Muslim Hoax » Paix et Amour entre les peuples

 Muslim Hoax

12/9/2009


BismiLlâh, Er-Rahmân, Er-Rahim.

En vérité, on ne peut pas parler de hoax muslim sans faire allusion un jour, à la lettre du cheikh ahmed. C'est pourquoi, je vous propose d'en discuter un peu inchaAllâh, autour d'un MAIL que de nombreuses personnes ont probablement reçu dans leurs boites mail.

I) La lettre

Consacre 5 minutes de ton temps a lire ce message jusqu'à la fin! 

Cheikh Ahmed s'est endormi alors qu'il lisait le Qur'aan Puis il a rêvé du Prophète Muhammed (SAW), qui était debout, devant lui, disant que dans une semaine sept mille personnes mourront, mais pas un seul était un vrai musulman. Aucun n'a ce que Allah voulait.
Il a également déclaré qu'aujourd'hui est un mauvais moment. Ces jours-ci les épouses ne s'occupent pas, de leurs maris, les filles sortent sans être couvertes, elles ne respectent pas leur parents et les autres, les riches ne s'occupent pas des pauvres, ils n'offrent pas de cadeaux ou d'argent ou ne respectent pas la zakaat.
Il dit aussi au Sheikh Ahmed de faire comprendre aux gens de donner la zakaat, de faire la prière et de la continuer,  de ne pas l'abandonner.
De se presser. Le jour du jugement est proche.

Le Prophète (SWS) a dit que celui qui a lu cette information à quelqu'un d'autre:

"JE VAIS LE JOUR DU JUGEMENT LUI FAIRE UNE PLACE AU PARADIS ET  SI QUELQU'UN NE CROIT PAS EN LA VERITE DE CE MESSAGE IL SERA BANNI DU PARADIS "
Si une personne pauvre  donne  cette nouvelle à  d'autres personnes ses meilleurs voeux s'accompliront. Sheikh Ahmed a dit que si ce message n'était pas vrai, alors il mourra comme un non musulman.
Celui qui transmet ce message recevra sa récompense dans les trois jours. Une personne à transmis ce message à 40 personnes, il a gagné de l'argent, a vu du profit dans son business.

Une personne n'a pas cru en la vérité de ce message et son fils mourut. Une personne  n'arrêtait pas de dire qu'il transmettrait ce message aujourd'hui, demain, mais ne la jamais envoyé, il mourut avant.
S'IL VOUS PLAÎT ne penser pas que ce n'est pas vrai.

S'IL VOUS PLAÎT transmettez ce message à autant de personnes que possible!

II) Analyse

A- Authenticité ?

Il existe 30 000 versions de cette histoire. Donc de là, retrouver celle qui est authentique relève de l'exploit.Ensuite, l'auteur cite cheikh ahmed, je pense qu'il a du en avoir au moins 100 000 des cheiks ahmed. L'auteur est bien habile de choisir ce prénom là, pour mieux embrouiller tout le monde. Comme il y' en a beaucoup des cheiks ahmed, il peut dire que c'est possible que l'un d'entre eux ait effectivement écrit ce message. Encore un moyen d'embrouiller tout le monde. On note aussi l'absence totale de date, encore un moyen de brouiller les pistes. Quoi qu'il en soit, je vous demande sincèrement de tout lire jusqu'au bout, car vous verrez incha Allâh, que quel que soit la version que vous avez lu, ce message mérite d'aller droit à la poubelle.

B- Le châtiment de l'au delà

L'auteur finit son post par une menace à l'encontre de quiconque se refuserait à transmettre le message, menace des plus lourdes puisqu'il s'agit du bannissement du Paradis. Tandis que celui qui l'enverra, sera assuré du Paradis. En toute logique, il me suffirait simplement que je clique  pour gagner le Paradis. C'est quoi ça !!!! Des gens prétendent vendre le paradis au prix d'un clic, alors que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) déclare dans un hadith authentique se repentir chaque jour, de son vivant, plus de soixante-dix fois ? Et nous, en un simple clic, c'est le Paradis ? Alors que 'Umar Ibn El-Khettab (qu’Allah soit satisfait de lui) , Beau-père du Prophète, fidèle parmi les fidèles sahabas, deuxième calife des musulmans, déclare dans un hadith.
"Si Mon Seigneur disait, au Jour de la Résurrection, toutes les créatures entreront au Paradis, sauf une, je craindrai que ce soit moi."

Lui qui connaissait bien Allâh ('azawajal) et Son Envoyé (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) , sa vie et son oeuvre qui fait certainement partie de celles dont l'Islam a retenu le nom, serait inférieur à un clic ? Puisque le premier ne donne pas l'assurance du paradis alors que le sois disant deuxième si ! Que dire d'un individu dont on ne connaît ni le nom exact, ni la date, ni rien du tout, et qui viendrait prétendre que le prix du Paradis se réduisait à une photocopie à 20 centimes d'euros ? L'auteur, d'ailleurs, ne se fatigue même pas à préciser si l'expéditeur doit être musulman, un des gens du Livre ou même un mécréant.

C- Un châtiment terrible ici-bas.
          

Autant d'incohérence qui mettent à mal l’authenticité, la véridicité plutôt de cette soi-disant lettre. Et ce n'est pas terminé. L'auteur accentue sa menace par un autre châtiment. Non pas celui de l'au-delà, mais celui d'ici bas. Ainsi, celui qui n'envoie pas le message risque de perdre son fils.... C'est vraiment un argument des plus stupides, et des gens tombent dans le panneau. En vérité, ce problème là est bien plus ancien, et ressemble à s'y méprendre aux croyances égyptiennes de la "malédiction" . Si tu fais ceci, tu auras cela. Serons-nous en train d'assister à l'émergence d'un paganisme de l'époque ?
Mieux encore, celui qui aura renvoyé, verra son commerce prospérer.... Dans quel monde on vit là ? Pour un  clic, on me garantis le Paradis, mais en plus le succès ? Dans ce cas, j'aimerais bien savoir ce que deviennent les milliers de personnes qui ont renvoyé la chose. T'es devenu riche toi qui l’aies envoyé ? De plus, la preuve que ceci est faux, j'ai jeté la lettre des dizaines de fois, lhamdouliLlâh, je ne suis pas mort....

D- Se prendre pour Allâh ('azawajal)

Pour en finir avec cela, le point le plus important, et qui prouve de façon définitive que ce message est le fruit d'un fanatique, c'est le fait d'attribuer un délai de trois jours au bout duquel un bonheur viendra frapper à la porte. On note que l'auteur ne cite pas le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui).

Il est important de savoir que personne en dehors d'Allâh ('azawajal) ne connaît l'avenir, personne. Ce pouvoir est détenu par Allâh (soubhanawa Ta'ala Seul). Ce que l'on appelle lghayb (le mystère, l'inconnaissable, l'insaisissable, l'insondable) n'appartient qu'à Allâh ('azawajal)
En témoigne Sa parole :

« Car Il détient les clefs du mystère qu'Il est Seul à connaître, Il sait ce que recèlent le sein de la terre et le fond de la mer. Nulle feuille ne tombe sans qu'Il le sache, et il n'est point de grain dans les entrailles de la terre ni de brindille tendre ou sèche qui ne soient mentionnés dans un Livre explicite ! » 6/59

Il faut faire gaffe à ne pas associer Allâh dans ce qu'on appelle lghayb (l'inconnaissable) . Malheureusement, notre monde abonde de gens qui prétendent connaître l'avenir comme les astrologues (qui essaient de prédire l'avenir par les étoiles), les devins, Mme Soleil, les voyants, les horoscopes ou comme l'auteur de ce discours. Les écouter constitue un péché capital en Islam, il s'agit d'une incroyance.

Dans cette optique, le seul moyen qu'une telle information soit parvenue, c'est qu'il s'agisse d'une Révélation émanant d'Allâh ('azawajal). On apprend effectivement dans le Qur'ân qu'Il arrivait qu'Allâh ('azawajal) décide d'informer Ses Prophètes d'évènements à venir, tout comme le mentionne le verset suivant de la sourate Al-Jinns :

 

[C'est Lui] qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son mystère à personne, sauf à celui qu'Il agrée comme Messager et qu'Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants . Sourate 72 / 26 et 27

Est-il donc possible qu'Il y ait eu de Révélation à notre époque, après la mort du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)  ?
Avant de mourir, le Prophète a été clair là dessus :

"Ô Peuple, aucun prophète ou apôtre ne viendra après moi et aucune nouvelle foi ne naîtra. Raisonnez bien, donc, Ô Peuple, et comprenez bien les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses, Le Coran et mon exemple, La Sounnah, et si vous les suivez vous ne vous égarerez jamais."

Le Prophète a été clair là dessus, la religion de l'Islam est COMPLETE, il n' y a absolument rien à compléter, ni à ajouter après, que ce soit 1400 ou 14 000 ans après. Celui qui croit en cette lettre, croit que le Prophète avait omis de nous dire cela de son vivant ou l'as occulté, c'est de l'incroyance pure.

'Aïsha (Qu’Allah soit satisfait d’elle) rapporte dans un hadith sahih que celui qui prétend que le Prophète a caché quelque chose de la révélation est un menteur.
La religion de l'Islam et une religion complète, et la preuve absolue que rien ne pourra la compléter après, est la parole d'Allâh ('azawajal). En effet, après avoir mené à terme la mission qu'Allâh ('azawajal) lui avait ordonné d'accomplir, après avoir donné des conseils à sa communautés et montré ce qui est bien pour elle, et après l'avoir mise en garde contre ce qui est mauvais pour elle dans la vie d'ici bas et dans l'au-delà,  qu'un vendredi, alors que le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) se trouvait à 'Arafât, Allâh révéla cette parole sublime du Qur'ân :


"Aujourd'hui, j'ai rendu votre religion parfaite; j'ai parachevé Ma grâce sur vous; J'agrée l'Islam comme étant votre religion" Sourate 5 Verset 3, sens approchée.

Après cette révélation, les larmes de 'Umar Ibn El-Khettab (qu’Allah soit satisfait de lui)  , se mirent à couler. Il dira à ceux qui l'interrogeront aux sujet de ces larmes ce jour là :

"Il n'y a, après la perfection, que la diminution."

C'est comme s'il avait senti que le Prophète allait mourir. D'autant plus que le Prophète lui même, alors qu'il s'était mis debout devant la Djamra d'El-'Aqaba, dit :

"Prenez de moi vos rites, car il se peut que je ne fasse plus de pèlerinage après cette année." Rapporté par El-Bukhari d'après Ibn 'Umar .

Quelque temps après que le prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) fut transporté de ce bas monde éphémère vers la félicité éternelle, vers une place sublime et éminente et à un degré supérieur à tout autre degré, comme l'a dit le Très-Haut:

Certes, la vie future te réserve plus de joies que la vie présente, Et ton Seigneur te comblera bientôt de bienfaits dont tu seras satisfait. Sourate 93 / 4 et 5

Le Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) a établit l'Islam autour de droits et devoirs, autour de piliers, et parmi ses injonctions, ne figurent pas la transmission de cette soi-disant lettre. Celui qui les honore s'assure, inchaAllâh, la voie du succès. Or, cette lettre vient dénier la récompense à celui qui aurait refusé de la transmettre.
Comble du comble, c'est qui dit bannissement du paradis, implique condamnation à l'enfer, puisque c'est soit l'un, soit l'autre. Ainsi, le musulman qui aura respecté les prescriptions d'Allâh 'azawajal à la lettre, qui s'évertue à vivre selon la Sunna du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), verrai ses efforts anéantis du fait qu'il aurait refusé de transmettre l'information ? Respecter les 5 piliers de l'Islam et les 6 piliers de la foi deviendrai donc caduque ? Celui qui se sera permis d'envoyer le lien sera privilégié, qu'il soit hypocrite ou non,  devant celui qui toute sa vie durant, aura appris, appliqué et transmit l'Islam ?

Il faut raisonner dans la vie, et ne pas se laisser prendre par de tels pièges. Le musulman est Sagace, ne l'oublions pas.

E- Les paroles du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui).

BarakAllâhou fikoum lisez ceci, vous comprendrez pourquoi ce message doit aller droit à la poubelle.
Les paroles du Prophètes (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)
sont sacrés, et sont répertoriés en Hadiths que d'éminents compilateurs comme Bukhari et Muslim , entre autres, ont dédiée leurs vies à juger de les classifiés selon leur degré d'authenticité .
Le Hadîth est le récit de ce que Muhammad (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)
a fait, dit, ou toléré chez ses adhérents. Il s’agit d'une collection de narrations fragmentaires provenant de milliers de sources. Dans chaque récit un Compagnon du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)  rapporte un fait dont il a été témoin. Il va de soi que la transmission de ce genre de connaissances s'est faite à la fois de vive voix et par écrit. Comme nous allons le voir, les collections écrites des paroles du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) ont commencé dès le vivant de Muhammad (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), car plusieurs visiteurs du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) notaient leurs conversation avec Lui, et aussi, leurs propres observations. Dans les générations postérieures, les chercheurs commencèrent à en faire des collections plus complètes, réunissant les souvenirs de plusieurs Compagnons du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) en un seul ouvrage. Plus tard encore, des ouvrages plus complets ont été rédigés , et nous possédons maintenant un certains nombre de travaux de ce genre, dont six sont considérés comme canoniques, plus authentiques que les autres. Il est à signaler que les collections du Hadîth, deuxième source de la loi et de la foi islamique, prennent une place inférieur au Qur'ân. La raison en est que le Qur'ân a été transcrit sous la surveillance du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) Lui-même, tandis que le Hadith a été rapporté par des personnes privées, et que les collections de cette littérature n'ont pas été contrôlé par une autorité compétente. Le Hadith représente un effort privé, et chaque collection, et même chaque récit dans les collections individuelles, ne mérite confiance que dans la proportion des qualités et des capacités des narrateurs et des compilateurs individuels; on doit aussi tenir compte des circonstances et du contexte: l'âge de l'auteur lors de l'événement rapporté, ses capacités intellectuelles, sa mémoire, son caractère, s'il est digne ou non digne de foi, les soins apportés par ses successeurs à la conservation de ses narrations,etc.
Les savants de la première heure, les Compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) comptent par centaine de milliers, et d'après un expert classique, plus de cent mille d'entre eux nous ont laissé au moins un récit sur leur maître, Muhammad(Paix et bénédictions d’Allah sur lui). On en connaît une cinquantaine qui survécurent quelque 50 ans ou davantage au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), par exemple Abu'Tufail, mort en 110 H (cent ans après la mort du Prophète) , Hirmâs ibn Ziyâd, en 102...etc

Ils se dispersèrent partout dans le califat, en Egypte, en Syrie, en Mésopotamie, et ailleurs. Certes, tous les Compagnons ne savaient pas lire et écrire; ils ne pouvaient pas non plus rédiger tout ce qu'ils avaient vu ou entendu du Prophète(Paix et bénédictions d’Allah sur lui); les choses leurs revenaient en mémoire lorsqu'ils en avaient besoin : ils ont souvent raconté de mémoire à leurs élèves, ou autres chercheurs ce qu'ils savaient des paroles des paroles ou des actes du Prophète  (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) sur un point quelconque. Il y a quelques collections faites par les Compagnons eux-mêmes, les autres sont par leurs élèves,etc..

Il y eut quelquefois de pieux mensonges: un prédicateur exhorte son auditoire à faire le bien, et pour donner plus de force à ses paroles, il attribue une maxime ou un commandement dans le sens voulu au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) Lui même. Il y eut aussi des mensonges impies, lors des querelles dogmatiques ou autres, où les adversaires sans scrupules inventèrent de toutes pièce des paroles qu'ils attribuent au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui). On sentit de très bonne heure le besoin de contrôler la véracité des récits individuelles par les témoignages extérieurs, (riwâyah, dirâyah), et de ce besoin naquit une nouvelle science. Cette science de la critique comporte d'abord les biographies de tous les narrateurs de Hadîth, depuis les Compagnons du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) jusqu'à l'époque où l'on possédait des collections canoniques ou demi-canoniques, biographies donnant leur date de naissance et de mort, les noms de leurs maîtres et de leurs élèves, les détails sur leurs capacités intellectuelles et morales,etc. .. Ce travail était d'autant plus nécessaire que chaque récit se fait chez les auteurs du Hadîth, par la chaîne des sources : "J'ai entendu dire A, me disant qu'il a entendu B, précisant qu'il avait entendu C, qui à son tour avait dit qu'il avait entendu tel et tel....remontant au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui) pour dire que..." Dans un ouvrage, comme celui d'Ibn Hanbal, par exemple, l'auteur donne trente mille chaînes des sources des récits, parfois identiques et parfois différentes. Or d'après les biographies des narrateurs du Hadîth, on peut déterminer si A avait eu l'occasion de faire ses études chez B, et B chez C, et si C ou D vivait du vivant du Prophète(Paix et bénédictions d’Allah sur lui); puis si les personalités A,Bet C sont dignes de foi, tant par leur moralité que par leur intelligence, etc... La science de la limite du Hadîth ne se limite pas à l'extérieur, mais elle s'occupe aussi de l'intérieur de chaque récit: on a élaboré des règles et des critères pour résoudre les difficultés, par exemple en cas de conflit entre deux récits, en cas l'impossibilité physique d'un récit etc...
De plus le même évènement est souvent rapporté par plusieurs témoins, indépendamment l'un de l'autre; dans ce cas, il y a possibilité de contrôler et parfois même de compléter les détails de l'évènement. Il est évident que chaque époque, chaque peuple, et chaque classe a ses caractéristiques. Les méthodes qui conviennent pour capturer des gangsters de Chicago ou de Londres par exemple, ne donneront aucun résultat chez les bédouins du Yemen. La critique littéraire judéo-chrétienne ne doit pas nécessairement s'appliquer toujours aux ouvrages musulmans du Hadîth.
Des compilations faites d'après les sujets, d'après les narrateurs, d'après leurs crédit, d'après un index alphabétique des mots, etc.. ont vu le jour depuis des temps très reculés, tant était grand le besoin des musulmans de connaître ce que contenait le Hadîth. Le sujet est en conséquence devenu si vaste qu'on peut maintenant se spécialiser dans une branche quelconque de la science sur le Hadîth. C'est surtout de ce Hadîth, récits fragmentaire sur la vie du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), qu'on a plus tard reconstituer la sîrah (véritable biographie du Prophète), qui ressemble aux Evangiles sur la vie de Jésus-Christ (aleyhi salam) . Les Compagnons n'ont rédigés que des collections de récits fragmentaires; les biographies (sîrah) durent attendre la deuxième génération des Musulmans.

J'ai repris cette étude d'un ouvrage excellent de Muhammed HamiduLlâh ("Le Prophète de l'Islam", (deuxième partie :Sa vie, et son œuvre) )
Alors, au vue de ce travail, on s'aperçoit qu'on a carrément bafoué les règles de la transmission des paroles du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), ça donne envie de pleurer. Regardez avant, pour une parole du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), on prodiguait des efforts colossaux pour évaluer le degré d’authenticité, que cela soit sur le fond ou la forme, c'est à dire sur l'intérieur du hadith (sens..) ou l'extérieur (chaine de transmission. ..) . Là, une personne nous ramène une parole du prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), on ne sait même pas qui c’est, et qui est toute à fait mauvaise, aussi bien sur le fond que sur la forme, mais on la transmet.... On accepte de diffuser des paroles du Prophète dont on ne connaît ni le transmetteur, ni les chaînes de transmission, et qui de surcroît, rejette en bloc la croyance musulmane. On vent des paroles de notre Prophète à vils prix, c'est cela qu'il mérite ? On a jamais fait aucun travail de recherche, comme l'ont fait les grands savants, pour s'assurer si ces paroles sont vrai ou pas, et on continue à renvoyer à coup de en veux-tu ? En voilà....
Que penser d'une soit disant parole du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui), dont on ne connaît ni l'auteur (est-ce qu'il a toute sa raison, est qu'il est fiable, est-ce qu'il est musulman, est-ce que et est-ce que...), ni la date, et que tout les contextes (le fait qu'il n' y ait plus de révélation, que le message contiennent du chirk., contredisent les paroles d'Allâh et de Son Envoyé ) mettent à mal. Pour moins que cela, on refoulait des hadiths au rang de "da'if" (faible) ou même "mawdu'" (forgé). Rien qu'une défaillance dans la chaîne de transmission, ou bien la présence dans cette chaîne d'un transmetteur dont on avait un doute suffisait pour faire souffrir de tout les doutes le hadith.

 

OR, CE MESSAGE DU PROPHETE EST TRANSMIT DEPUIS PLUS DE VINGT ANS ET S'EST TRANSMIT PAR DES MILLIONS DE PERSONNES. ET A FAIT LE TOUR DU MONDE . La chaîne de transmission est infinie, puisqu'elle tourne en boucle autour de la Terre. C'est pour ça que je disais plus haut que l'authenticité de ce texte n'existe pas. Il faut se réveiller, la vérité saute aux yeux, ce n'est là qu'un hoax des plus lamentable.

L'homme, à l'origine de cette lettre, utilise également une dernière combine pour accroître la crédibilité de son information, c'est mêler dans un mensonge, une parole de vérité. En effet, le meilleur moyen de mentir, c'est d'inclure dans son discours, une phrase vrai, comme ça l'interlocuteur en face, donne du crédit au propos avancé, et lorsqu'il arrivera à des propos équivoques, ce même interlocuteur se dira "puisqu'il a dit la vérité au début, forcément, ce qu'il dira après, est vrai". C'est ainsi que l'auteur parle de la déviance de certaines femmes concernant le voile, de certains hommes concernant la zakat, etc... En disant ceci, et en commençant par cela, l'auteur s'attire de la crédibilité,  se rend réceptif vis à vis de son lecteur, et en commençant par cela, il prépare un terrain propice  à accueillir un mensonge aussi gros qu'une baleine. Un mensonge qui cause du mal à notre communauté, un mensonge qui touche à notre précieuse religion. Celle là même, que des hommes et des femmes de la première heure défendront au prix de leur vie, des gens mal intentionnés se permettent d'y attenter, entraînant avec eux, les musulmans.
Le mensonge propagé par ce mail est immense, car ce message prête au Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)
des paroles qu'il n'a jamais prononcé.

D'autant plus, que pour conclure, je vous invite à lire ce hadith, qui je pense, empêchera beaucoup de personnes de dormir tranquille :

En effet, on apprend, et cette fois-ci il s'agit d'un hadith et pas d'une parole qu'on m'aurait transmit dans un rêve, hadith rapporté par Muslim et d'autres, et , concernant une parole du Prophète (Paix et bénédictions d’Allah sur lui)  :

"Un mensonge à mon encontre n'est pas comme un mensonge à l'encontre de quelqu'un d'autre. Celui qui ment sur moi volontairement, qu'il prépare sa place en enfer."

Vous conviendrez incha Allâh, d'éviter de propager ce message et beaucoup d’autres de ce type qui circulent sur le net.
          

 Wa Allâh a'lem

 

Category : ISLAM DANS LE MONDE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |