Les efforts pour le plaisir d’Allah » Paix et Amour entre les peuples

 Les efforts pour le plaisir d’Allah

12/9/2009

Allah

Les efforts pour  le plaisir d’Allah

 

L'homme travaille dur pour s'assurer un confort terrestre qu'il estime être le but ultime dans la vie. Il se concentre sur la prospérité matérielle, la reconnaissance sociale ou tout autre bénéfice terrestre. Pour un "vil prix" (Sourate 9, at-Tawba: 9) qui lui échappera des mains rapidement, il sue sang et eau.

Les musulmans aspirent à une bien plus grande récompense, à savoir la satisfaction de Dieu et Son Jardin éternel, c'est pourquoi ils font des efforts dans cette voie. De cette caractéristique, Dieu dit:

Quiconque désire [la vie] immédiate, Nous nous hâtons de donner ce que Nous voulons, à qui Nous voulons. Puis, Nous lui assignons l'Enfer où il brûlera méprisé et repoussé. La vie immédiate: allusion à celui qui oeuvre uniquement pour les jouissances de la vie d'ici-bas. Et ceux qui recherchent l'Au-delà et fournissent les efforts qui y mènent, tout en étant croyants... alors l'effort de ceux-là sera reconnu. (Sourate 17, al-Isra': 18-19)

Un croyant fait de son mieux pour obtenir l'approbation de Dieu et l'Au-delà. Il "vend" ses biens et sa vie pour la cause de Dieu:

Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d'Allah: ils tuent, et ils se font tuer. C'est une promesse authentique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l'Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu'Allah à son engagement? Réjouissez-vous donc de l'échange que vous avez fait: Et c'est là le très grand succès. (De l'échange que vous avez fait: du bon marché que vous avez fait - votre personne et vos biens contre le Paradis). (Sourate 9, at-Tawba: 111)

Les épreuves rencontrées par le croyant dans son cheminement vers Dieu ne remettent pas en question son engagement, à condition qu'il ait vendu "ses biens et sa personne" à Dieu. Rien n'a d'intérêt pour lui si ce n'est l'approbation de Dieu. Le croyant sait qu'il n'est pas le "propriétaire " de son corps et de sa richesse, c'est pourquoi il ne poursuit jamais les désirs futiles de son ego (nafs). À Dieu appartiennent son corps et toutes ses possessions. C'est pourquoi ils sont utilisés en accord avec la volonté divine.

Cela mis à part, Dieu testera la détermination du croyant. Un croyant ne doit pas éviter la lutte sur la voie de Dieu. Et s'il était question de faire de petits efforts pour gagner des "gains faciles", les hypocrites accompliraient les actions qui, en apparence, sont en accord avec la Volonté de Dieu:

S'il s'était agi d'un profit facile ou d'un court voyage, ils t'auraient suivi; mais la distance leur parut longue. Et ils jureront par Allah: "Si nous avions pu, nous serions sortis en votre compagnie." Ils se perdent eux-mêmes. Et Allah sait bien qu'ils mentent.  (Sourate 9, at-Tawba: 42)

Ainsi le seul critère pour devenir un croyant est le désir sincère d'atteindre la satisfaction de Dieu. En cela, il ne doit négliger aucun des sacrifices exigés sur la voie de Dieu. Les croyants sont ceux qui ont une pensée pure et qui gardent à l'esprit
"le rappel de l'Au-delà" (Sourate 38, Sad: 46). Ils n'aspirent à rien d'autre que le plaisir de Dieu et espèrent Le satisfaire, bénéficier de Sa miséricorde et atteindre le Paradis, car "quiconque, homme ou femme, fait de bonnes oeuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis ; et on ne leur fera aucune injustice, fût-ce d'un creux de noyau de datte." (Sourate 4, an-Nisa': 124)

L'attitude du croyant est clairement décrite dans le Coran. Le Paradis est la demeure de ceux
qui "croient avec certitude" en Dieu et en l'Au-delà (sourate 31, Luqman: 4) et qui font de leur mieux dans la voie de Dieu. En revanche, ceux qui adorent Dieu marginalement et placent leurs intérêts futiles au même niveau que la satisfaction de Dieu sont décrits ainsi dans le Coran:

Il en est parmi les gens qui adorent Allah marginalement. S'il leur arrive un bien, ils s'en tranquillisent, et s'il leur arrive une épreuve, ils détournent leur visage, perdant ainsi (le bien) de l'ici-bas et de l'Au-delà. Telle est la perte évidente ! Ils invoquent en dehors d'Allah, ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter.Tel est l'égarement profond ! (Sourate 22, al-Hajj: 11 et 12)

Les croyants sont avides de l'Au-delà. Dieu leur y promet une vie agréable et éternelle. Mais notre Seigneur promet également une belle vie dans ce monde à Ses pieux serviteurs. Cela ne veut pas dire pour autant qu'ils ne connaîtront pas d'ennui ou d'épreuve mais cela n'aura pour but que de les tester et de les faire mûrir.

Le croyant connaît évidemment des situations difficiles au cours de sa vie. Mais puisqu'il y fait face avec soumission, Dieu le soulage de toute difficulté. Par exemple, lorsque les gens de son peuple tentèrent de jeter au feu Ibrahim à cause de sa foi, sa réaction fut celle du musulman. Il préféra être immolé dans le feu plutôt que de nier sa foi et les commandements de Dieu. Malgré la souffrance extrême que le feu aurait pu lui causer, Ibrahim fit face à cette épreuve en totale soumission, ce qui lui valut d'être sauvé par la Volonté de Dieu. Il ne souffrit d'aucun mal.

Il dit:
"Adorez-vous donc, en dehors d'Allah, ce qui ne saurait en rien vous être utile ni vous nuire non plus. Fi de vous et de ce que vous adorez en dehors d'Allah! Ne raisonnez-vous pas?" Ils dirent: "Brûlez-le. Secourez vos divinités si vous voulez faire quelque chose (pour elles)." Nous dîmes: "Ô feu, sois pour Ibrahim une fraîcheur salutaire." Ils voulaient ruser contre lui, mais ce sont eux que Nous rendîmes les plus grands perdants. (Sourate 21, al-Anbiya': 66-70)

Le Coran souligne qu'aucun mal ne touchera ceux qui ne craignent pas de perdre quoique ce soit dans leurs efforts sur le chemin de Dieu. Ils recevront des récompenses matérielles et spirituelles comme l'indique un passage du Coran qui exalte la foi des croyants même s'ils étaient au bord de la défaite sur le champ de bataille:

Certes ceux auxquels on disait: "Les gens se sont rassemblés contre vous ; craignez-les" - cela accrut leur foi - et ils dirent: "Allah nous suffit ; Il est notre meilleur garant." Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d'Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d'une grâce immense. C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants. N'aie (ô Muhammad) aucun chagrin pour ceux qui se jettent rapidement dans la mécréance. En vérité, ils ne nuiront en rien à Allah. Allah tient à ne leur assigner aucune part de biens dans l'Au-delà. Et pour eux il y aura un énorme châtiment. Ceux qui auront troqué la croyance contre la mécréance ne nuiront en rien à Allah. Et pour eux un châtiment douloureux. (Sourate 3, Al'Imran: 173-177)

Le croyant n'est donc affecté ni par l'angoisse, ni par la difficulté, ni par la tristesse car il cherche avant tout le consentement de Dieu et observe Ses commandements. Si le croyant surmonte, avec détermination, patience et soumission les épreuves pénibles destinées à le tester, il pourra alors découvrir la miséricorde de Dieu. Par ailleurs, Dieu nous informe dans le Coran qu'Il n'accable aucune âme d'un fardeau qu'elle ne pourrait supporter:

Allah n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité… (Sourate 2, al-Baqara: 286)

Dieu ne punit, dans ce monde ni dans l'Au-delà, le serviteur qui Le sert scrupuleusement mais au contraire, Il le récompense abondamment dans les deux mondes:

Et on dira à ceux qui étaient pieux: "Qu'a fait descendre votre Seigneur?" Ils diront: "Un bien." Ceux qui font les bonnes œuvres auront un bien ici-bas ; mais la demeure de l'Au-delà est certes meilleure. Combien agréable sera la demeure des pieux ! Les jardins du séjour (éternel), où ils entreront et sous lesquels coulent les ruisseaux. Ils auront là ce qu'ils voudront ; c'est ainsi qu'Allah récompense les pieux. (Sourate 16, an-Nahl: 30-31)

Tel un rappel de Dieu, les tourments, les difficultés et les ennuis sont infligés à ceux qui ne cherchent pas la satisfaction de Dieu, qui ne font pas preuve d'une absolue soumission mais qui suivent plutôt leurs passions. Lorsque le croyant commet une erreur, il estime que les difficultés subies sont la conséquence d'une clémente mise en garde divine. Il en tire alors une leçon, se repent et améliore sa conduite. En revanche, le non-croyant ne tire aucune leçon des épreuves subies et mérite de ce fait le tourment éternel dans l'Au-delà.

Tags : ISLAM
Category : AMOUR D'ALLAH | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |