Un safari à travers les miracles de Dieu » Paix et Amour entre les peuples

 Un safari à travers les miracles de Dieu

28/12/2009

 

Un safari à travers les miracles de Dieu

Souvent, le mot « vacances » rime avec « se reposer, se détendre, voyager, découvrir de nouveaux horizons, etc. » Le musulman fait de ses vacances un gain de temps pour parfaire son adoration. Il n’est pas question de faire n’importe quoi, avec n’importe qui et n’importe comment. Voyager en donnant un sens à son voyage ... Voyager pour Dieu ...

 Il ne faut pas aller loin pour voyager...
Il ne faut pas aller loin pour constater les miracles de Dieu...
Il faut juste ouvrir un peu les yeux sur toutes les belles choses qui nous entourent.

Admirer la Création de Dieu (dans son coeur), n’est-ce pas reconnaître la Puissance Absolue de Celui qui a fait de ce monde une « merveille » ?

Je lève les yeux au ciel et j’admire les oiseaux migrateurs survolant la ville.
Une question : « Viennent-ils de loin ? » Sûrement, Allah (‘aza oua jal) seul sait !
J’imagine un peu leur provenance et leur destination.oiseaux migrateurs
J’imagine un peu ma provenance et ma destination.

Comment les migrateurs, les oiseaux en particulier, parviennent-ils à s’orienter sur des milliers de kilomètres, avec une telle précision ?

C’est une question très intrigante, qui a éveillé la curiosité de nombreux chercheurs. Mais en dépit de toutes les études qui ont été entreprises, le mystère n’a pas été levé totalement. Il y a plusieurs hypothèses à ce sujet. Certains prêtent un simple rôle de compas. Simple, si l’on peut dire : Chacun sait qu’il n’est pas évident de se repérer au soleil dans un endroit donné, parce que sa position varie en fonction du moment de la journée, et de la période de l’année. Mais qui plus est, en parcourant des milliers de kilomètres et en changeant d’hémisphère, l’oiseau migrateur doit effectuer des corrections très complexes pour bénéficier d’une indication fiable.
Et concernant les autres hypothèses ? On a supposé l’existence d’un système complexe de repérage, lié à l’inclinaison de l’arc solaire. Il s’agit de la trajectoire du soleil dans le ciel au cours de la journée. Ce mécanisme permettrait à l’animal d’évaluer sa position en longitude et en latitude. Là encore, ce repérage demanderait des "calculs" très complexes. Et puis il y a un autre problème : Comme on l’a dit, la direction du soleil varie dans le temps et en fonction du lieu d’observation. Il faut donc posséder une notion précise du temps pour s’orienter par rapport au soleil. Effectivement, on est maintenant certain que l’organisme possède une véritable horloge physiologique. Elle est composée de multiples éléments dont la période est précisément de 24 heures. Sans rentrer dans le détail, ces éléments qui la composent sont observés à tous les niveaux de l’organisme : de l’échelle microscopique (au sein des réactions cellulaires) à l’échelle de l’organisme entier.
Mais dans ces hypothèses qui font intervenir le soleil, qu’en est-il des migrateurs qui se déplacent la nuit ? C’est une question importante, d’autant que la majorité des migrateurs sont nocturnes. Eh bien, aussi étonnant que ça paraisse, des expériences faites en planétarium semblent prouver que les migrateurs nocturnes savent s’orienter par rapport à la position des étoiles. C’est extraordinaire, soubhanah Allah wa ta’ala !
J’ai aussi entendu parler de l’influence du champ magnétique... Oui, et là encore on a prouvé que certains oiseaux s’orientent grâce au champ magnétique terrestre. Les oiseaux n’ont pas de boussole dans la tête !

Alors « Qui » les commande, « Qui » tire les grandes ficelles du monde ?

« N’ont-ils pas vu les oiseaux assujettis [au vol] dans l’atmosphère du ciel sans que rien ne les retienne en dehors d’Allah ? Il y a vraiment là des preuves pour des gens qui croient. »
Sourate 16, An-Nahl (Les abeilles), verset 79

« N’as-tu pas vu qu’Allah est glorifié par tous ceux qui sont dans les cieux et la terre ; ainsi que par les oiseaux déployant leurs ailes ? Chacun, certes, a appris sa façon de L’adorer et de Le glorifier. Allah sait parfaitement ce qu’ils font. »
Sourate 24, An-Nour (La lumière), verset 41

Je contemple le monde, le nez dans l’herbe, je regarde maintenant la fourmi qui découvre une pauvre chenille. Rejointe par d’autres citoyennes, cette chère ouvrière commence à mordre sa molle victime qui périt bientôt, percée par dix mandibules aiguës. Quel spectacle ! Une éclaireuse et les autres derrière suivent...

« Quand ils arrivèrent à la vallée des fourmis, une fourmi dit : "Fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s’en rendre compte ! " »
Sourate 27, An-Naml (Les fourmis) verset 18

La fourmi, cet insecte de la famille des hyménoptères (tout comme l’abeille ou la guêpe) est dévouée à la protection de sa colonie et n’hésite pas à mourir pour elle, un peu comme les moudjahiddins pour la cause. Cette petite fourmi, ne vous déplaise, nous aide beaucoup. En général, beaucoup restent sceptiques quand on parle de l’aide qu’apportent les insectes dans l’équilibre de l’écosystème. Mais cette aide est bel et bien réelle, et particulièrement dans le cas des fourmis. Et oui, on a toujours « besoin d’un plus petit que soi ».
En creusant le sol par exemple, elles remuent un volume considérable de terre qui contribue à son aération. Aussi, en emmenant des végétaux et autres débris sous la terre, elles aident à enrichir la terre pour la rendre plus fertile. Elles participent aussi à la croissance de la végétation. Comment ? Nos chères petites fourmis perdent souvent des graines en voulant les transporter jusqu’à la fourmilière et ce geste aide à leur dispersion et à l’installation de végétation un peu partout. Des véritables jardinières ! C’est extraordinaire, soubhanah Allah wa ta’ala !

Certaines races de fourmis habitent dans des plantes et sont très agressives quand aux intrus qui se trouveraient sur leur territoire. Elles protègent ainsi la plante des attaques des animaux ou des insectes, et éliminent toute la végétation autour de la fourmilière et offrent plus de chances de survie à l’arbre (en général les fourmilières sont situées près des arbres). Au niveau de l’atmosphère, la forêt amazonienne est considérée comme le poumon de la planète. Même ici les fourmis aident à former l’atmosphère de cette forêt grâce aux tonnes d’acide formique qu’elles produisent chaque année. Les fourmis viennent même en aide aux êtres humains en débarrassant les champs des insectes nuisibles pour la culture.
De plus, en Islam, il est vivement conseillé de les protéger. Même si la fourmi est très petite, elle mérite un grand respect car c’est une créature d’Allah qui est merveilleuse ! Dorénavant, essayer d’observer ces petites bêtes et on se rendra compte qu’elles ne cessent de travailler !

Une coccinelle se pose sur un brin d’herbe. Elle fait quelques pas, puis s’attaque à un puceron tandis qu’un carabe caparaçonné passe non loin de là, sur le sol terreux, entre une forêt de gigantesques troncs verts larges de plusieurs millimètres. La modeste prairie se donne des airs de forêt vierge. Notre chère petite coccinelle à 7 points, étrange comme insecte et à la fois sympathique me dis-je. Insecte brillant de couleur rouge portent des taches noires communes avec deux plages triangulaires accolées. Elle marche, je ne vois pas ses ailes, je la touche (je l’embête un peu) mais le coléoptère n’utilise pas ses ailes, elle grimpe sur mon doigt. Je l’admire un instant. Je la trouve parfaite et secrète. Sa carapace épaisse, dure, opaque protège son corps. Cet insecte est "blindé miraculeusement". "QUI" a fait de cet insecte, une merveille visuelle ?
La coccinelle utilise deux systèmes de défense lorsqu’elle est attaquée : Elle se retourne sur le dos et fait le mort. Elle est maline cette petite ! Ses ennemis sont surpris et la laissent en plan. Quand le danger est passé, elle se remet sur ses pattes et s’enfuit. Elle produit un « saignement réflexe, un liquide jaune, qui suinte aux articulations des pattes. Il contient une substance désagréable, la coccidine, dont l’odeur nauséabonde qui éloigne les prédateurs qui l’on goûté une fois et les dissuade de s’attaquer à nouveau à elle. Calculatrice en plus ! Il arrive que des coccinelles se sacrifient pour protéger certaines de leurs congénères. Une vraie guerrière.

Al-hamdou lillahi rabbil ’alamin pour toutes ces belles choses ! Après tout ce spectacle, on ne peut que proclamer : "Il n’y a de Dieu que Dieu !" et immenses, sont Ses preuves !

« Et Nous n’avons envoyé de Messager qu’avec la langue de son peuple, afin de les éclairer. Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut. Et, c’est Lui le tout Puissant, le Sage. Nous avons certes, envoyé Moïse avec Nos miracles [en lui disant] : "Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la lumière, et rappelle-leur les jours d’Allah [Ses bienfaits]. " Dans tout cela il y a des signes pour tout homme plein d’endurance et de reconnaissance. »
Sourate 14, Ibrahim, versets 4-5

Sawsan R

Source : http://www.aslim-taslam.net

 

Tags : animaux Coran
Category : CREATION D'ALLAH | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |