Une des maladies de l’âme est de ne jamais accepter la Vérité, la soumission étant contraire à la nature de son caractère. Le remède consiste à s’affranchir du désir et de la passion pour aller vers son Seigneur » (al-Sulami). Ce manuel donne les clés d’une meilleure connaissance de l’âme. L’éducation spirituelle et la purification de l’âme sont indispensables pour se connaître soi-même, et donc connaître Dieu. « Celui qui connaît son âme, connaît son Seigneur », a dit le Prophète”

Vous pouvez consulter ce traité  à cette adresse : http://www.islam-sunnite.com/article-4782350.html

 Médecine des corps

Il est important d’honorer ce don divin qu’est la vie. D’autant qu’un corps sain permet de bien oeuvrer dans le sens du divin, (on voit là encore, l’interaction entre l’âme et le corps) c’est pourquoi il est si important de préserver son corps et de le soigner. Le prophète (saws) a toujours incité ses fidèles à le faire. Ce qui a eu pour conséquence un grand développement de la science médicale. L'approche des médecins musulmans basée sur l'Unicité (tawhid) absolue de Dieu faisaient qu'ils ne perdaient jamais le fil conducteur et la vision globale des choses ; ils prenaient en considération toutes les intéractions, considéraient tous les aspects de la question allant jusqu'à écrire des traités culinaires… connaissant très bien le rôle primordiale de l'alimentation et son incidence sur notre parcours.

 La propreté

Le Prophète (saws) a dit : « Dieu déteste le tumulte et la malpropreté »

Ablutions

Pureté et propreté ne sont pas dissociées mais complémentaires, la propreté n’étant que l’image sensible de la pureté. Le rituel de purification par les ablutions lié à la prière fait que propreté et prière ne font qu’un, pureté qui doit être rehaussée par des vêtements dignes et propres.

« Ô vous qui croyez ! Lorsque vous vous disposez à la prière : Lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes ; passez les mains mouillées sur vos têtes et lavez vos pieds jusqu'aux chevilles. Si vous êtes en état d'impureté majeure, purifiez-vous » (Coran V,6 ) Il va sans dire que les parties intimes sont propres.

« Ô fils d'Adam ! Portez vos parures (vos habits) en tout lieu de prière » (Coran VII, 31)

Voyant un autre homme vêtu de vêtements sales, il fit : “Cet homme ne trouve-t-il donc pas de quoi laver ses vêtements ?” (rapporté par Abû Dawud, n° 4062).

Hygiène buccale

Le Prophète a apporté un grand soin à la propreté de la bouche, laquelle doit exhaler une bonne odeur pour réciter la Parole divine, une bonne haleine pour être agréable aux autres ce qui contribue également à préserver l'intégrité d'autres organes tels que l'estomac et le coeur ; pour se faire, il a accordé un soin tout particulier à la propreté des dents et au bon état des gencives. On sait qu’il se frottait les dents avec le siwak, bâtonnet provenant de l’arbre al-‘arak, et dont il connaissait tous les bienfaits. Il en recommandait tout particulièrement l’utilisation :

« Recourez au siwâk car le siwâk purifie la bouche et procure l'agrément du Seigneur. Chaque fois qu'il est venu me voir, l’archange Gabriel me recommandait le siwâk au point que j'ai crains qu'il nous soit prescrit à moi et ma communauté » (Rapporté par Ibn Mâjjah)

« Si je ne craignais pas de trop charger ma communauté je leur ordonnerais le Siwak avec les ablutions ». (Abou Houreyra)

Les scientifiques commencent à en découvrir les vertus et l’introduisent dans la composition de certains dentifrices…

Hadiths divers traitant de l’hygiène :

Passez de l'eau entre les doigts et à travers la barbe et servez-vous du cure-dent, car c'est de la propreté, et la propreté conduit à la Foi, et la Foi est au Paradis avec son porteur[ Rapporté par At-Tabarânî ]

Celui qui a des cheveux doit les honorer(Rapporté par Abû Dâwud)

Dix choses font partie de (ce que l'être humain fait par) prédisposition naturelle : se tailler les moustaches, garder la barbe, se brosser les dents, se rincer les narines, se tailler les ongles, se laver les articulations des doigts, s'enlever la pilosité des aisselles, se raser la pilosité du pubis, utiliser l'eau après avoir fait ses besoins, et [un des maillons de la chaîne dit qu'il ne se souvient de cette dixième chose que de façon probable] se rincer la bouche(rapporté par Muslim , At-Tirmidhî, Abû Dâwud, An-Nassaï ) et un autre dit : « la circoncision » (Al-Bukhârî)

« Gardez propre l’endroit qui se trouve devant votre maison de façon à ne point offenser les passants »

« Evitez de commettre les trois grands péchés dont l’auteur est maudit, à savoir, faire ses besoins auprès des points d’eau, dans les chemins et dans les endroits ombragés » (At-Tirmidhî)

Le Prophète interdit d'uriner dans l'eau stagnante(Rapporté par Muslim)

« Lorsque vous apprenez l'apparition de la peste dans un endroit, n’y pénétrez pas et lorsqu’elle survient dans une contrée où vous vous trouvez n’en sortez pas » (Rapporté par Al-Bukhârî)

« Aucun malade contagieux ne doit venir chez une personne saine » (Rapporté par Al-Bukhârî).

« A tout serviteur se trouvant dans un pays où il y a la peste, qu’il ne le quitte pas et y reste avec constance et confiance en sachant que ne le touchera que ce qui été décrété pour lui par Allah, sa rétribution sera égale à celle d'un martyr » (Rapporté par Al-Bukhârî).

Il faut imaginer toutes ces règles d’hygiène au VIIe siècle… dans un environnement où l’eau était une denrée rare ….

 

L'Alimentation

La plupart des maladies proviennent de mauvaises habitudes alimentaires, d'une nourriture malsaine et des excès de table ; or, une alimentation saine, équilibrée et ne dépassant pas ses besoins est indispensable.

« Le croyant mange dans un seul intestin ; l’infidèle mange dans sept intestins » (Al-Bukhârî)

« Selon Al Miqdad Ibn Ma’dikarïba, le Messager de Dieu (saws) disait : « Jamais le fils d’Adam n’a rempli de récipient pire que son ventre. Il suffisait pourtant au fils d’Adam quelques bouchées pour subvenir à ses besoins. Et même s’il lui en fallait absolument davantage, qu’il réserve donc le tiers de son estomac à son manger, l’autre tiers à boire et le dernier tiers à sa respiration » (rapporté par Tirmidhî)

Il faut également que les aliments soient permis :

« Dieu n’a pas mis de guérison dans ce qu’Il vous a interdit » (Al-Bukhârî) Car Il a encouragé la consommation des bonnes nourritures en interdisant les mauvaises : « Ont été rendu licites pour vous les bonnes choses … »(Coran V/4).

« …(Le Prophète) déclare licite pour eux les bonnes choses, et déclare illicites pour eux les mauvaises » (Coran VII, 157). (Voir http://aminour.unblog.fr/2007/02/26/certaines-prescriptions/)

On doit se détourner de tout ce qui nuit au corps et perturbe la psyché : ce sont des obstacles à la spiritualité.

« Ô gens! mangez de ce que la terre offre de licite et de pur; ne suivez point les pas de satan car il est vraiment pour vous, un ennemi déclaré. » (Coran II, 168)

Dieu a mis à notre disposition d’excellentes nourritures nécessaires à nos besoins, à la prévention et à la guérison des maladies. Les deux aliments forts, les deux élixirs pourrait-on dire, cités dans le Coran, sont le miel et l’huile d’olive.

Le miel

« [Et voilà] ce que ton Seigneur révéla aux abeilles : “Prenez des demeures dans les montagnes, les arbres, et les treillages que [les hommes] font. Puis mangez de toute espèce de fruits, et suivez les sentiers de votre Seigneur, rendus faciles pour vous. De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour des gens qui réfléchissent. “ » (Coran XVI, 68-69)

La science redécouvre les vertus curatives du miel, miel nom de genre qui recouvre en réalité une grande variété de miels selon les fleurs butinées par les abeilles ; chaque miel ayant la vertu curative appropriée au mal à soigner. Voilà quelques sites à consulter sur le sujet :

http://aminour.unblog.fr/2006/12/12/sur-lechelle-de-letre/

http://www.musee-du-miel.com/miel/vertues.html

http://www.i-dietetique.com/?action=breves&page=le-pouvoir-antiseptique-du-miel&id=3921

http://www.aci-multimedia.net/feminin/propolis.htm

 

L’Huile d’olive

Dieu dit : « et un arbre (l'olivier) issu du Mont Sinai : on en récolte l’onguent et un (fameux) condiment pour les mangeurs » (Coran XXIII, 20)

Aussi le prophète (saws) a dit : « mangez et oignez avec l’huile d’olive car il provient d’un arbre béni » . (rapporté par Tirmidhî remontant à Omar Ibn Al Khatab), « … un olivier ni oriental ni occidental dont l'huile semble éclairer sans même que le feu la touche. Lumière sur lumière. Allah guide vers Sa lumière qui Il veut….». (Coran XXIV, 35).

De par sa composition particulière, l’huile d’olive est un véritable élixir. Outre qu’elle favorise la croissance osseuse et consolide la densité des os en en facilitant la minéralisation, de toutes les graisses alimentaires, elle est la plus riche en acides gras mono-insaturés (70 % environ) ; sa consommation régulière participe ainsi à la prévention des maladies cardio-vasculaires et permet aussi de diminuer le cholestérol -dans son aspect nocif- au profit du bon cholestérol, facteur de prévention de l'artériosclérose. Etant le plus digeste des corps gras, l'huile d'olive est excellente pour l’estomac dont elle améliore la digestion ainsi que le transit intestinal tout en favorisant les sécrétions biliaires. En moyenne cinq fois plus riche en vitamine E que le beurre, elle participe activement aux défenses de notre organisme contre le vieillissement. Quelques sites à consulter :
http://www.moulin-cornille.com/astuces.html
http://www.lanutrition.fr/L-huile-d-olive-votre-estomac-lui-dit-merci-a-1369-23.html

 

Quelques autres aliments et condiments précieux recommandés par le Prophète (saws) :

 

Les graines de nigelle (cumin noir ) * :

Abou Hourayra affirme avoir entendu le prophète dire: “Utiliser la graine de nigelle dans vos soins, c'est un remède contre tous les maux exception faite de la mort“.(Al-Bukhârî)

Les propriétés thérapeutiques de la graine de nigelle dite “graine de bénédiction” sont nombreuses ; elle diminue le risque des maladies en renforçant le système immunitaire, qui, comme on le sait, a un effet sur tout le système corporel ce qui permet de protéger les organes les plus importants du corps. Les expériences modernes ont en effet montré qu'elle avait un effet de dilatation des bronches, un effet antimicrobien, un effet de régulation sur la tension artérielle et un effet sécréteur sur la bile. Elle est donc utilisée pour traiter une variété de maux liés à la santé respiratoire, à la peau, à l'estomac, aux désordres intestinaux, rénaux et du foie, et pour maintenir et améliorer la santé d'une façon générale.
*Autres noms qu'on lui donne :
kalonji, black seed, swartzcummel, nigella sativa, fleur de fenouil, habbat al barraka, sanouj, et habbat sawda.
http://forum.actudz.com/7107_0-l-huile-de-graine-de-nigelle.html

Le vinaigre

Le Prophète Mohamed (saws) a dit : « Quel excellent condiment que le vinaigre ! » ( rapporté par Muslim 4-16 et Ahmed 3-103),

Il a dit aussi (saws) : « que Allah le Très Haut bénisse le vinaigre parce que c’était l’aliment des prophètes avant moi ». (Rapporté par Ibn Madja [3318] et Dhaif al-Djami [5973]).
Aussi, le Prophète
(saws) consommait-il du vinaigre avec de l’huile.
Il est scientifiquement reconnu que le vinaigre a de grandes vertus curatives ; par son acide ascétique, il réduit le niveau des graisses dans le sang et prévient les maladies cardiovasculaires.A cet effet, et dilué dans un verre d’eau ou mélangé à de l’huile d’olive, le vinaigre de pomme reste le meilleur : Il contient, outre l’acide acétique, des acides organiques qui entre dans le métabolisme alimentaire et des minéraux indispensables pour le corps humain.

Le vinaigre est également un excellent antiseptique dermatologique et digestif ainsi qu’un anti-inflammatoire pour les reins et la vessie. En bain de pieds et en massage sur les jambes, il est également excellent pour la circulation sanguine.
On relate que durant une année de disette, Omar Ibn Khattab (Que Dieu soit satisfait de lui) s’est contenté de vinaigre et d’huile, et n’a jamais mangé de viande sauf si les pauvres parmi les musulmans en étaient rassasiés. Quelques sites :

http://www.cfaitmaison.com/vinaigre/vinaigre-utilisation.html

http://www.moutarde-de-meaux.com/vinaigre-vertus.php

http://www.saveursdumonde.net/?action=sectionitem_show&id=2987&lg=fr

 

Les dattes

Le Prophète (saws) a dit :

« Une maison où il n’y a pas de dattes est une maison dont les habitants sont affamés »

Et dans une autre version :

« Une maison sans dattes est comme une maison dans laquelle il n’y a pas de vivres »

‘Awra rapporte que ‘Aïcha disait :
« Par Dieu mon neveu, nous pouvions constater la nouvelle lune, puis la nouvelle lune puis la nouvelle lune, trois nouvelles lunes qui faisaient en somme deux mois et le feu ne s’allumait pas dans la maison du Messager de Dieu. Je dis alors : Mais ma tante de quoi viviez vous alors ? Elle dit: Des deux noires, les dattes et l’eau, sauf que le Messager de Dieu
(saws) avait des voisins parmi les Ansars qui possédaient des bêtes et ils envoyaient de leur lait au Messager de Dieu et nous nous en abreuvions »

D’après le hadith, ci-dessus, on peut très bien se nourrir avec des dattes et du lait sans avoir de carence alimentaire.

Ce n’est pas étonnant lorsqu’on sait que les dattes, substitut du sucre, contenant de l’acide folique, riches en vitamines B et C, en fibres, très riches en minéraux tel que le fer et le potassium, combattent l’anémie et la fatigue et ont des vertus très bénéfiques sur le système digestif (efficace aussi contre la constipation), le système cardiovasculaire, le système nerveux et l'appareil génital. Elles constituent donc un aliment-repas de premier choix et un coupe-faim inégalé.

Datte

http://www.eco-citoyen.org/Forum/toutes-les-informations-sur-tout-les-produits-vt2226.html

D’après Sa`d ibn abi Waqass (que Dieu soit satisfait de lui),
l'Envoyé de Dieu (saws) a dit: « Celui qui déjeune le matin avec sept dattes de « al ‘Ajwa »,
rien ne pourra lui nuire ce jour-là, ni poison et ni sorcellerie
»
(Al Bukhârî 76-56) al’Ajwa étant une espèce de dattes qui pousse à Médine, laquelle fut plantée par la main du Prophète (saws) lui conférant une bénédiction jusqu’au Jour de la Résurrection, bénédiction qu’on étend à toutes les dattes de Médine : Quiconque mange, chaque matin, sept dattes de ses deux plaines ( couvertes de pierres noires), ne sera pas atteint d’aucun poison jusqu'au soir“. (Sahîh Muslim 3813)

C’est pourquoi, il est dans l’habitude des pèlerins, lors de leur retour, d’en ramener à leurs proches.

 

La truffe

« La truffe est [de la nature] de la manne et son suc est un remède pour les yeux ». (Al-Bukhârî 76-20)

On attribue à la truffe les vertus médicinales contre la faiblesse, les vomissements, les douleurs, la goutte , la cicatrisation des plaies, etc… Le grand Avicenne la prescrivait. Malheureusement, denrée si rare et si chère qu'on ne peut guère en consommer.


On ne peut parler d’hygiène alimentaire sans parler du jeûne ; le jeûne du mois de Ramadan qui est une prescription et un pilier de l’Islam ainsi que le jeûne volontaire recommandé le lundi et le jeudi et en certaines périodes, dont le bienfait spirituel et psychique n’est plus à démontrer a des répercutions très positives sur la santé physique. Il permet de nettoyer l'organisme de ses toxines, de régénérer l'activité cellulaire, de perdre du poids grâce à l'élimination des réserves graisseuses et de stimuler les défenses immunitaires. Cet assainissement du corps procure à la peau un plus bel aspect, diminue les troubles de la ménopause, prévient les maladies et le vieillissement prématuré.

 

L’exercice physique

Al-Qayyim a écrit dans son livre Zâd Al-Ma`âd au sujet du sport : « Le mouvement est à la base du sport. Il élimine naturellement du corps les résidus et les déchets alimentaires ; il exerce le corps à la légèreté et au dynamisme ; il le rend plus réceptif à l’alimentation ; il solidifie les articulations et fortifie les tendons et les ligaments ; il prévient de tous les maux physiologiques et de la plupart des maux psychologiques, du moins si on le pratique de manière modérée, précise et ciblée. […] Chaque membre a un exercice sportif spécifique qui permet de le fortifier au mieux. Quant à l’équitation, au tir à l’arc, à la lutte et à la course à pied, ce sont des sports qui fortifient tout le corps humain, et qui éliminent les maladies durables. »(http://www.islamophile.org/spip/article552.html)

« Ar-riyâdah » (le sport) qu’il serait plus juste de traduire par « entraînement » fait partie de la maîtrise et de l’entretien d'une âme saine dans un corps sain, fort, souple et vigoureux. Les deux entraînements de prédilection de l’Islam, sont l’équitation et le tir à l’arc dont la symbolique est celle du combat ; la finalité est d'arriver à atteindre le coeur de la cible, point unique et central, là où cessent les oppositions, là où il n'y a plus de maladie.

 Invocations :

- Lorsqu’on se plaint d’un mal, le Prophète (saws) a conseillé de dire sept fois :

« Mets ta main sur l’endroit du mal et dis : « Au nom de Dieu » Puis dit : je me réfugie auprès de la majesté de Dieu et Sa puissance contre le mal que je trouve en moi et contre ce que je fuis » (Bismillah - A’oudou bi’-izalillahi wa qodratihi min charri ma ajido wa ohâdiro )

- Lorsqu’on rencontre un éprouvé le prophète a dit :

« Quiconque, à la vue d’un éprouvé, (un handicapé, un malade, un pauvre…) dit « Louange à Dieu, qui m’a épargné de ce dont il a frappé autrui et m’a grandement avantagé par rapport à ceux qu’Il a créés » sera à l’abri de ce malheur » (rapporté par Attirmidi)
(El hamdoulillahi ladhi ‘âfani min mabtalâka bihi wa faddalanî ‘alâ kathîrin mimman khalaqa tafdîlan )

- Anas dit pour Thâbit qui était malade « O Dieu,, Seigneur des hommes, Toi qui chasse le démon, guéris car Tu es Celui qui guérit et nul autre que toi ne guérit et Ta guérison ne laisse pas la moindre maladie. » (Al-Bukhârî 76-38)


Référence sur la médecine prophétique_______________

Livre :
. La Médecine du Prophète Muhammad (SAW) - Jalâl Ad-Dîn As-Suyûtî. Voir :
http://www.jahida.com/la-medecine-du-prophete-muhammad-saw-jalal-ad-din-as-suyuti/product_info.php/products_id/561
http://www.iqrashop.com/product_info.php?products_id=2159

Internet : Apport de l’Islam à la médecine : (voir article http://aminour.unblog.fr/la-force-axiale-du-tawid/)

http://www.aceiweb.org/apport.htm

http://classes.bnf.fr/DOSSITSM/b-avicen.htm

ttp://www.adapt.snes.edu/produits/avicenne.htm

http://www.aly-abbara.com/histoire/Ricordel_Joelle/medecine_arabe.html

 

 

 

Category : ISLAM ET SANTE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |