La patience » Paix et Amour entre les peuples

 La patience

17/9/2009

La patience

La patience est la maîtrise de soi au moment de la colère, l'endurance face au préjudice sans que cela ne découle de la faiblesse ni de l'incapacité, mais plutôt dans le but de rechercher la satisfaction d'Allah –l'Exalté-. Les capacités des gens à se maîtriser et à endurer les préjudices sont inégales ; il y en a qui sont très émotifs et réagissent au préjudice sans se soucier des conséquences, tandis que d'autres se maîtrisent, mettent un frein aux caprices de leur colère, font preuve de patience et d'endurance et cherchent des excuses et des justifications pour ceux qui leur ont fait du mal.
Ces derniers sont les hommes patients ; le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- conseillait à ses Compagnons –qu'Allah soit satisfait d'eux- de faire preuve de patience dans leurs comportements envers autrui et les exhortait à cela avec la même vigueur qu'il les exhortait à l'acquisition de la science.
Malgré la moralité sublime et les qualités nobles qu'Allah lui a accordées, il implorait Allah de faire de la patience une parure pour lui en disant : «O Allah, enrichis-moi avec la science, agrémente-moi avec la patience, honore-moi avec la piété et embellis-moi avec une bonne santé». De même, Allah –l'Exalté- élève le rang de l'homme patient, le secourt et se tient à ses côtés face à ceux qui lui vouent
une inimitié. On rapporte qu'un homme vint auprès du Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- et dit : Ô Messager d'Allah, j'ai des proches parents envers qui je suis bienfaisant et ils sont ingrats envers moi, je leur fais du bien et ils me font du mal ; ils sont insolents envers moi et je patiente ; aussi, le Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- dit : «Si tu es comme tu as dit, c'est comme si tu leur faisais manger de la cendre chaude, et tant que tu es dans cette situation, tu as un soutien d'Allah contre leurs préjudices». La patience est considérée comme un moyen pour parvenir à occuper des places  importantes dans la société. Les Arabes disaient dans un dicton : «Celui qui patiente gouverne». Parmi ceux qui dirigèrent leur peuple à cause de leur patience, il y a Araba ibn Aous et Al Ahnaf Ibn Qaïs. On rapporte que Mouawiya Ibn Abi Soufiane dit à Araba ibn Aous : Comment es-tu parvenu à diriger ton peuple ô Araba ? Araba répondit : Ô Prince des Croyants, je patientais auprès de l'insensé parmi eux, je donnais au pauvre parmi eux et cherchais à satisfaire leur besoin. Celui d'entre eux qui fait
ce que je fais est comme moi, celui qui fait plus que moi est meilleur
que moi et je suis meilleur que celui qui fait moins que moi».
La patience est une vertu qui se trouve entre deux vices diamétralement opposés : à la droite de la patience il y a la lenteur, la paresse, la fainéantise, la négligence, et la nature change au moment où on hérite de la colère. Et à la gauche de la patience il y a la précipitation dans les choses et l'anticipation des choses avant le moment propice. Ce qui a fait de la patience une vertu morale, c'est sa modération et sa compatibilité avec les exigences de la raison saine ainsi que les conséquences utiles et profitables qui en découlent.

Le Messager d’Allah  –paix et bénédictions d'Allah sur lui- a donné un modèle éloquent aux musulmans concernant la patience. En effet, Al
Boukhari rapporte d'après Abou Houreira –qu'Allah soit satisfait de lui- : «Un bédouin urina dans la mosquée. Comme  les gens se précipitaient sur lui pour le maltraiter. Le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- leur dit : «Laissez-le et répandez sur son urine un seau d'eau, car on vous a envoyés pour faciliter les choses et non pour les rendre difficiles». Ici, le Messager a enseigné à ses Compagnons comment être patient et bienveillant envers les ignorants.
Un autre témoignage de la patience du Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- est le fait qu'il n'implora pas Allah contre ceux qui parmi son peuple lui causaient du tort ; il était en effet en mesure d'invoquer Allah contre eux afin qu'Il les anéantisse. Par sa patience envers eux, il visait un objectif : il avait pitié d'eux car il espérait qu'ils embrassent l'Islam dans l'avenir et soient sauvés du châtiment de l'Enfer. Il a été patient envers eux dans l'espoir qu'ils se réforment. Al Boukhari et Mouslim rapportent que Abdullah Ibn Massoud a dit : C'est comme si j'étais en train de voir le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- parler d'un Prophète battu par son peuple de qui il a reçu des blessures, en train d'essuyer le sang de sa face en disant : «Ô Allah, pardonne à
mon peuple, car ils ne savent pas».

La colère est la clé du mal. La personne qui se met facilement en
colère commet très souvent des comportements erronés. Pour cela, on rapporte que Abou Ad-Darda demanda : O Messager d'Allah,
indique-moi une œuvre qui me fera entrer au Paradis. Le Messager
d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- dit : «Ne te mets pas en colère et tu auras le Paradis». Aussi, le Prophète –paix et bénédictions d'Allah sur lui- a fait l'éloge de Achbah Abdul Qaïs en ces termes : «Certes, tu as deux qualités aimées par Allah et Son Messager : la patience et l'indulgence» .

Dans le même ordre d'idées, on rapporte que Omar Ibn Abdul
Aziz entra dans la mosquée au cours d'une nuit et elle était sombre sans lumière ; il y trouva un homme endormi ; l'homme leva sa tête vers lui et dit : Es-tu fou ? Alors, Oumar ibn Abdul Aziz dit : Non. Le policier qui l'accompagnait fut sur le point de frapper l'homme, Omar lui dit : «Ne fais pas cela ; il n'a fait que me demander si j'étais fou et j'ai dit non».

De la même manière que l'Islam a exhorté à la patience, il a mis en garde contre les comportements contraires à cela et s'est évertué à éduquer les musulmans de façon pratique en les aidant à être patients.
La patience est une vertu vitale pour les musulmans, elle préserve
ses rapports avec sa famille, ses voisins, ses camarades, ses
partenaires et tous ceux qui traitent avec lui. A chaque fois que ses
pouvoirs, ses capacités et son influence s'accroissent, sa patience lui est plus utile, ainsi qu'à ceux qu'il dirige.

Tags : Islam
Category : VALEURS DE L'ISLAM | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |